Flux Gourmet - une

Flux Gourmet — Rivalités alimentaires

« And with that, I need to go further into oblivion. »
[Et avec ça, j’ai besoin d’aller plus loin dans l’oubli.]

Flux Gourmet - affiche

Installé dans un institut dédié à la performance culinaire et alimentaire, un collectif sonore se retrouve mêlé à des luttes de pouvoir, des vendettas artistiques et des troubles gastro-intestinaux.

Avec Flux Gourmet, Peter Strickland plonge ses spectateurs dans un univers étrange, aux images délicieuses et aux sonorités étonnantes. Voici un film comme vous en avez probablement rarement vu. 

Les rivalités au sein du band

Il y a beaucoup de choses dans ce film qui, à première vue, semblait assez simpliste. Commençons par la représentation que Strickland propose quant à la façon dont fonctionnent les bands. Combien de fois avons-nous vu des groupes de musique se séparer sans trop comprendre pourquoi. Certains des plus grands l’ont fait : les Beatles, Pink Floyd, Led Zeppelin… Souvent, les causes sont assez simples. Essayez d’imaginer vivre en permanence avec 2, 3 ou 4 autres personnes. C’est presque impossible qu’aucune friction ne se crée avec le temps. Et lorsqu’on ajoute à ça la popularité qui croit et les égos qui se gonflent ou s’effritent, on se retrouve avec un presto qui risque d’exploser à tout moment. 

Flux Gourmet - Rivalités au sein du band
Jan Stevens (Gwendoline Christie) et Stones (Makis Papadimitrou)

Nous voici donc à regarder cet étrange band sans nom, qui est accepté au sein d’une résidence d’artistes chez, la non moins étrange, Jan Stevens (Gwendoline Christie). Car, en effet, Elle (Fatma Mohamed), Lamina Propria (Ariane Labed) et Billy Rubin (Asa Butterfield) forment ce collectif sonore dysfonctionnel – un groupe consacré aux sons des arts culinaires – qui tente de se perfectionner grâce à Jan. 

Elle (Fatma Mohamed) est le leader du groupe. Elle est créative, forte et a un égo énorme. Les autres membres du groupe ne peuvent donner leurs avis que si ça plait bien à la grande dame. Pour ajouter aux frictions entre les membres du groupe et celles entre Elle et Jan, la résidence est suivie par Stones (Makis Papadimitrou), un auteur un peu raté qui doit documenter l’expérience. Stones sert le film d’une merveilleuse façon alors qu’il représente la vision extérieure. Il est aux prises avec des problèmes gastro-intestinaux. Une belle façon d’illustrer ce que vit le groupe en résidence. Ou, de ce fait, ce que vivent une grande quantité d’artistes qui travaillent en groupe…

Un travail sonore original

Par contre, là où le film se démarque de par son originalité, c’est au niveau sonore. En fait, en mettant en scène un band qui utilise des sons — et offre des performances — culinaire et alimentaire, Strickland avait un terrain de jeu fertile au niveau sonore, et il l’exploite pleinement. 

Flux Gourmet - Un travail sonore original
Billy Rubin (Asa Butterfield), Elle (Fatma Mohamed) et Lamina Propria (Ariane Labed)

Existe-t-il réellement des bands qui se spécialisent dans les performances musicales et théâtrales utilisant des sons culinaires? Si oui, je n’en n’ai pas trouvé. Mais j’aimerais bien que vous me les partagiez. Dans Flux Gourmet, les séquences artistiques sont saisissantes. Une scène du film offre une longue performance du groupe, dans laquelle Elle se produit, nue, à l’avant de la scène, se tortillant dans une marre dégoulinante de fruits écrabouillés tant sur le sol que sur son corps. Elle utilise un micro pour créer des sons rappelant le « boum » d’une grosse caisse sur une batterie. Vous pouvez voir à quoi ressemble cette performance avec l’image en début de texte. 

Pendant que le visage du band performe à l’avant de la scène, les deux autres comparses créent le fond sonore avec des bruits de couteaux, de mélangeurs électriques et d’autres outils de cuisines. Pour créer une ambiance avec ces sons, ils utilisent des outils électroniques pour jouer avec les sons. Le résultat est surréel. Honnêtement, si on me donnait l’occasion d’assister à une performance de ce genre, je dirais oui immédiatement. 

Ah oui… Après la performance, les spectateurs sont invités backstage afin de déguster les résidus alimentaires sur le corps de l’artiste. Il faut bien pousser à la limite la gloutonnerie. 😉

Un peu plus…

Présenté sur Shudder, Flux Gourmet est un film franchement original. C’est aussi une œuvre qui m’a pris par surprise. Tout en restant accessible au grand public, elle amène le spectateur quelque part où il n’a probablement jamais été. 

Flux Gourmet

Je vous invite donc à en profiter si vous êtes abonnés à la plateforme digitale. Sinon, il y a un essai gratuit de 7 jours. Il ne faudrait pas vous en priver… 

Pour ceux qui se demandent un peu à quoi pourrait se comparer Flux Gourmet, je répondrais que c’est un genre de Almost Famous sur l’acide avec des orgies impliquant de la nourriture. Un film savoureux (je ne pouvais m’empêcher de faire au moins un jeu de mots poche en lien avec la nourriture). 

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
Flux Gourmet
Durée
111 minutes
Année
2022
Pays
Royaume-Uni / États-Unis
Réalisateur
Peter Strickland
Scénario
Peter Strickland
Note
7.5 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Flux Gourmet
Durée
111 minutes
Année
2022
Pays
Royaume-Uni / États-Unis
Réalisateur
Peter Strickland
Scénario
Peter Strickland
Note
7.5 /10

© 2021 Le petit septième