Midnight Swan - une

[TJFF] Midnight Swan — Instinct maternel

« Je veux être ta mère. »

Midnight Swan - affiche

Nagisa (Tsuyoshi Kusanagi) est une femme transgenre. Ayant grandi en tant qu’homme à Hiroshima, Nagisa a été confronté à des préjugés et a été ostracisé par la société. Elle déménage à Tokyo où elle travaille comme danseuse dans une boîte de nuit. Sa nièce éloignée, Ichika est une collégienne délaissée par sa mère. Après avoir été expulsée de chez elle, Ichika (Misaki Hattori) se rend à Tokyo et commence à vivre avec Nagisa. Bien qu’initialement réticente, Nagisa prend soin d’Ichika et commence à développer des sentiments maternels pour elle, sentiment qu’elle ressent pour la première fois.

Avec Midnight Swan (ミッドナイトスワン), Gagnant du meilleur film, de la meilleure performance principale et du meilleur nouveau venu aux Academy Awards japonais 2021, Eiji Uchida propose un film puissant et déchirant et met en lumière les luttes auxquelles est confrontée la communauté LGBTQ au Japon.

L’instinct maternel

Un des points forts de Midnight Swan est les questionnements qu’il provoque chez le spectateur. Par exemple, c’est quoi exactement l’instinct maternel? Il ne faut pas oublier que la société japonaise en est une plutôt traditionnelle. Mais pour revenir au film, le réalisateur introduit ce questionnement : un homme transsexuel peut-il avoir cette fibre maternelle? 

Midnight Swan - Instinct maternel
Nagisa (Tsuyoshi Kusanagi) et Ichika (Misaki Hattori)

Au début du film, il est évident que Nagisa ne veut rien s’avoir d’avoir un enfant à sa charge. Mais peu à peu elles — et Ichika — commencent à avoir des sentiments l’une pour l’autre. Leur lien se renforce et ils deviennent très proches. Nagisa qui a vécu seule dans l’obscurité trouve enfin une lumière dans sa vie; Ichika. L’instinct maternel de Nagisa grandit donc en elle. Mais peut-elle se définir en tant que « mère »?

Et qu’en est-il de Saori, la mère biologique d’Ichika? Elle refuse ses responsabilités et ne fait rien pour sa fille, mais elle a la génétique qui l’unit à sa fille. Peut-elle être considérée comme une mère à part entière? 

Une autre grande force de Midnight Swan, c’est de toucher ces enjeux sociétaux sérieux tout en offrant un film grand public touchant et divertissant. 

Être bien dans son corps

Maintenant que l’homosexualité est plutôt bien acceptée dans les pays développés, les enjeux LGBTQ se tournent de plus en plus vers les identités de genres. Nagisa dit une phrase qui montre bien comment se sentent beaucoup de personnes trans, mais aussi des jeunes qui cherchent leur identité propre : « Les gens comme nous… nous devons apprendre à survivre seuls. »

Midnight Swan - Être bien dans son corps

Il y a des éléments de récurrence importants aussi dans cette œuvre. À plusieurs reprises, Nagisa se présente dans une clinique pour recevoir des injections d’hormones. D’ailleurs, elle économise pour pouvoir se payer la grande opération qui fera d’elle une femme de corps, tant que d’esprit. Mais la pulsion maternelle que sentira naître Nagisa créera de profonds questionnements au niveau de ses priorités. 

Le sentiment naissant d’amour maternel, et la découverte qu’Ichika a un réel talent pour le ballet l’amèneront à vouloir consacrer sa vie à Ichika. Tout ce que Nagisa veut maintenant, c’est être une « mère » pour cette autre ostracisée.

Kusanagi parvient à incarner le dévouement et l’amour inconditionnel d’une mère en tant que Nagisa. Sa performance est sublime. Quant à Misaki Hattori, qui a été trouvée grâce à un long processus d’audition, spécifiquement pour trouver une danseuse de ballet expérimentée. Il s’agit de son premier rôle en tant qu’actrice. Sans être éblouissante, elle s’en sort très bien dans ce rôle qui n’est pas évident. Je dois souligner, tout de même, sa grâce en tant que ballerine. Lorsqu’elle interprète les pièces de ballet du Lac des cygnes et d’Arlequinade, elle crée un sentiment de plénitude et de libération chez le spectateur. 

Un peu plus…

Midnight Swan est une histoire d’amour pseudo-mère-fille dépassant le genre et la tradition. Le réalisateur dit qu’il s’agit de l’histoire d’amour la plus pure et poignante de tous les temps. Je ne sais pas si j’irais jusque-là, mais il a raison lorsqu’il parle de pureté. 

Midnight Swan - Un peu plus

Il offre aussi un film osé en se permettant de créer cette relation mère-fille non conforme aux normes sociétales. Nous qui vivons dans une société plutôt ouverte sur les « rôles » familiaux non traditionnels avons encore certaines difficultés à accepter l’homoparentalité pleinement. Vous croyez que j’exagère? Posez la question autour de vous. Il y a encore beaucoup de préjugés et de jugement envers la notion d’enfants qui ont deux mamans ou deux papas. Alors qu’en est-il de cette possible parentalité impliquant une personne trans?

Midnight Swan est présenté au TJFF, le 19 juin 2022. 

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
ミッドナイトスワン
Durée
124 minutes
Année
2020
Pays
Japon
Réalisateur
Eiji Uchida
Scénario
Eiji Uchida
Note
8.5 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
ミッドナイトスワン
Durée
124 minutes
Année
2020
Pays
Japon
Réalisateur
Eiji Uchida
Scénario
Eiji Uchida
Note
8.5 /10

© 2021 Le petit septième