Présentation de la 9e édition du Festival Cinéma du Monde de Sherbrooke

Du 7 au 14 avril prochain, le Festival cinéma du monde de Sherbrooke (FCMS) tiendra sa 9e édition. Cette année, le festival propose plus de 130 films et 20 événements, dans 8 lieux de diffusion. Le public est invité à profiter d’œuvres en provenance de 50 pays, avec 68 longs métrages de fiction, 32 longs métrages documentaires et 32 courts métrages, ainsi que d’une diversité d’activités d’échange et de découverte. 

Soirées d’ouverture et de clôture

C’est avec Eiffel, de Martin Bourboulon, présenté en première canadienne, que le festival lancera les hostilités. Ce fascinant récit, librement inspiré de faits réels entourant la construction de la célèbre tour, met en vedette Romain Duris et Emma Mackey. Le film sera présenté à 19h30, à La Maison du Cinéma (jeudi 7 avril). La soirée d’ouverture, présentée par Radio-Canada, débutera avec un Tapis rouge animé qui attendra les festivaliers dès 18h30, devant La Maison du Cinéma.

La 9e édition se clôturera avec la comédie sociale La Brigade, de Louis-Julien Petit, avec Audrey Lamy et François Cluzet (jeudi 14 avril, 19h45, à La Maison du Cinéma). Présentée en première canadienne, la projection sera précédée de la Cérémonie de clôture (19h) durant laquelle 3 prix seront remis : le Cercle d’or Meilleur long métrage de fiction, le Cercle d’or Meilleur documentaire, présenté par TV5, ainsi que le Prix Coup de cœur du public, présenté par Radio-Canada.

Compétition internationale

Dans le cadre de la compétition internationale, les cinq films en lice pour le prix Cercle d’or Meilleur long métrage de fiction sont :

  • All My Puny Sorrows, de Michael McGowan (Canada);
  • As Far as I Can Walk, de Stefan Arsenijevic (Serbie / Luxembourg / France / Bulgarie / Lituanie);
  • Bonne mère, de Hafsia Herzi (France);
  • Freda, de Gessica Geneus (Haïti / France / Bénin);
  • Twist à Bamako, de Robert Guédiguian (France / Canada / Sénégal).
All My Puny Sorrows - Une
All My Puny Sorrows

Les œuvres en compétition pour le Cercle d’or Meilleur documentaire, prix présenté par TV5, sont les suivantes :

  • Chère Audrey, de Jeremiah Hayes (Canada) – diffusé en présence du réalisateur et du protagoniste Martin Duckworth (le samedi pour ce dernier);
  • Debout les femmes!, de Gilles Perret et François Ruffin (France);
  • Kímmapiiyipitssini : la voie de l’empathie, de Elle-Máijá Tailfeathers (Canada);
  • Little Palestine, journal d’un siège, de Abdallah Al-Khatib (Liban / France / Qatar);
  • Writing with Fire, de Rintu Thomas et Sushmit Ghosh (Inde).

Compétition régionale

Les cinq courts métrages qui concourront pour le Prix Pierre-Javaux, Meilleur court métrage de l’Estrie, prix présenté par La Fabrique culturelle, sont :

  • Au bout de nos traces, de Elise Legrand et Pierre-Luc Racine;
  • Ils dansent avec leurs têtes, de Thomas Corriveau;
  • Paracosme, de Coralie Tardif;
  • Pour être moins seule, de Juliette Poitras;
  • Rien ne se perd, de Noémie De Pas.
Ils dansent avec leurs têtes
Ils dansent avec leurs têtes

Spécial cinéma italien

Le FCMS propose une section « Spécial cinéma italien » aux festivaliers avec 10 œuvres présentées en collaboration avec l’Institut Italien de Culture de Montréal. Parmi celles-ci, le public pourra découvrir Anima Bella, de Dario Albertini; The King of the Laughter, de Mario Martone; Three Floors, de Nanni Moretti et Welcome Venice, de Andrea Segre.

Sélection internationale

Parmi les longs métrages de fiction internationaux à ne pas manquer lors de cette édition, mentionnons également le drame émouvant, teinté d’humour noir, I Never Cry, de Piotr Domalewski (Pologne / Irlande); le thriller romantique Les amants sacrifiés, de Kiyoshi Kurosawa (Japon); Mères parallèles, de Pedro Almodóvar (Espagne), avec Penélope Cruz et Rossy de Palma; le bouleversant Mikado, de Emanuel Pârvu (Roumanie / République tchèque), ainsi que Casablanca Beats, de Nabil Ayouch (Maroc / France), dont la projection sera suivie d’un échange avec des experts invités, en collaboration avec UdeS Monde.

Mères parallèles - Femmes avant plan
Ana (Milena Smit) et Janis (Penélope Cruz) dans Mères parallèles

Du côté des longs métrages documentaires étrangers, seront présentés In Balanchine’s Classroom, de Connie Hochman (États-Unis) portant sur le chorégraphe révolutionnaire George Balanchine du New York City Ballet; le percutant portrait Miguel’s War, de Eliane Raheb (Liban / Allemagne / Espagne), ainsi que trois œuvres de Vincent Marie. Ce dernier sera présent pour échanger avec le public lors d’un Programme double réunissant ses films Bartolí, le dessin pour mémoire, portant sur l’artiste Josep Bartolí, et Nos ombres d’Algérie, dans lequel des dessinateurs majeurs explorent les mémoires de la guerre d’Algérie. Il présentera également Les harmonies invisibles, coréalisé avec son frère Laurent Marie, qui s’intéresse au patrimoine culturel des habitants de l’Arctique.

Cinéma estrien

La Soirée estrienne mettra à l’honneur les talents régionaux en présentant, entre autres, les films finalistes de la compétition régionale, en compagnie des réalisateurs et réalisatrices. L’événement se clôturera avec la remise du Prix Pierre-Javaux, Meilleur court métrage de l’Estrie, présenté par La Fabrique culturelle (dimanche 10 avril, 18 h 30). La Projection Pocket films permettra de visionner les œuvres des jeunes du secondaire de l’Estrie, ainsi que d’autres régions du Québec, ayant participé au concours organisé par le FCMS (dimanche 10 avril, 14 h, Théâtre Granada).

Une diversité d’œuvres sera présentée dans le cadre d’un volet Lumière sur le cinéma québécois, présenté par Hydro-Québec. Parmi celles-ci, le drame Nouveau-Québec, de Sarah Fortin, avec Christine Beaulieu; le documentaire Seuls, de Paul Tom, mêlant prises de vues réelles et cinéma d’animation; Fuir, de Carole Laganière, captant des moments de vie marquants de résidentes et intervenantes d’une maison pour femmes victimes de violence conjugale. Le documentaire La coop de ma mère sera également diffusé, en présence de la réalisatrice Ève Lamont.

COOP de ma mère - Le témoignage des résidents
La coop de ma mère

Le public pourra également profiter d’excellents documentaires canadiens, dont Apatrides, de Michèle Stephenson, qui sera présente pour échanger avec le public, et Une personne comme moi, de Sean Horlor et Steve J. Adams.

Encore une fois cette année, le Festival propose la section Paroles autochtones. Parmi les 7 projections, les festivaliers retrouveront le long métrage de fiction Wildhood, de Bretten Hannam (Canada), relatant la quête d’un jeune homme tentant de renouer avec son identité mi’kmaw. Le programme Sélection autochtone, réunissant des courts métrages de l’Office national du film du Canada (ONF), invitera le public à participer à un échange avec Suzie O’Bomsawin, directrice générale au Conseil des Abénakis d’Odanak, suite à la projection (mardi 12 avril, 18 h, Baobab — Café de Quartier).

Et une tonne d’autres activités…

En plus du cinéma à proprement parler, le FCMS offre des activités d’échanges et de réflexion; un ciné-concert; un ciné-impro; et du cinéma sous les étoiles.

Du plaisir pour toute la famille

Petits et grands s’émerveilleront avec une riche sélection de films et d’activités. Des films sont proposés aux familles les samedi et dimanche à La Maison du Cinéma, notamment le long métrage de fiction primé Mon père est une saucisse, de Anouk Fortunier (Belgique / Pays-Bas / Allemagne). Un Ciné-Musée en famille invite celles-ci à découvrir le film Tia et Piujuq, de Lucy Tulugarjuk (Québec / Nunavut) et à participer ensuite à un atelier créatif offert par le Musée des beaux-arts de Sherbrooke, le samedi matin, 9 avril. Ces activités sont offertes au tarif unique de 6$. Rappelons également les projections Ciné sous les étoiles mentionnés plus tôt qui sauront ravir les jeunes et moins jeunes. 

***

Le Petit Septième couvrira le festival et vous proposera l’analyse de quelques-uns des titres présentés lors du festival.

La liste complète des films présentés lors de la 9e édition du FCMS est disponible sur le site du festival. Pour acheter les billets, suivez ce lien!

Les festivités auront lieu à La Maison du Cinéma, au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, au Théâtre Granada, au Baobab – Café de Quartier, à la Salle Alfred-DesRochers, au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, au Boq et au Parc Jacques-Cartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième