Bye Bye Baby de Pablo S. Pastor

Bye Bye Baby – Angoisse

« Bye byyyyyyyyyyyeeeee baaaaaby. Sooo loooooong baaaaaby… » 

BYE-BYE-BABY - afficheUne jeune femme (Karina Kolokolchykova) est sur le point de passer une soirée tranquille à la maison, avec pour seule compagnie un film. Après l’appel d’une amie, tout semble aller mal. Le sentiment d’angoisse et de confusion se développe de minute en minute à cause des événements inexplicables qui s’enchaînent dans la maison. Soudain une question traverse son esprit, est-elle vraiment seule?

Avec Bye Bye Baby, Pablo S. Pastor, qui coécrit aussi le scénario, offre un magnifique hommage aux cinéastes de films d’horreur qui l’ont inspiré.

Un style travaillé

BYE-BYE-BABY-2
Le plan des escaliers

La première chose qu’on remarque dans Bye Bye Baby, c’est la qualité de l’image. L’éclairage met en valeur chaque action des personnages. Les teintes bleutées ou rougeâtres tiennent le spectateur en constant état d’angoisse.

Sans oublier les angles de caméra. Je pense entre autres à la scène où Heather descend l’escalier. Cet angle de caméra qui nous laisse supposer une certaine folie du personnage.

Un hommage réussi

BYE-BYE-BABY-3
Le plan du téléphone

Bye Bye Baby est aussi un hommage réussi au cinéma d’horreur des années ’80 et ’90. On peut penser à des longs métrages comme Scream (Frisson) ou encore Halloween. D’ailleurs, je n’ai pu m’empêcher de sourire en voyant les premières images du film, alors que Heather répond au téléphone. Le plan m’a immédiatement rappelé Scream. Et voilà, j’étais à nouveau un adolescent devant ma télé.

À mesure que le film progresse, on peut reconnaitre les influences et les hommages aux autres grands du genre : Hellraiser, A Nightmare on Elm Street, et quelques autres…

Pourquoi est-ce un hommage réussi? Parce qu’on n’a pas l’impression d’une pâle copie. Bien que l’on reconnaisse les influences du réalisateur, on comprend assez rapidement qu’il ne tente pas de s’approprier les autres films, mais plutôt de créer une histoire tout en y intégrant certains éléments de ces « classiques ». Et la fin est très réussie.

Mais encore…

BYE-BYE-BABY-4
L’angoisse est palpable

Passer une soirée à la maison n’aura jamais été aussi angoissant pour la jeune femme du film. Mais qui se cache donc dans la maison? Une chose est sûre, Heather regrettera de ne pas avoir écouté sa copine qui lui suggérait de se trouver quelqu’un pour passer la nuit de son anniversaire.

Par la qualité de la réalisation de Pastor, Bye Bye Baby se retrouve en sélection officielle au SITGES, et y sera présenté le 8 octobre 2017.

Après Bye Bye Baby, vous ne verrez plus de la même façon la possibilité de passer une nuit seul!

Note : 7.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *