La nudité au cinéma… bis

Il y a près de 2 ans, j’écrivais un texte sur la nudité au cinéma. J’y disais que je trouvais aberrant, qu’en tant que société, nous trouvions correct de montrer de la violence à des enfants, mais que, dès qu’il y avait une fesse ou un sein, là, il faille s’assurer que les jeunes ne puissent pas voir ce film.

Violence gratuite - corps décapité
Pensez-vous que ceci pose problème?

Eh bien, imaginez-vous que, cette semaine, j’ai reçu un courriel officiel de la part de Google AdSense me disant de retirer le contenu pornographique de mon site, sinon ma licence d’affichage publicitaire (les publicités que vous pouvez voir sur Le Petit Septième) me serait retirée.

Un peu étonné, et surtout ne me rappelant pas avoir mis de contenu pornographique dans un de mes articles, j’ai regardé avec sérieux la page qui posait problème.

Voici la page en question (j’ai dû créer une nouvelle page, sans publicité, afin de conserver mon article intact, car j’ai effectivement censuré le texte original).

Peut-être est-ce notre jugement (ma collègue appuyant mon argument) qui est faussé, mais il me semble qu’il n’y a aucun contenu pornographique ici. Effectivement, il y a une femme qui danse les seins nus. Mais est-ce là ce que l’on appelle de la pornographie? J’aimerais avoir, ici, l’avis de nos lecteurs. Je ne veux pas savoir si vous aimez ce genre d’image ou pas. Je veux seulement savoir si Google AdSense a raison de me demander de censurer mon texte.

Eva Green, nue, dansant
L’image que Google AdSense juge pornographique.

Alors, pornographie ou simple nudité?

4 réflexions sur “La nudité au cinéma… bis”

  1. Patricia Bouchard

    Simple nudité! C’est ridicule. On dit que le Québec est ouvert d’esprit, mais pour les tabous on a encore du chemin à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième