« Je m’appelle Sam. Et aujourd’hui c’est une journée importante. »

AFFICHE POST SCRIPTUM vfIl se nomme Sam. Et, depuis 5 ans, il tente de faire ses adieux à 6 proches qu’il a perdus dans un accident. Un hommage plus personnel et révélateur que celui auquel les convives pourraient s’attendre. 

Post Scriptum, le 4e court métrage d’Alessandro Cassa, traite avec douceur et sensibilité de la mort et des sentiments qu’elle provoque. Que diriez-vous à vos proches après votre mort?

Une touche unique

Post Scriptum - Touche uniqueC’est à travers les yeux de Sam que l’histoire est mise de l’avant dans ce court métrage narratif aussi poétique que touchant. Alessandro Cassa démontre une fois de plus qu’il possède une touche unique dans la création d’une image. En maniant avec habileté les filtres photos, le réalisateur crée une ambiance personnelle et touchante. Le noir et blanc amène une touche supplémentaire à la beauté visuelle. Les plans rapprochés des ornements et des pierres tombales ne sont pas sans rappeler le travail de photographe de Cassa. Le souci du détail donne une réelle présence à tous ces objets qui deviennent presque un personnage en soi. Un personnage rempli de symbolique.

On découvre dans ce court métrage une sensibilité rare chez les hommes. Ce n’est certainement pas par hasard que le réalisateur québécois met en scène 5 personnages féminins. 5 femmes qui apportent chacune quelque chose de différent au personnage de Sam; 5 femmes qui, réunies, montrent plusieurs facettes de la féminité. Le film de Cassa semble par le fait même rendre hommage à la femme elle-même.

La musique

Derrière les images et le scénario se cache une superbe trame musicale. La musique de Kai Engel, en particulier, entre directement dans la tête du spectateur et n’en ressort que plusieurs minutes après la fin du film.

Quiconque a déjà perdu un proche ne pourra s’empêcher d’y penser en entendant ces pièces. Pas de paroles, juste de magnifiques sons. Lorsque les notes retentissent, appuyant un plan en plongée de voitures qui filent ou encore les vagues scintillantes d’un cours d’eau calme, comment ne pas ressentir l’émotion qui monte? 

Mais encore…

Post Scriptum - Mais encoreQue reste-t-il de l’existence lorsque celle-ci disparaît? Comment devrait-on quitter cette terre? Ce sont les questions que pose Post Scriptum

Ce film inspirant se veut une ode à la vie et un regard sur la recherche universelle qu’est la quête du bonheur. Une épitaphe aussi personnelle qu’intérieure, probablement inspirée par les expériences personnelles du réalisateur. 

Pour paraphraser Sam : « Tant de choses à dire, mais si peu de [lignes], pour le faire. »

Vous pouvez regarder la bande-annonce ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *