Monstrous - une

Monstrous — Une histoire monstrueuse

« I do not know what that thing is, but you are never talking to it again! »
[Je ne sais pas ce que cette chose est, mais tu ne lui parleras plus jamais!]

Monstrous - affiche

Le réalisateur Chris Sivertson, à qui l’on doit (I know who killed me), réalise ce thriller d’horreur écrit par Carol Chrest (The Prophet’s game).

Fuyant son mari abusif, Laura (Christina Ricci) emménage dans une vieille maison avec son fils Cody (Santino Barnard). Elle se retrouve confrontée à une créature maléfique qui révèle des secrets dérangeants. 

Le film démarre bien, rien d’original, mais c’est une histoire de monstre de l’étang dans un joli cadre des années soixante avec une apparente ambition de pasticher les vieux films d’horreur de cette époque. Avec une compagnie de production qui porte le nom de Chicken Soup for the Soul, je ne m’attendais à rien de plus et j’acceptais le contrat. La prémisse était simple, classique, mais prometteuse.

Hostilité ambiante

Bientôt, on remarque que Laura est sans cesse confrontée à l’hostilité partout où elle va. Au travail, ses collègues la regardent d’un drôle d’œil, de même que Mrs Langtree (Colleen Camp), femme du propriétaire de la maison, M. Langtree (Don Durell). Celle-ci se méfie de Laura au plus haut point, allant jusqu’à la suspecter de consommer de la drogue. 

En outre, Cody ne se fait aucun ami, et ne socialise avec personne d’autre que sa mère et la créature de l’étang. C’est un enfant solitaire qui espère ne rentrer qu’à la maison.

Le Monstre VS Laura

Monstrous - Monstre vs Laura

L’intrigue se construit autour de la présence terrifiante d’une dame fantomatique qui vit dans un étang près de la maison. Elle tourmente Laura et Cody. Si Laura en est terrorisée, ce dernier n’en a pas peur, au contraire, il cherche à s’en rapprocher. Cherchant à protéger sa famille et devant un stress immense qui s’ajoute à une couche de traumatisme passé, Laura devient de plus en plus déséquilibrée. Sa santé mentale est remise en question, ce qui n’est pas si surprenant venant d’une femme récemment sortie d’une relation abusive. 

Un scénario frustrant

L’idée à l’origine de Monstrous était pleine de bonnes intentions, Carol Chrest a mis l’accent sur Laura et son passé pour bonifier le scénario qui, autrement, ne serait qu’un film de monstre. 

Ce qui est frustrant, c’est que plusieurs éléments de l’intrigue demeurent en suspens, sont inexpliqués, et lorsque l’on dévoile la chute, beaucoup de détails n’ont aucun sens. De plus, l’absence de transitions entre des moments d’intense terreur suivant des scènes dramatiques de la plus complète normalité est déstabilisante. 

Monstrous est un film moyen, réalisé correctement, mais avec un scénario qui souffre de carences. La chute est très évidente à deviner, même si j’espérais avoir tort. C’est que si c’est évident à deviner, il n’en est pas moins vrai que c’est gros à avaler comme dénouement. 

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
Monstrous
Durée
89 minutes
Année
2022
Pays
États-Unis
Réalisateur
Chris Sivertson
Scénario
Carol Chrest
Note
5.5 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Monstrous
Durée
89 minutes
Année
2022
Pays
États-Unis
Réalisateur
Chris Sivertson
Scénario
Carol Chrest
Note
5.5 /10

© 2021 Le petit septième