Été éternité - Une

[FCMS] L’été, l’éternité — Survivre à la mort

« Je pensais que tu me protègerais toujours. Parce que de nous deux, c’était toi la plus forte. »

Été éternité - affiche

Vivre et aimer du haut de ses 18 ans, plonger dans l’insouciance de l’été, perdre brutalement sa meilleure amie, s’apercevoir que rien ne dure toujours, renaître.

Avec L’été, l’éternité, Émilie Aussel propose un film de bande et de solitude, d’amitié et d’amour, un film de paysages, de visages, de voix. Un film qui se promène habilement sur la ligne poreuse entre fiction et documentaire.

Entre documentaire et fiction

Le film assume des ruptures, des absences, des hors-champs, pour travailler le vide, l’arrachement, et pour placer son récit à hauteur d’un regard adolescent. Il mêle des registres de parole, triviale en groupe et plus exaltée lors des conversations intimes ou des pensées intérieures qui nourrissent le besoin de se raconter. Demeurent aussi de longs silences où le vent occupe l’espace sonore, où la musique de Postcoïtum prend sa place.

Été éternité - Entre documentaire et fiction
Lise (Agathe Talrich) et Lola

Par moments, les personnages sont placés devant la caméra et s’adressent à celle-ci, directement. Ils parlent alors à une personne qu’ils ont perdue. Ces images, particulièrement fortes proviennent, à la base, de la première phase de la distribution qui était basée sur un entretien, des questions liées au sujet du film. À la fin, la réalisatrice demandait, par une improvisation face à la caméra, un monologue dans lequel les acteurs devaient s’adresser à une personne chère qu’ils ont perdue ou peur de perdre. Ces monologues sont des paroles clandestines, des mots qu’on aimerait dire en face, mais n’ayant jamais été dit. Cela donne des moments bouleversants dans le long métrage.

Il y a aussi ces séquences de théâtres qui apparaissent dans la deuxième de L’été, l’éternité qui donne cette impression de documentaire. Il y a d’ailleurs une séquence magnifique dans laquelle trois personnages font de l’improvisation théâtrale devant Lise (Agathe Talrich), sur une musique de Postcoïtum. Il s’agit d’un des moments les plus forts du film.

Adolescence, amour et amitié

Comme tous les adolescents, ou presque, Lise et ses ami.e.s se croient immortels, invincibles. Mais avec la mort de Lola, tout s’écroule et la vulnérabilité affleure. 

Été éternité - Adolescence amour et amitié
Lise et ses amis

Aussel a divisé son film en deux parties bien distinctes. La joie ordinaire et l’intense insouciance du début sont éventuellement balayées et le film change de rythme, de forme, bascule dans le mystère. 

 « J’ai voulu être au plus proche du sentiment de la perte et du vide, de la béance laissée par la disparition d’un proche, en construisant le film sur des ellipses, des ruptures, une multiplicité de voix, en usant de la musique et des silences. De la ballade insouciante de son début, en passant par le requiem central, jusqu’au final où le théâtre se fait catharsis, L’Été, l’éternité épouse les états d’âme de Lise jusqu’à ce qu’elle nous quitte grandie, apaisée, bien qu’inconsolée d’une blessure autour de laquelle il lui faudra se construire. »

La première partie est douce, remplie d’une naïveté romantique que seule l’adolescence heureuse peut offrir. La réalisatrice et ses coscénaristes n’ont pas oublié ce qu’est cette période de la vie. Puis, en faisant basculer le récit avec une mort tragique, Aussel se permet de toucher un sujet dur : négocier avec la mort à 18 ans. 

La deuxième partie est aussi une recherche d’identité pour Lise. Après la mort de sa meilleure amie, elle ne sait plus qui elle est. C’est comme si elle avait perdu une partie d’elle-même. Cette recherche la mènera à rencontrer Marlon, Rita et Cosmo, trois jeunes adultes qui font du théâtre expérimental. Les scènes de pratique des 3 jeunes permettent à la réalisatrice d’essayer quelque chose de l’ordre du dépassement avec une mise en scène qui assume un certain lyrisme et qui peut se permettre d’offrir des scènes beaucoup plus esthétiques et plastiques.

Un peu plus…

Le rapport à la mer est lui aussi traité de manière mythologique dans ce long métrage. Au fil du film, elle revêt différentes couleurs et différents caractères. Elle est le lieu de la joie et du  bonheur (au début du film), de la disparition et de l’inquiétude dans la deuxième partie), et de la renaissance (à la fin).

Été éternité - Un peu plus

Et puis il y a la musique de Postcoïtum qui épouse les sentiments des personnages. Les acteurs y puisent une certaine énergie de jeu. Il y a la pièce In paradisum qui revient constamment tout au long du film et qui crée une sorte de boucle temporelle au sein d’un film intemporel. 

L’été, l’éternité est un film résolument poétique, qui pose cette éternelle question : comment survivre à la perte et continuer d’être ensemble sans avoir les mots pour se réconforter?

Et clairement, il s’agit d’un film à voir!

L’été, l’éternité est présenté au Festvival Cinéma du Monde de Sherbrooke, du 7 au 14 avril 2022.

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
L'été, l'éternité
Durée
75 minutes
Année
2021
Pays
France
Réalisateur
Émilie Aussel
Scénario
Émilie Aussel, Emmanuelle Bayamack-Tam et Yacine Badday
Note
9 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
L'été, l'éternité
Durée
75 minutes
Année
2021
Pays
France
Réalisateur
Émilie Aussel
Scénario
Émilie Aussel, Emmanuelle Bayamack-Tam et Yacine Badday
Note
9 /10

© 2021 Le petit septième