Mute — Une histoire qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd

«  What did you do?
Talk about my wife… »
[— Qu’est-ce que t’as fait?
Parles à ma femme…]

Mute - afficheMonette (Andrew Bee), un commercial dans la vente de livres, se confie à un prêtre étonnamment informel (Christian Tribuzio) lors d’un confessionnal impromptu chez l’aumônier. Monette a eu une expérience qu’il ne peut pas expliquer ni comprendre pleinement et il espère ainsi obtenir la perspicacité et le pardon du seigneur. Il raconte alors qu’il a pris récemment un auto-stoppeur sourd-muet (Alexandre Stoupenkov) dans sa voiture. Une fois l’homme endormi, Monette lui confie ses déboires, tout particulièrement les infidélités de sa femme et le détournement de fonds de son employeur. Mais lorsque Monette s’arrête pour aller aux toilettes, l’auto-stoppeur disparaît. Deux jours plus tard, sa femme et son amant sont retrouvés assassinés.

Ne confiez pas vos histoires à n’importe qui 

C’était tout à fait impensable de passer cette édition spéciale Halloween 2021 sans parler de  Stephen King, qui depuis plusieurs années nous comble de ses romans et nouvelles horrifiques. Ce qu’il faut savoir, c’est que depuis 40 ans, Stephen King a mis à disposition ses œuvres au prix de 1$ symbolique pour laisser la place aux jeunes créateurs de les adapter librement au cinéma. Même s’il faut admettre que certaines de ses œuvres ne se traduisent pas toujours très bien sur nos écrans, il n’en reste pas moins que Mute, le court-métrage réalisé par Kyle Dunbar, ne s’apparente pas à cette catégorie-là. Le cinéaste s’est basé sur la nouvelle de Stephen King publiée sous le même nom pour le magazine Playboy, en 2007. Elle fait également partie de son recueil d’horreur : Just After Sunset publié en 2008.

Mute - Ne confiez pas vos histoires

En ce qui concerne l’œuvre de Kyle Dunbar, on peut dire qu’il a fait preuve d’un excellent travail d’adaptation qui se rapproche très bien de l’histoire originale. Il y a bien sûr quelques petits changements, mais pas assez pour le sortir de son contexte initial. La performance des trois comédiens est bonne. Andrew Bee (Monette) a de nombreux crédits à son actif, dont un petit rôle dans Suicide squad (2016, celui de Jared Leto, pas celui de James Gunn), Alexandre Stoupenkov est tout à fait crédible dans sa performance d’autostoppeur sympathique et inoffensif aux premiers abords. La technique filmique est bien exécutée également, mais on ne peut pas dire que l’œuvre se démarque particulièrement à travers tout le lot de contenu qui existe déjà. Pour les amateurs du genre, je ne classerais pas du tout ce court-métrage dans la catégorie horreur, mais plus dans la catégorie d’un thriller psychologique. Nous sommes bien loin des histoires angoissantes des contes de la crypte (Tales from the crypte) ou de Creepshow. Même si l’exécution cinématographique est bonne, le contenu manque cruellement de saveur, malheureusement.

Note : 6 /10

Bande-annonce  

Fiche technique : 

Titre original : Mute
Durée : 22 minutes
Année : 2021
Pays : Canada
Réalisateur : Kyle Dunbar
Scénario : Kyle Dunbar

L’antre de l’horreur, un documentaire tout à fait intéressant sur les œuvres du maître de l’horreur, proposé par Julien Dubreuil (l’art du cinéma) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Le petit septième