RIDM soirée ouverture - Futura

[RIDM] Soirée d’ouverture 2021 – Futura – Des voisins dans ma cour

Hier soir (10 novembre 2021) s’ouvrait la 24e édition des Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal (RIDM), avec la projection de 2 films. Voici mon résumé de la soirée.

Édition 24 des RIDM

La 24e édition des RIDM se déroule du 10 au 25 novembre, mais en deux volets. Le volet « en salles » a lieu du 10 au 21, alors que la portion « en ligne » sera là du 14 au 25 novembre 2021. Vous pouvez accéder à la plateforme numérique des RIDM ici.

En plus des soirées d’ouverture et de clôture, les amateurs de documentaire auront accès à une tonne d’événements, dont une visite et classe de maitre de Vitaly Mansky le mercredi 17 novembre. Ça fait longtemps que les organisateurs de festivals attendent la possibilité de faire venir des artistes ici. 

Cette année encore, la programmation est organisée en 8 sections thématiques proposant chacune des longs, moyens ou courts métrages, incluant les films des différentes compétitions nationales et internationales. Intitulées Espaces humains, En quête de soi, Topographies familiales, Forces du vivant, Dialogues entre les arts, Territoires hantés, Gestes de résistance et Échos du passé, les sections thématiques sont conçues pour mieux orienter le public, autant en salle qu’en ligne.

En plus des catégories principales, le public aura droit à des tables rondes et discussions, deux soirées anniversaires, et des séances familiales. Ces dernières s’adressant à un public de 6 ans et plus.

La soirée

Hier, c’était ma première soirée d’ouverture au Cinéplex Quartier Latin. Et pour être complètement honnête, je n’ai pas beaucoup apprécié. Quel mauvais choix de lieu pour ce genre de soirée. Premièrement, en arrivant, on constate que tout est un peu mélangé : les gens qui vont voir les films à l’affiche, ceux qui se pointent pour Cinémania et les invités des RIDM. Je fais donc la file pour faire scanner mon code-QR pour prouver que je suis bien vacciné. Ensuite c’est un peu la confusion. On me dirige vers une première personne qui me demande ce que je cherche. Puis il me dit qu’il n’est pas au courant pour les RIDM, et d’aller voir l’autre personne un peu plus loin, qui scanne, lui aussi, des téléphones. Après avoir donné une courte explication, il m’indique que ça se déroulera au 4e étage. Une fois en haut, heureusement, la relationniste me voit et vient m’accueillir. Merci Caroline (pour ne pas la nommer) 😉

Contrairement à ce que j’ai vécu dernièrement, les RIDM sont tout en sobriété. Un petit panneau où deux ou 3 personnes se font prendre en photo. Je devrai repasser pour me faire flasher par les photographes. 😆 Soit, je me dirige dans la salle. 

Quel bonheur que de découvrir qu’on nous offre du vin. Merci à l’IIC de Montréal qui fournit le délicieux liquide. Vive l’Italie. 😉 Puis je prends une place et attends. Viens les longs et ennuyants discours d’ouverture (surtout ceux en vidéo par les partenaires institutionnels et gouvernementaux qui sont toujours les mêmes d’un événement à l’autre) et les présentations des films que nous regarderons. Heureusement, le réalisateur de Des voisins dans ma cour était intéressant. Le message principal de cette soirée d’ouverture est simple et clair : quel plaisir de se rencontrer en personne!

RIDM 2021 - édition 24 - La soirée
Présentation de la programmation par l’équipe de sélection

Petit message aux organisateurs de festivals : n’organisez pas ça au Cinéplex car l’ambiance n’y est pas. Et les bancs qui sont censés être si confortables ne le sont vraiment pas. Donnez-moi les bons vieux sièges rouges en poil!

Des voisins dans ma cour

Le court métrage québécois Des voisins dans ma cour d’Eli Jean Tahchi, a été créé dans le cadre de la résidence Regard sur Montréal.

Entre Parc-Extension et la ville de Mont-Royal, une cicatrice dans l’espace crée une étrange dichotomie entre deux voisinages.

Des voisins dans ma cour

Quand on dit que les murs ne servent qu’à créer des inégalités et à diviser, on ne peut trouver de meilleur exemple que ce que nous montre le film d’Eli Jean Tahchi. Filmé en grande partie à l’aide d’un drone, le court métrage du réalisateur d’origine libanaise montre comment la ville de Mont-Royal a longtemps (et continu) cherché à diviser ses riches, des pauvres et des immigrants qui habite de l’autre côté du boulevard. Non seulement des lignes d’arbres ont été installées entre le boulevard et la rue de l’autre ville, mais une clôture de 4 pieds de haut… Pardon. Je veux dire six pieds de haut tel que demandé par l’évêque de l’époque. Il faut protéger les enfants pour éviter qu’ils aillent jouer dans la rue. Bien sûr… C’est un hasard que cette clôture sépare un quartier à majorité immigrante d’un quartier riche. 

Cette œuvre est un must see pour n’importe qui qui aimerait comprendre comment les divisions entre riches et pauvres ou blanc et immigrants peuvent se créer. 

Fiche technique : 

Titre original : Des voisins dans ma cour
Durée : 15 minutes
Année : 2021
Pays : Canada (Québec)
Réalisateur : Eli Jean Tahchi
Scénario : Eli Jean Tahchi

Furuta

Futura est un reportage collectif de Pietro Marcello, Francesco Munzi et Alice Rohrwacher. Il explore ce que les garçons et les filles de 15 à 20 ans pensent de l’avenir à travers une série d’entretiens filmés lors d’un long voyage à travers l’Italie. Un portrait de ce pays vu à travers les yeux d’un groupe d’adolescents qui parlent des lieux où ils vivent, de leurs rêves, attentes, désirs et peurs.

Futura

Ce qui est frappant de ce film c’est qu’au final on n’apprend absolument rien. J’ai été grandement déçu. D’autant plus que j’aime bien le travail de fiction d’Alice Rohrwacher. J’avais particulièrement apprécié Le Meraviglie

J’espérais un film plus profond, dans lequel on en apprendrait réellement sur la vision du monde et du futur d’une génération qui a peu à espérer de son pays. Mais outre le fait que la majorité d’entre eux veut quitter l’Italie pour aller n’importe où, le contenu est mince. Le moment qui rend le film un peu intéressant est lorsqu’on rencontre un groupe d’immigrants qui viennent de s’installer en Italie. Pour eux, l’Italie c’est le pays qui représente l’espoir. Ils ont quitté des endroits vraiment pires. J’aurais espéré que cette dichotomie soit plus présente dans le film et qu’on voit les divergences de point de vue entre les « natifs » et les nouveaux arrivants. 

Au moins, le film m’aura donné l’occasion de pratiquer mon italien et d’améliorer mes connaissances géographiques de ce pays que j’aime tant.

Fiche technique : 

Titre original : Futura
Durée : 107 minutes
Année : 2021
Pays : Italie
Réalisateur : Alice Rohrwacher, Pietro Marcello et Francesco Munzi
Scénario : Alice Rohrwacher, Pietro Marcello et Francesco Munzi

Prix et jurys

Les prix suivants seront remis lors d’une cérémonie qui aura lieu le samedi 20 novembre à 17h à la salle Norman-McLaren de la Cinémathèque québécoise : 

  • Grand prix de la compétition internationale longs métrages – présenté par TV5
  • Prix spécial du jury de la compétition internationale longs métrages
  • Grand prix de la compétition nationale longs métrages – présenté par PRIM
  • Prix spécial du jury de la compétition nationale longs métrages
  • Prix Nouveaux Regards – présenté par la SCAM et Post-Moderne
  • Prix du meilleur court ou moyen métrage international
  • Prix du meilleur court ou moyen métrage national – présenté par Télé-Québec et SLA location
  • Prix Magnus-Isacsson – présenté avec la participation de l’ARRQ, DOC Québec, Funambules Médias, Cinema Politica et Main Film
  • Prix du jury étudiant – présenté par la Caisse Desjardins du Plateau Mont-Royal
  • Prix du public – présenté par le Fonds des médias du Canada (NOUS | MADE)

À noter que la plateforme en ligne offrira toujours la possibilité de voir ces films jusqu’au 25.

Afin de permettre un accès abordable et simple à toute la programmation, plusieurs options d’achat s’offrent aux festivaliers. Le prix pour une séance en salle est de 13$, avec un rabais de 2$ par billet pour l’achat de 5 billets et plus. Ces achats peuvent se faire via la billetterie en ligne ou à la billetterie physique du festival, installée à la Cinémathèque québécoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième