« En Italie les choses changent, le pire est derrière. »

Hammamet - afficheLe chef d’un grand parti, l’un des politiciens les plus influents de son temps, passe les derniers mois de sa vie exilé à Hammamet, en Tunisie. Lorsqu’il était au sommet de sa puissance, un grand scandale l’a frappé et l’a sévèrement condamné. Son « exil » a été perçu par l’opinion publique comme une véritable échappatoire au jugement des tribunaux. Aujourd’hui, même s’il est gravement malade, il refuse fermement de retourner en Italie où, à coup sûr, il serait condamné.

Avec Hammamet, Gianni Amelio offre une fresque historique agrémentée d’une belle fiction. L’ajout d’un élément de mystère et de suspense en fait un film spécial…

Qui était Bettino Craxi

Hammamet - Qui était Craxi
La fille de Craxi et deux membres du parti

Bettino Craxi (Benedettoo Craxi) est né le 24 février 1934 à Milan et mort le 19 janvier 2000 à Hammamet.

À la suite de la déroute du Parti socialiste (PSI) aux élections anticipées de 1976, il devient secrétaire du PSI à 42 ans et engage le rajeunissement du parti. Il échoue à former un gouvernement après le scrutin anticipé de 1979 et rend son mandat au président de la République, le socialiste Sandro Pertini. Ce dernier le rappelle après les élections de 1983 et la mission de Craxi se termine sur un succès.

Il est donc investi président du Conseil des ministres et se trouve à être le premier socialiste à diriger le gouvernement italien. Son premier gouvernement établit, à l’époque, le record de longévité de la République. Il doit démissionner en 1987 mais continue de jouer un rôle actif dans la vie politique. Mis en cause dans l’opération Mains propres, en 1992, il renonce à diriger le PSI en 1993 et s’enfuit un an plus tard en Tunisie, où il meurt en 2000.

Fresque de style classique

Hammamet - Fresque de style classique
Craxi et Fausto

Que diable se passait-il en Italie à une époque où de nombreux membres du gouvernement étaient perçus comme étant indiscernables de la mafia? C’est le sous-texte du nouveau film du chouchou du festival, Gianni Amelio (La Tenerezza, Stolen Children) sur Bettino Craxi, chef du Parti socialiste italien (1976-1993) et Premier ministre italien de 1983 à 1987.

Le réalisateur a choisi d’utiliser un style classique pour Hammamet. Le choix est tout à fait justifiable puisqu’il s’agit d’un film historique. C’est plutôt dans la précision des maquillages, des décors et des dialogues que le film prend toute sa valeur. En effet, la transformation de Pierfrancesco Favino est incroyable. Il ressemble à s’y méprendre à l’ancien président. 

L’introduction du personnage de Fausto, le fils d’un ami et membre du parti, amène un effet de mystère au film. Le jeune homme est étrange et détesté par la fille de Craxi. Il apporte de la tension dans ce film qui, soyons honnêtes, est très lent et ancré dans les dialogues.

Beaucoup de dialogues et peu d’action

Hammamet - Beaucoup de dialogues
Craxi et un vieil ami du parti

Amelio choisit de se concentrer sur son sujet dans un moment d’impuissance, ravagé par la maladie et contraint de vivre avec la perte d’autorité et de respect. Ce n’est donc pas pour rien que les dialogues sont si importants. Les échanges entre Craxi et Fausto sont, à eux seuls, une raison de regarder le film. 

Pourquoi est-il là? Que veut-il réellement? En veut-il à Craxi pour la mort de son père? Et que contient donc son sac qu’il apporte partout avec lui? Toutes ces questions reviendront à quelques reprises dans Hammamet. Ça et… la nourriture bien sûr. 😉 L’homme d’état déchu ne cesse d’inviter ses invités à manger. Et il mange. Et il mange… Quand on dit que la nourriture fait partie intégrante de la culture italienne. 

Les dialogues et les interactions entre les personnages amènent une certaine confusion chez le spectateur. Une confusion qui plaira à certains, mais qui rendra le film ennuyant pour d’autres. Et peut-être qu’il peut être avisé de s’informer légèrement sur Craxi avant de se lancer dans le visionnement du long métrage d’Amelio. Parce que, sinon, c’est un peu dur à suivre.

Mais encore…

Un succès au box-office italien, ce drame semi-biographique retrace les derniers mois de Craxi avec sa famille dans sa villa oasis à Hammamet, en Tunisie, où il a fui pour éviter la prison pour des crimes de corruption. 

Hammamet - Mais encore

C’est sous une lourde couche de prothèses que l’acteur vétéran Pierfrancesco Favino incarne magistralement le personnage plus grand que nature de Craxi, employant un répertoire de gestes nuancés tout en commandant l’écran avec une grandeur appropriée.

Note : 8/10

Hammamet est présenté au VIFF du 24 septembre au 7 octobre 2020.

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *