L’âge d’or de Hollywood

L’arrivée du cinéma parlant est sans doute ce qui a permis à cet art de traverser la Grande Dépression. Malgré le chômage des artistes et les salles de moins en moins fréquentées, le début des années 1930 marque l’âge d’or d’Hollywood, qui se poursuit jusqu’aux années 1950. On pense entre autres à des films comme King Kong en 1933 et à Blanche-Neige et les Sept Nains, plaçant les studios Walt Disney au sommet avec le premier long-métrage en dessin animé. Les premiers films en couleurs apparaissent à la fin des années 1930. C’est à ce moment que sont affichés de grands classiques, tels que Gone with the wind, Wuthering Heights et the Wizard of Oz.

On assiste au début des comédies musicales avec l’arrivée du cinéma parlant. A Star is Born (1937) montre l’envers de la médaille du succès. Aujourd’hui considérée comme une des plus grandes comédies musicales, Singin’ in the Rain (1952) présente la transition entre les films muets et parlants ainsi que la déchéance de certaines stars féminines du cinéma muet. Cette thématique est également vue dans le film noir Sunset Boulevard, où Gloria Swanson interprète une star déchue du cinéma muet tentant de retrouver la gloire. Le film obtient plusieurs Oscars et son réalisateur, Billy Wilder, s’avère une figure importante de l’âge d’or d’Hollywood. On peut situer son point culminant à la sortie de Some like it hot et The Apartment.

Au sein du climat de guerre de ces années, Hollywood participe à l’effort de guerre avec quelques films de propagande, dont Dive Bomber et Casablanca. La fin de la guerre est également ponctuée d’un rude climat, avec une chasse aux sorcières parmi les artistes placés sur la « Liste noire de Hollywood ». C’est aussi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que les films westerns deviennent les favoris du public. Le réalisateur John Ford s’illustre dans ce genre en cumulant plus de treize films.

Le portrait de l’âge d’or du cinéma américain ne serait pas complet sans la mention de ses acteurs. On idolâtre fortement les vedettes que sont Marilyn Monroe, Marlon Brando et James Dean, qui enchaînent les apparitions. Cette période de grandeur pour les studios hollywoodiens s’achève en même temps que les années 1950. Parmi les derniers grands films, on peut penser à Vertigo d’Hitchcock, maître du suspense qui livre plus d’une vingtaine de films pendant cette période, et The Searchers de John Ford.

© 2021 Le petit septième