« I banged your pussy! »

Run this Town - afficheUn jeune journaliste (Ben Platt) et un jeune assistant politique (Mena Massoud) sont empêtrés dans un scandale politique plus grand que nature alors qu’ils luttent pour naviguer dans la vie adulte. Comme tous leurs amis, Bram et Kamal ont du mal à gravir les échelons sur leur lieu de travail respectif: Bram dans un journal, Kamal à l’hôtel de ville. Lorsque Bram apprend un scandale impliquant le patron plus grand que nature de Kamal, il saisit le moment pour faire avancer sa carrière. Pendant ce temps, Kamal s’efforce d’étouffer l’histoire tout en préservant son intégrité.

Avec Run this Town, Ricky Tollman peint le portrait d’une génération qui est la première à avoir un avenir moins prometteur que la génération qui l’a mise au monde. Et quoi de mieux que le scandale impliquant Rob Ford pour situer l’action…

Une génération à l’avenir sombre

Run this Town - Avenir sombre pour une génération
Kamal (Mena Massoud)

Avec Bram, son personnage principal, Tollman dresse un portrait juste des frustrations que vivent les millénariaux quant au monde du travail. 

Ces jeunes sont diplômés des collèges et universités, surqualifiés pour les emplois de niveau d’entrée qui nécessitent des années de stage et de travail à contrat avant le chèque de paie régulier. Ils sont aux prises avec une dette qui monte en flèche, des augmentations de loyer inimaginables et un système qui a été mis en place pour bénéficier aux plus riches, mais pas à ceux qui commencent tout juste. Un système qui a été soutenu par des politiciens qui sont antithétiques, porteurs des idéaux avec lesquels cette génération a été élevée et pour lesquels ils sont pourtant maintenant ridiculisé. 

Nina Dobrev, (Ashley – la collègue de Kamal) explique : « J’ai pas mal d’amis qui ont des diplômes impressionnants et ne peuvent pas trouver d’emploi dans leurs domaines respectifs. Et ils vivent toujours avec leurs parents, approchant la trentaine ou la mi-trentaine. C’est une période très étrange. L’économie est déséquilibrée et l’ancienne génération de politiciens n’a pas grandi avec une telle situation. Ce sont les législateurs, mais ils ne peuvent pas comprendre ce qui se passe avec les jeunes et ceux qui subissent les effets d’une politique injuste. » 

Arrivent Trump, Ford et compagnie…

Évidemment, ces difficultés au niveau professionnel sont un terroir parfait pour ceux qui veulent abuser. Tollman explique comment l’idée de son film s’est déclenchée : « J’étais à une fête où j’ai rencontré quelqu’un qui travaillait à la mairie. Il était assistant d’un conseiller municipal et venait de rentrer du travail. J’ai été surpris d’apprendre que nos conseillers travaillaient jusqu’à 23 heures le week-end – « ce n’est pas le cas », a-t-il précisé.  “Les assistants le font.” Les politiciens décident d’une plate-forme et les assistants font la recherche, rédigent les propositions, parcourent les arguments. Le gars avec qui je parlais n’était même pas d’accord avec les positions de son patron – mais il avait besoin de garder le travail et de déterminer la marge de manœuvre morale qu’il pouvait se donner pour le faire fonctionner. »

Run this town - Trump Ford et compagnie
Ashley (Nina Dobrev)

C’est exactement ce que vivent Kamal et Ashley. En tant qu’immigrant, Kamal a une énorme pression qui pèse sur ces épaules, comme c’est le cas pour toute une génération d’immigrants qui ont vu leurs parents sacrifier tout ce qu’ils avaient afin de donner un nouveau départ et un avenir à leur famille. Mais que devient cette pression quand on l’ajoute au manque d’emploi payant?

Le personnage d’Ashley est basé en partie sur les expériences d’une amie de Tollman qui est allée à la faculté de droit et qui, après avoir obtenu son diplôme, n’a pu trouver un poste dans un cabinet. Finalement, elle a pris un emploi avec un employeur qui a commencé à la mettre de plus en plus mal à l’aise – la touchant de manière inappropriée, commentant son apparence – mais elle avait des prêts étudiants à payer et se sentait prise au piège. « L’une de nos amies a demandé pourquoi elle ne l’avait pas signalé à l’association du barreau lorsque cela s’est produit », explique Tollman. « Il y avait la peur que personne ne s’en soucie et la peur des répercussions. Elle était en début de carrière  – il était très respecté dans sa profession. Cela m’a semblé incroyablement injuste et, avec Ashley, je voulais donner une petite voix à cette histoire. »

Ashley, c’est aussi la femme que Ford a humiliée en direct à la télé en la nommant et en disant qu’elle avait tentée de le séduire alors que c’est lui qui l’avait agressée. Cette femme est, pour toujours, attachée à cette déclaration. Quand elle postulera pour un emploi, elle sera googlée et quels sont les résultats qui sortiront? Et quand elle aura des rendez-vous? Elle a été marquée et n’a pas eu son mot à dire. Ford a pris le contrôle de son nom. Ce moment est immortalisé dans Run this Town, vers la fin. Une belle pensé de la part du réalisateur.

Scénario efficace

Run this Town - Scénario efficace
Bram (Ben Platt) et sa boss

Le film commence avec de vraies images d’un conseil de ville. Ces images qui semblent n’avoir aucun lien réel avec l’histoire servent à démontrer à quel point la politique se mène en jouant sur le sens des mots. 

Puis, le réalisateur passe au crible la détérioration du journalisme qui cède de plus en plus sa place aux textes qui n’ont que pour but d’amener des  cliques et des « likes ». Bram qui rêve d’être un grand journaliste se retrouve coincé et obligé de faire des « top 10 » pour garder son emploi précaire. Kamal doit sauver Ford de ses mauvais pas, lorsqu’il ne faut pas carrément cacher une agression sexuelle sur une collègue et amie. Le scénario est bien ficelé afin que tout ça se transforme en une bataille entre Kamal et Bram. Deux personnages qui ne se sont même jamais rencontrés et qui n’ont pas connaissance que l’un et l’autre existe. Ils font simplement de leur mieux pour mettre du beurre sur la table. 

Mais encore…

Run this town - Mais encoreAu final, Tollman nous offre un thriller politico-journalistique utilisant la réalité qui, de toute façon, est plus juteuse que ne pourrait l’être n’importe quelle fiction.

Run This Town nous amène dans l’univers sombre de Bram, Kamal et Ashley – trois jeunes qui luttent pour donner un sens à leur carrière et à leur vie.

Note : 8/10

 

Visionnez la bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *