Rocks – Survivre à l’abandon

« You just can’t keep going on by yourself. »
[Tu ne peux pas continuer tout seul, comme ça.]

Rocks - afficheRocks (15 ans) est une adolescente avec de grands rêves d’avenir, des amis fidèles et amusants et un petit frère, Emmanuel (7 ans), adorable bien que malicieux. Rocks aime l’école (autant que n’importe quelle adolescente) et mène une existence pleine de vie dans l’est de Londres avec son groupe de meilleures amies. Le monde de Rocks est bouleversé quand elle revient de l’école, elle constate en effet que sa mère est partie après avoir laissé un peu d’argent et une note offrant peu d’explications, sauf qu’elle est désolée. Déterminée à rester avec son frère et à éviter d’être prise en charge par la protection de la jeunesse, Rocks quitte son domicile et se cache ici et là. Alors que chaque jour devient de plus en plus difficile, et que son secret devient trop lourd à porter, elle commence à repousser ceux qui l’aiment, et son groupe d’amitié commence à se fracturer. Lorsque les autorités la rejoignent enfin, il n’y a vraiment qu’une seule source de soutien vers laquelle elle peut se tourner: ses amis. 

Avec Rocks, Sarah Gavron  offre un film sur la joie, la résilience et l’esprit de l’adolescence au féminin. Un film touchant, malgré qu’il soit inégal.

Un processus original

Rocks - Un processus originalRocks  est né d’une collaboration créative entre les acteurs, des jeunes Londoniens, l’équipe de réalisation et les scénaristes. Disons simplement qu’il s’agit d’un processus inhabituel.

“We decided to set up the film in a way that enabled the young people themselves to be central to the filmmaking process. We had no narrative ideas at that point as we wanted to discover them during the process and build the film with a team and crucially with the young people.” [Nous avons décidé de mettre en place le film de manière à ce qu’il permette aux jeunes eux-mêmes d’être au cœur du processus de réalisation. Nous n’avions pas d’idées narratives à ce moment-là car nous voulions les découvrir au cours du processus et construire le film avec une équipe et surtout avec les jeunes.]

Quelques faiblesses bien compensées

Rocks - Des faiblesses bien compensées
Rocks (Bukky Bakray)

Ce mode de création amène malheureusement des faiblesses indéniables. Je ne veux nommer personne, mais certains acteurs sont peu convaincants. Pas qu’ils ne sont pas crédibles dans leur rôle (puisque ce dernier n’est pas mal eux-mêmes), mais par moments ils surjouent, ou ne jouent pas assez. En contrepartie, on découvre certaines actrices bourrées de talent. 

Un autre point dérangeant est le rythme qui n’est pas fluide. J’imagine que cela est dû, aussi, à la création de groupe. Parce que tel que mentionné dans la section précédente, la réalisatrice a préféré ne pas avoir de plan quant à ce qui allait se passer dans le film. Ce processus de création a obligé la monteuse, Maya Maffioli, à travailler sur des heures et des heures de séquences. Son approche du matériel a donc dû être « un mélange entre la fiction et les techniques documentaires ».

Mais encore…

Rocks - Mais encoreRocks est un film sur la résilience, la joie et l’esprit de la jeunesse. Il a été conçu de manière unique, par une équipe de créatrices majoritairement féminines, avec des actrices presque sans expérience.

Et bien que cette œuvre ne soit pas parfaite, elle est touchante de vérité. 

Note : 7.5/10

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième