Spasm 2022

Spasm — Présentation et 3 courts métrages

Le festival Spasm 2022 a commencé un peu plus tôt cette semaine. C’est, pour lui aussi, un retour en salles. 

Je vous propose un mini coup d’œil avec 3 courts métrages d’horreurs qui y sont présentés cette année. Il s’agit de 3 films dans 3 programmes différents : Science-fiction, Les inclassables, et Horreur.

Programme Science-Fiction

Ce programme présente 5 films.

Fieldtrip (Soren Bendt et Paul Arion) – Royaume Uni – 20 min

Fieldtrip - Poster

Un homme en combinaison spatiale robotique s’écrase sur son propre champ de mines et doit le traverser.

Moi qui n’aime pas les films d’espaces, je me disais être bien mal tombé lorsque Fieldtrip a commencé. Surtout que les 5 premières minutes sont un peu plates. Mais une fois que le personnage principal (et le seul si on fait abstraction à son ordinateur de costume spatial) se met en marche afin de désamorcer les mines et se trouver du ravitaillement, le film prend son envol.

Le thème réel de ce court métrage est la place de l’homme en opposition à la machine intelligente. Qui ne s’est jamais obstiné avec un logiciel ou avec son téléphone intelligent? C’est ce qui arrive à notre ami et ce qui rend ce film si intéressant. Cet astronaute subit le même sort que ceux de 2001: A space odyssey. 

Vraiment un film à voir!

Programme Les inclassables # 1

Ce programme contient 6 films.

Two to Tango (Dimitri Sterkens) – Belgique – 18 min

Douze dirigeants mondiaux se réunissent dans une salle de guerre pour jouer à un jeu de pouvoir dans lequel ils doivent danser le tango et s’éliminer les uns les autres. Qui sera le dernier homme debout?

Voici un vrai O.V.N.I. cinématographique. Un film jouissif dans lequel on découvre les règles à mesure que le film se déroule. Il y a quelque chose de vraiment plaisant à regarder des dirigeants mondiaux à s’entretuer puis à danser ensemble par la suite. 

Le scénario est tellement simple que c’est dur de croire qu’il est si bon. Presque pas de dialogues, mais beaucoup d’action et de moment de répit. Les mouvements de caméra sont maîtrisés à la perfection et les acteurs sont parfaits. 

Le meilleur court métrage de genre que j’ai vu cette année!

Programme Horreur

Cette fois-ci, ce sont 10 films qui vous attendent.

Dans l’ombre (David Émond Ferrat) –  Québec – 13 min

Affiche - dans-l ombre

Mélanie, une mère nouvellement séparée, passe une fin de semaine chez sa mère avec Tom, son fils de 8 ans qui n’est toujours pas au courant de la rupture. Dans l’ombre, une créature en quête de chair fraîche les guette, les examine et cherche leur faille afin de les attirer dans sa tanière.

Un petit film d’horreur assez efficace. Ferrat réussit à rapidement créer une ambiance glauque en utilisant de la fumée et des lumières directes. Tout commence par du camping dans la cour arrière d’une maison de campagne, pour finir avec une séquence effrayante.

L’ambiance est vraiment réussie, mais certaines faiblesses gâchent un peu le plaisir. Par exemple, certaines incongruités dans les comportements des personnages font en sorte qu’on y croit moins. Certains accessoires manquent aussi de réalisme. Je pense surtout à une tête humaine qui traine dans le jardin. Elle n’a pas l’air vraie du tout. 

Mais sinon, il s’agit d’un film qui se laisse regarder et qui donne un moment de plaisir.

***

Si vous avez envie d’assister à des projections (en salles ou en ligne), vous pouvez acheter vos billets directement sur le site de Spasm. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième