Made in Ugana - Une

[FNC] Made in Ugana: The Very Special Seance — L’univers Ugana

Dans les mondes fantastiques du cinéaste japonais Kenichi Ugana, il y a de petites créatures poilues extraterrestres, d’autres tentaculaires et gluantes, des zombies incongrus et des démons hystériques.

Au programme de cette séance très spéciale se trouvent trois films courts (Moja, Visitors, et Coexistence) et une surprise : Twist (extrait d’un film à venir en 2023). Du gore pour rire, du rire pour réfléchir et du bizarre partout; tout cela pour se perdre joyeusement dans les délires d’un artiste hors pair qui, actuellement et de façon singulière, s’amuse à redéfinir le cinéma de genre.

C’est parti!

Coexistence – 10 minutes

Dans ce premier volet, un jeune homme donne rendez-vous à une jeune femme dans un café afin de lui présenter sa petite trouvaille : un genre de mutant tentaculaire digne des animés érotiques japonais. La créature semble exciter la jeune femme, qui s’y intéresse vivement.

COEXISTENCE

Le film est très court. Il s’agit plutôt d’une introduction à l’univers du réalisateur. On pourrait dire que Coexistence est principalement un film d’ambiance. Tournée en noir et blanc et montrant une image très travaillée, et très épurée, le réalisateur offre un moment d’intrigue tant pour les personnages que pour les spectateurs.

Les sons que produit la créature ne laissent aucun doute dans l’esprit. Gluant et visqueux, ce monstre étrange réserve des surprises. Pour ceux qui ont vu Extraneous matter, il s’agit de la même créature.

Visitors (往訪) – 16 minutes

Haruka, Nana et Takanori visitent la maison de Souta, un membre du groupe qui a perdu le contact avec eux. Mais le comportement de Souta est un peu étrange.

COEXISTENCE

Avec Visitors, Ugana offre un classique du genre. Ce qui commence bien relaxe, vire rapidement en un bain d’hémoglobine infernal dans lequel l’absurde et le dégueulasse se chevauchent admirablement.  

Si le premier film misait sur une image très pure, presque photographique, le deuxième utilise plutôt une image dans les teintes oranges ou sépias, au look crade. Les personnages se transforment un à un en créatures horrifiantes au rire fou. Nous ne sommes pas terrifiés par ce film, mais l’ambiance glauque est jouissive pour quiconque aime le cinéma gore. 

Les acteurs sont superbes dans des performances à la limite de la caricature. 

Moja (モジャ) – 28 minutes

Un jour, une météorite frappe la terre et Seya est sur le toit, en train de téléphoner.

Moja

Moja est un étrange film philosophique dans lequel 3 personnages différents discutent avec un extraterrestre poilu. On est vraiment dans un autre genre de weird. 

L’image très travaillée du film semble être en opposition avec ce petit bonhomme vert bien touffu qui mesure environ 1 pied de haut. Ugana, fidèle à lui-même, n’utilise pas d’effets numériques pour animer sa créature de l’espace. Il se contente de prendre une marionnette et de la faire bouger à la vieille manière. Ça crée réellement une sorte de distorsion avec la qualité visuelle du reste de l’œuvre. Mais en même temps, ça ouvre une porte afin de créer une conversation sur le sens de la vie.

Twist

Avec Twist, on finit le programme en beauté. Du dégueu et de l’étrange… quoi demander de mieux pour terminer la soirée Ugana. Disons que s’il s’agit bien d’un extrait pour un long métrage, j’ai bien hâte de le voir. 

TWIST

Le réalisateur marche encore une fois sur la fine ligne qui sépare le drôle du ridicule. Ici, tout passe par le non-verbal du personnage principal lors de ses interactions avec l’homme au visage à moitié arraché. 

Made in Ugana: The Very Special Seance est présenté au FNC les 14, 15 et 16 octobre 2022.

Fiche technique

Titre original
Made in Ugana: The Very Special Seance
Durée
90 minutes
Année
2022
Pays
Japon
Réalisateur
Kenichi Ugana
Scénario
Kenichi Ugana
Note
8 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Made in Ugana: The Very Special Seance
Durée
90 minutes
Année
2022
Pays
Japon
Réalisateur
Kenichi Ugana
Scénario
Kenichi Ugana
Note
8 /10

© 2021 Le petit septième