Regard - afficheDu 11 au 15 mars 2020, le Festival Regard en sera à sa 24e édition. Au programme, ce sont 197 films, provenant de plus de 40 pays à travers le monde, qui seront offerts au public. Les cinéphiles auront la chance de visionner 70 films présentés en première nord-américaine, dont 30 courts métrages québécois présentés en première mondiale. Une programmation haute en couleurs qui, encore une fois cette année, offrira aux amateurs du 7e art, une fenêtre de contenu cinématographique exclusif et de grande qualité.

Cette année, le public aura droit à 10 programmes de compétition officielle, 3 compétitions parallèles, 9 programmes jeunesse, 12 programmes thématiques, 3 projets spéciaux en plus d’une sélection de contenus de réalité virtuelle.

Les ouvertures

C’est le film Chauffer le dehors, inspiré d’un texte de l’autrice originaire de Mashteuiatsh, Marie-Andrée Gill, qui ouvrira la soirée 100 % Régions le mercredi 11 mars. Le lendemain, le réalisateur trifluvien Alexandre Dostie aura le même honneur lors du lancement de la compétition officielle avec son court métrage Je finirai en prison.

Compétition

À souligner dans la programmation : Zoo, le premier film du réalisateur Will Niava, SDR, de la comédienne et réalisatrice Alexa-Jeanne Dubé et Une fois la poussière retombée d’Hervé Demers. Tous des courts métrages québécois. À l’international, Da Yie, un film belge du réalisateur Anthony Nti, Learning skateboard in a warzone, gagnant de l’Oscar du meilleur court métrage documentaire, réalisé par Carol Dysinger, et The Manila Lover, une collaboration entre la Norvège et les Philippines, réalisée par Johanna Pyykkö.

Au total, ce seront 64 films qui seront présentés en compétition officielle, dont 10 nouveautés nationales éligibles au Grand Prix Canadien et 20 premières canadiennes et nord-américaines éligibles au Grand Prix.

En plus des compétitions officielles, il y aura les Compétitions parallèles présentées par Unis TV, ainsi que la compétition Tourner à Tout Prix!, qui met en vedette des films québécois tournés sans aide financière du milieu et qui est composée, cette année, de 7 différents courts métrages. Parmi eux, nous retrouverons Smoothie, le tout premier film en tant que réalisateur de Pier-Luc Funk, et La petite floride de Tim Bouvette. Les 5 courts métrages du tout nouveau volet AMERICANA, compétition pour les premiers films de cinéastes issus des trois Amériques, donneront beaucoup plus de place aux talents émergents à travers la compétition parallèle.

Composée de 9 courts métrages, la projection 100 % Régions, présentée par Hydro Québec et Culture Saguenay-Lac Saint-Jean, met de l’avant cette année des films régionaux d’un peu partout en province, dont six qui proviennent du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le public pourra y découvrir, entre autres, Le Pigeon, de William Mazzoleni, Je suis là, de Louis Moulin et Portrait de rue de François Harvey, tous des Saguenéens d’origine.

Programmes thématiques

Regard 2020
Regard, c’est aussi pour la famille

Le Festival offre, cette année, deux programmes entièrement dédiés au cinéma suisse. Focus Suisse et Short & Swiss charmeront les festivaliers avec des productions riches et variées. Du côté de l’Asie du Sud-Est, le public aura droit à la Carte blanche Singapore International Film Festival. Les courts sélectionnés dans cette programmation traitent d’une riche variété de thèmes centrés sur les notions d’identité. D’ailleurs, l’identité est une thématique omniprésente au Festival REGARD en 2020 de par ses programmes Grand rassemblement et Génération 3.0 qui mettent en lumière des courts métrages inspirants traitant de l’environnement et de la transidentité.

À noter également, la rétrospective Dans l’univers de Samer Najari et Dominique Chila, où l’on revisitera les deux premiers courts métrages du couple de cinéastes en plus de faire la lecture du scénario de leur tout dernier projet Rituels sous un ciel écarlate, actuellement en postproduction. Il ne faut pas oublier le retour de plusieurs classiques dans la programmation tels qu’Art & Essai, Documentaires et Films de genre.

Conversations

Le samedi 14 mars à 13h, la productrice Julie Groleau et le réalisateur Patrice Laliberté du tout premier long métrage québécois produit par Netflix, Jusqu’au déclin, seront en conversation avec la chroniqueuse et critique cinéma Manon Dumais. L’événement La Première Fois : Couronne Nord et Jusqu’au déclin permettra d’en apprendre davantage sur la transition du court au long, sur la genèse du projet, de la différence entre un projet relié au géant Netflix et un autre financé par les institutions publiques. Dès 15 h, toujours le samedi, le compositeur Martin Léon et le réalisateur Philippe Falardeau joueront une fois de plus en équipe dans le cadre d’une conversation, présentée par l’Union des Artistes.

Il y aura aussi les tables rondes. D’abord, le vendredi 13 mars à 13h, la table ronde Vues d’ensemble examinera les enjeux de la diversité, d’identités distinctes et de visibilité au sein du milieu du court métrage. Politiques et engagés devant ou derrière la caméra, ces cinéastes, et professionnels en programmation et création feront état des lieux et nous offriront leurs perspectives sur ces enjeux. Avec Will Niava, Jess Murwin, et Jemmy Echaquan Dubé, cette table ronde sera animée par Jean Hamel.

Cette activité sera suivie de la table ronde Couteaux Suisses, présentée par Swiss Film. Artistes polyvalents et véritables habitués du plateau : il n’y a aucune frontière pour les cinéastes et panélistes choisis pour cette activité : Fanny Mallette, Jenna Hasse, et Alexa-Jeanne Dubé. Que ce soit par choix ou par nécessité, ces dernières déploient leurs multiples talents à chaque tournant et cumulent les accolades. L’activité sera animée par Daniel Racine. Finalement, l’organisme Short Film Conference présentera une table ronde destinée aux professionnels en réalisation, distribution et direction de festivals le samedi 14 mars à 13 h.

***

Pour avoir accès à toute la programmation du Festival, rendez-vous sur le site web de REGARD : www.festivalregard.com

Qui a dit que les grands festivals de films étaient tous à Montréal?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *