Pleins Écrans jour 9 - une

[Plein(s) Écran(s)] 2022 — Jour 9

Il ne reste que quelques jours avant la fin de Plein(s) Écran(s). Mais nous y sommes toujours alors qu’on vous raconte ce qu’il y a à voir en ce jour 9.

Compétition québécoise

In the Shadow of the Pines (Anne Koizumi)

Court métrage documentaire animé portant sur une relation père-fille difficile. S’appuyant sur des souvenirs d’enfance, la cinéaste explore son éducation avec son père immigrant japonais, alors concierge de son école primaire. Le film explore l’idée de la honte, comment elle peut nous façonner et nous définir, tout en cachant ce que nous pouvons vraiment devenir.

Koizumi_Anne_In_the_Shadow_of_the_Pines_1

Quel film touchant. Combien d’enfants ont (sans réelles raisons d’ailleurs) honte de leurs parents lorsqu’ils sont jeunes? Combien d’enfants réalisent tous les sacrifices que font ou ont faits leurs parents pour eux? Anne Koizumi l’assume maintenant, dans ce magnifique documentaire qui mélange stop motion et assemblage d’images.

They’re Here (Sid Zanforlin)

Incapable de faire face à la mort de sa grand-mère, Sam devient convaincu que son corps est l’hôte d’un être extra-terrestre qui doit être retiré. Le problème, c’est que personne ne la croit. Plutôt, on soupçonne Sam d’essayer de tuer sa grand-mère.

They're Here

Tam, tam, tam! Parfois, on n’a pas besoin d’un grand film, mais juste d’un film vraiment cool. C’est là que They’re Here arrive. Film de genre tout à fait typique, il saura vous tenir en haleine et vous divertir. 

Ne cherchez pas de grands dialogues ou un sens caché qui vous fera réfléchir. Assoyez-vous confortablement et laissez-vous embarquer dans l’histoire de cette jeune fille charmante… et un peu terrifiante.

Les grandes claques (Annie St-Pierre)

24 décembre 1983, 22h50; Julie et ses cousins ont mangé trop de sucré, le Père Noël est en retard et Denis, seul dans sa voiture, angoisse à l’idée de remettre les pieds dans la maison de son ex-belle-famille pour venir chercher ses enfants. Les grandes claques réunit père et fille dans un double coming of age aussi grinçant que poétique.

Grandes claques PE

Le film d’Annie St-Pierre fait son petit bonhomme de chemin depuis maintenant 1 an. Et ce n’est pas pour rien qu’il est sur la liste courte des Oscars. Mais plutôt que de réécrire sur ce superbe film, je vous invite à lire ce que mon collègue en dit.

Impression(s)

La marche (Yoakim Bélanger) — Québec

Des femmes de tous âges émergent de l’ombre et marchent ensemble vers une source lumineuse. Guidées par leur instinct, elles devront se faire face et transcender leurs propres limites.

La Marche

Ce film qui est une animation basée sur des modèles vivants est vibrant. Dans ce genre de cinéma, le spectateur est souvent appelé à définir la signification de ce qu’il vient de voir. Personnellement, j’y vois un hommage à la force silencieuse des femmes, qui marchent contre vents et marées pour atteindre leur but. 

Mais ne me croyez pas sur parole. Regardez-le et laissez-moi savoir ce que vous y voyez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième