Presque - une

Presque — C’est mon ami!

« On est tous embarqués, comme dans un train. On ne sait pas où on va. On ignore tout de la destination, mais on est à bord. »

Presque - Affiche

Louis, célibataire de 58 ans et entrepreneur de pompes funèbres, croise la route d’Igor, un homme de 40 ans atteint de paralysie cérébrale. Dans un corbillard, les deux compères s’embarquent dans un voyage à travers le sud de la France où ils se découvrent des points communs.

Il semble de plus en plus fréquent de voir des acteurs écrire et réaliser leur film. Pour Presque, ils sont deux à le faire conjointement.

Road movie et amitié

Igor (Alexandre Jollien), handicapé semi-autonome, se déplace en vélo de livraison. Il travaille pour un marchand de produits bio. Il rencontre par accident (!) Louis (Bernard Campan) et vont devenir des amis à travers les scènes d’hôpital et de trajet en corbillard. 

Presque - Road movie et amitié
Igor (Alexandre Jollien) et Louis (Bernard Campan)

Et le film devient un road movie. On nous amène d’abord à connaître Igor, qui subit les réactions clichées habituelles comme « vous comprenez quand je vous parle? » ou « vous croyez en Dieu? » pour nous montrer qu’il est très sain d’esprit, seulement sa parole et sa démarche sont plus lentes et laborieuses.

Le film a l’habileté d’opposer les limites que Louis (le croque-mort) se donne dans sa vie, toujours bien mis, l’humilité, la politesse, toujours correct versus la liberté qu’a Igor malgré son handicap et, peut-être même, à cause de son handicap. Nous assistons à un transfert de personnalité d’Igor vers Louis. 

Prévisible, mais…

Bon, le scénario est assez prévisible. On voit venir le dénouement, on sait très bien que toute la distance qui sépare les deux personnages au début va disparaître à mesure que l’histoire va se dérouler. On a donc affaire à un film du genre « pas mal, mais qui n’invente rien de nouveau… »

PRESQUE - Prévisible mais

Bien joué, avec de beaux personnages, le film est quand même bien fait et crédible. La scène de la professionnelle du sexe est plutôt touchante et intéressante. Ce film peut, au moins, nous questionner sur notre propre réaction d’ouverture ou de fermeture face à un handicapé comme Igor.

Comme Rain man, Intouchables ou un autre film français qui avait été un grand succès avec un trisomique, ce film se veut un feel good movie mais un petit malaise m’a habité du début à la fin. Je suis tombé en sympathie pour Igor et malgré les belles aventures qu’il a vécues, je suis resté dans sa prison physique tout au long.

Au moins, ça me fait remercier la vie d’avoir tous mes moyens malgré mon âge avancé…

Un bon film, sans prétention, mais pas aussi grandiose que sa bande-annonce le promet.

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
Presque
Durée
92 minutes
Année
2022
Pays
France
Réalisateur
Alexandre Jollien et Bernard Campan
Scénario
Hélène Grémillon, Alexandre Jollien et Bernard Campan
Note
8 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Presque
Durée
92 minutes
Année
2022
Pays
France
Réalisateur
Alexandre Jollien et Bernard Campan
Scénario
Hélène Grémillon, Alexandre Jollien et Bernard Campan
Note
8 /10

© 2021 Le petit septième