RULE 34 - une

[FNC] Rule 34 — La nuance du consentement

«Tu ne pourras jamais comprendre si tu n’essaies pas. »

Rule 34 - affiche

Simone (Sol Miranda) est une jeune femme noire qui a passé des années à performer des actes sexuels en ligne pour payer ses études de droit. Elle vient de passer un examen d’avocat commis d’office et son ambition est de défendre les femmes victimes d’abus. Afin de réveiller le désir sexuel de Simone, un ami lui envoie un lien vers une vidéo où une femme noire pratique le sadomasochisme. Peu à peu, Simone entre dans un parcours d’apprentissage des pratiques BDSM, et ses intérêts sexuels la conduisent dans un monde de violence et d’érotisme.

Avec Rule 34 (Regra 34), Júlia Murat offre un film risqué qui met en parallèle la violence consentie et la violence non consentie. Un film qui pose beaucoup de questions, un film qui pourrait en choquer plusieurs…

La notion de consentement

Avec son troisième film, la réalisatrice brésilienne pourrait créer la controverse dans les milieux féministes. En effet, elle questionne les limites de la notion de consentement sexuel. Simone (28 ans), le personnage principal de Rule 34 est progressivement introduit dans le monde du BDSM (bondage, discipline et sadomasochisme) avec Coyote (Lucas Andrade) (27 ans) son colocataire et camarade de droit. Avec lui, elle s’expose à des situations de plus en plus dangereuses, au nom de l’excitation sexuelle.

RULE 34 - la notion de consentement
Simone (Sol Miranda)

Mais Lucia (Lorena Comparato) (27 ans), une amie blanche de la fac de droit avec qui elle suit des cours de Kung Fu croit qu’en agissant ainsi Simone reflète l’oppression machiste de la société. Elle met donc en cause le réel consentement de son amie en accusant plutôt la société de l’avoir formaté. Est-ce le cas? Est-ce un enjeu plus problématique pour des femmes noires que pour des femmes blanches?

Si on pousse l’analyse, Murat pose plusieurs autres questions à enjeux sociaux dans son film. Comment gère-t-on les traditions esclavagistes dans notre société? Est-il possible de parler de désir sans reproduire les traditions machistes qui ont joué pour construire ces désirs? Est-il possible de jouir de la violence sans reproduire un système oppressif? Un système d’égalité des droits sans la sélectivité du système pénal est-il possible? Est-il possible d’éduquer sans punition?

Des relations modernes

En plus de questionner sur la sexualité et la société, Murat montre les relations sociales/amoureuses d’un point de vue moderne, sans jugement et sans censure. En effet, les 3 personnages principaux ont une relation qui, pour certains, pourrait être ambigüe. Ces 3 amis sont-ils seulement des amis qui baisent ensemble à l’occasion pour faire sortir la steam? Coyote et Simone sont-ils un couple ouvert? Les 3 adultes sont-ils un trouple? La réalisatrice ne pose aucun jugement et cette relation apparemment ambigüe n’est qu’une simple réalité dans le film, de la même façon qu’on montre un homme et une femme en couple dans d’autres films. 

RULE 34 - Des relations modernes
Simone, Coyote (Lucas Andrade) et Lucia (Lorena Comparato)

Il y a aussi la notion de cam girl qui semble ne poser aucun questionnement dans le film de Murat. Alors que généralement, les films présentent ces activités comme étant problématiques, la Brésilienne les montre comme étant tout à fait acceptables, voire normales. Personne ne questionne Simone quant à son activité. Ses ami.e.s ne voient aucun problème là-dedans. 

Ce qui semble plutôt l’intéresser ce sont les débats sur le genre, la classe et la race qui se déroulent au Brésil. Fondamentalement, le BDSM est surtout une excuse pour traiter de consentement et de doubles standards. 

Un peu plus…

Murat met en parallèle le fait d’aimer se faire maltraiter pour en retirer un plaisir et celui d’être maltraité sans le désirer. Simone étudie le système pénal brésilien et travaille à défendre des femmes victimes de violence conjugale. Est-ce que le fait qu’elle aime être asphyxiée pendant l’acte la rend inapte à défendre des femmes battues? 

RULE 34 - Un peu plus
Simone qui pratique l’asphyxie

Petite question quiz… Savez-vous ce qu’est la règle 34, de laquelle le film tire son titre? Elle stipule que si quelque chose existe, il existe également de la pornographie à ce sujet. 

Après le magnifique Pendular, dans lequel Murat questionnait plusieurs enjeux touchant les relations de couple (a remporté le prix FIPRESCI au Festival du film de Berlin 2017), la réalisatrice s’attaque à un gros morceau culturel et social avec Rule 34. Un film risqué, mais réussi. 

 Rule 34 est présenté au FNC les 10 et 13 octobre 2022.Bande-annonce  

Fiche technique

Titre original
Regra 34
Durée
100 minutes
Année
2022
Pays
Brésil / France
Réalisateur
Júlia Murat
Scénario
Gabriela Capello, Júlia Murat, Rafael Lessa et Roberto Winter
Note
8 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Regra 34
Durée
100 minutes
Année
2022
Pays
Brésil / France
Réalisateur
Júlia Murat
Scénario
Gabriela Capello, Júlia Murat, Rafael Lessa et Roberto Winter
Note
8 /10

© 2021 Le petit septième