Morning after

Morning After – Abandonner les étiquettes

« Je ne crois pas aux étiquettes. Je crois au flux. »

Morning after - afficheAprès un long séjour à l’étranger, un jeune homme revient à Montréal et se réunit avec ses amis. Un jeu sensuel entre eux le force à affronter un conflit intérieur profond qui l’amène à une puissante réalisation libératrice.

Morning After, de Patricia Chica, est l’un des premiers, sinon le premier, film qui traite de la sexualité de cette façon. Une façon de voir les choses qui serait de plus en plus « populaire » chez les nouvelles générations.

La sexualité fluide

Morning after - Toast
Edward (Kristian Hodko), Alex (Joey Scarpellino), Dana (Jordana Lajoie), Teegan (Zoé de Grand Maison) et Michael (Thomas Vallières)

Vous connaissez le concept de sexualité fluide, ou de fluidité sexuelle? En fait, ce n’est pas compliqué. C’est l’idée qu’une personne n’est pas étiquetée comme hétérosexuelle ou homosexuelle ou encore bisexuelle, mais qu’elle est plutôt en mesure de laisser libre cours à ses désirs du moment et à ses attirances sans regard au sexe de l’autre personne.

Dans Morning After, les personnages d’Edward (Kristian Hodko), d’Alex (Joey Scarpellino), de Dana (Jordana Lajoie) et de Teegan (Zoé de Grand Maison) font partie de ce groupe de gens qui ne vivent pas selon des étiquettes. Et Michael (Thomas Vallières) se verra, bien malgré lui, obligé de revoir sa façon de penser sa sexualité.

C’est lorsque Teegan décide de l’amener à part le temps d’un moment de plaisir qu’il devra se rendre à l’évidence qu’il n’est peut-être pas tout simplement gay.

Et l’amitié

Morning After Salle de bain
Michael et Teegan

Mais le film de Chica nous amène aussi à un autre questionnement. Des amis peuvent-ils avoir des rapports sexuels sans que cela ne détruise leur amitié? La croyance a longtemps été – et l’est pour la majorité encore – que lorsque des amis couchaient ensemble, leur amitié était détruite.

Mais ici, ces rapports flous ne semblent pas être un problème. On semble en mesure de séparer sentiments et plaisirs. De la même façon qu’on le fait avec n’importe quelle autre activité.

Ce qui fait de Morning After non seulement un film sur la fluidité sexuelle et sur l’acceptation de soi, mais aussi un récit inspirant sur la connexion humaine, sur l’unité et sur la découverte du flux qui unit l’expérience sensuelle à la vérité en nous.

Mais encore…

Morning_After-Thomas_Vallieres_(Michael)
Michael

Il était temps que quelqu’un ose faire ce genre de film. Et comme c’est souvent le cas, ça aura pris une femme pour faire avancer les choses. Morning After donne aux gens l’autorisation de ne pas se définir avec des étiquettes spécifiques, voire qu’il est correct de ne pas avoir d’étiquette. C’est un film qui ouvrira au dialogue.

Les gens sont de plus en plus curieux à propos de la diversité sexuelle, la culture d’une jeunesse moderne est en train d’émerger, et elle a faim de nouveaux thèmes cinématographiques. Et comme l’explique la réalisatrice : « Morning After donne voix à un public sous-desservi, désirant des personnages et des histoires qui reflètent leur propre expérience unique. Avec ses racines fermement plantées dans un récit universel avec une approche artistique et « edgy », Morning After dépeint un voyage émotionnel qui survivra à son temps et continuera d’être pertinent, car la communauté LGBTQ+ et ses problèmes d’identité touchent de plus en plus le public en général. » (traduction libre)

Patricia Chica
Patricia Chica

Je terminerai sur cette citation de Chica qui explique de façon merveilleuse sa vision de la sexualité (ainsi que celle du scénariste Kristian Hodko) et, du coup, les thèmes du film : « Je vois la sexualité comme une composition vivante, multicolore et multicouche de couleurs et de tons qui changent tout au long de notre vie, c’est-à-dire que je vois que la sexualité coule et évolue constamment. J’aimerais que ce film traduise le message qu’il est bon d’avoir des impulsions, et de changer d’avis, puis de le changer à nouveau. Il est bon d’être attiré par ceux que vous voulez. C’est un voyage. Profitez-en. Et ne vous inquiétez pas de vous expliquer trop. Ce qui importe à la fin, c’est que vous êtes à l’aise dans votre propre peau, et non à quel point vous vous intégrez bien dans le moule. » (traduction libre)

Morning After nous encourage à rester ouverts à de nouvelles expériences et à laisser ces expériences nous transformer. Il est peut-être temps d’abandonner nos vieilles étiquettes.

Note : 8/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *