True Things - une

True Things – La Belle et la Bête

« – What do you call your parents? Mommy and Daddy?
– They’re called Trevor and Susan. How do you call yours?
– Bitch and cunt. »
[– Comment appelles-tu tes parents? Maman et papa?
– Ils s’appellent Trevor et Susan. Comment appelles-tu les tiens?
– Salope et connard.]

true things - poster

Une jeune femme (Ruth Wilson) vivant en marge de la société est enivrée par un inconnu qui bouleverse sa vie tranquille.

Adaptation filmique du roman True Things About Me de Deborah Kay Davies, True Things de Harry Wootliff met en scène une femme dans sa trentaine, Kate (Ruth Wilson), qui tombe amoureuse d’un de ses clients (Tom Burke) au bureau des prestations de service et se voit bientôt emprisonnée dans une relation toxique…

Une vie insatisfaite 

True Things - Une vie insatisfaite
Kate (Ruth Wilson) et Blond (Tom Burke)

Les mouettes qui montent et descendent insouciamment devant le bureau de Kate, dans la ville portuaire de Ramsgate, ne font qu’intensifier son désir profond de liberté. Mais la réalité de la trentenaire est tout autre : les journées au bureau se ressemblent – un travail monotone, des insultes de la part de ses clients –, de même que sa vie privée, dénouée d’amour dans un appartement où les armoires ne contiennent rien de comestible et les fleurs sont fanées depuis un bon moment. Capturant en gros plan une mouche cognant contre la fenêtre, la caméra souligne – tout comme le format étroit du film – le sentiment d’emprisonnement de la jeune femme. 

Une rencontre décisive

True Things - Une rencontre décisive

Entre dans cette vie sans éclat un nouveau client, « Blond » (Tom Burke), un ancien détenu aux cheveux peroxydés et à la cicatrice saillante sur la lèvre supérieure, qui fait perdre la tête à Kate, avide d’amour et de jouissance. Faute de connaître son prénom, Kate le nomme d’après la couleur de ses cheveux, ce qui, en soi, illustre à quel point leur relation sera basée sur les aspects physiques plutôt que les valeurs humaines, les « True Things » quoi. 

L’amour tribal

Si le public s’était attendu à une histoire d’amour passionné et romantique, il serait donc déçu. Au bout des premières quinze minutes du film, Kate se voit baiser violemment dans un stationnement à étages par un homme ressemblant plus à un lion sauvage qu’à un homme soigné et attirant. Or, son désir est éveillé et elle réclame plus. Ayant flairé une proie facile, Blond, de son côté, condescend à la voir – mais à ses conditions. C’est lui qui décide quand et où et c’est lui qui repart quand bon lui semble. Baissant son regard et souriant timidement, Kate est représentée comme une jeune fille naïve qui se laisse guider par son amant rebelle en espérant que ce dernier, un jour, accepte de l’aimer – pour qu’ils forment l’un de ces couples parfaits qu’elle suit sur son compte Insta. « You need to find your tribe » [Il faut que tu trouves ta tribu], lui fait comprendre Blond découvrant Kate droguée et en larmes après une fête où elle s’était sentie terriblement seule, croyant qu’elle l’avait perdu. « You’re my tribe » [Tu es ma tribu] insiste-t-elle. Mais lorsqu’elle lui avoue qu’elle souhaite devenir sa copine, Blond la repousse en se moquant d’elle : « How old are you? 12? » [Quel âge as-tu? 12 ans?]. Kate cherche une relation stable et profonde, Blond – marqué peut-être par son enfance sans parents – ne lui offre que l’acte animalier. Le monde de Kate est de plus en plus en train de s’écrouler. Jusqu’où mènera cette relation toxique? Je vous laisse découvrir la fin par vous-même…

True Things - amour tribal

Bien joué, mais prévisible 

Du côté technique, True Things mise sur des gros plans lorsqu’il s’agit de montrer les émotions de Kate et a recours à des images mouvementées, souvent floues, lorsque Kate passe du temps avec Blond, l’aventurier inconventionnel. Sinon, la prestation des acteurs principaux est convaincante – surtout celle de Ruth Wilson qui après cinq saisons dans la série américaine The Affair ne sait pas seulement comment jouer la séduite, mais qui, en général, livre un jeu nuancé et époustouflant. Or, malgré ces aspects positifs, je n’ai pas réussi à me mettre dans l’ambiance du film, serait-ce par le fait que j’étais dégoûtée par le rôle masculin ou à cause de la prévisibilité de l’intrigue. Quoi qu’il en soit, True Things ne laissera pas ses spectateurs indifférents. 

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
True Things
Durée
102 minutes
Année
2021
Pays
Royaume-Uni
Réalisateur
Harry Wootliff
Scénario
Harry Wootliff et Molly Davies
Note
6 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
True Things
Durée
102 minutes
Année
2021
Pays
Royaume-Uni
Réalisateur
Harry Wootliff
Scénario
Harry Wootliff et Molly Davies
Note
6 /10

© 2021 Le petit septième