MINAMATA

Minamata – Photographie et vérité

« People need help »
[Les gens ont besoin d’aide]

Minamata - affiche

New York, en 1971. Eugene Smith, photographe durant la seconde guerre mondiale pour le magazine Life, vit comme un reclus. Par un curieux hasard, il va croiser la route d’une interprète japonaise, Aileen, qui va lui proposer de se rendre à Minamata afin de photographier et documenter une maladie qui se propage de façon inhabituelle. En effet, le mercure y fait des ravages au sein des communautés côtières. Eugene Smith va ainsi contribuer à dévoiler à la fois la participation de Chisso, une entreprise de produits chimiques, et du gouvernement. Grâce à ses photographies, il va rassembler la communauté de Minamata et montrer une certaine vérité au monde.

Révélations de M. Mann (1999), Erin Brockovich de S. Soderbergh (2001)… Nombreux sont les films américains où une investigation méticuleuse de l’héroïne ou du héros met le doigt sur l’implication d’entreprises au détriment de la santé de la population. Le secret est bien gardé et ceci le plus souvent, à des fins financières.

Ici, le mercure provoque des maladies au sein d’une partie de la population à Minamata, au Japon. Les photographies d’E. Smith vont dévoiler la cruauté de la situation, dans un univers cynique où circulent l’argent et le compromis.

De la célébrité à la solitude : sortir la tête de l’eau

Lorsqu’Aileen croise le chemin d’Eugene Smith aux États-Unis, cet ancien photographe renommé pour ses photographies de la Seconde Guerre mondiale vit maintenant isolé, sans projets professionnels et avec la boisson comme meilleure alliée.

Eugene Smith (Johnny Depp)

Cette rencontre impromptue va pousser ce grand photographe à reprendre le chemin du magazine Life, et à la suite d’échanges houleux avec le directeur, va voyager vers Minamata.

Les nouvelles rencontres vont l’amener à se socialiser, s’ouvrir à une certaine réalité, mais vont également le plonger dans un travail difficile et de longue haleine.

En effet, Eugene Smith va croiser la route de personnes malades, en souffrance, parfois en fin de vie. 

Le déni premier des politiciens ne fera qu’accentuer son cynisme. Cependant, il va garder le cap grâce à la présence d’Aileen, et sa volonté de représenter la réalité actuelle sans fioritures.

La photographie : une arme contre la maladie

Si les photographies d’Eugene Smith au cours de cette période vont marquer le photojournalisme, elles seront également un remède pour lui-même, face à ses dépendances et son mal de vivre.

Les personnes qu’il croise sont démunies et la population n’a pas encore connaissance de l’implication de Chisso, une entreprise de produits chimiques avec une grande influence.

Au cours de ce voyage, Eugene Smith va photographier les personnes malades au mercure à l’hôpital, rencontrer d’autres militants prêts à se réunir afin de dévoiler la vérité et participer à une manifestation où il sera blessé de façon très brutale.

C’est seulement à la suite de toute cette énergie déployée, que les politiciens et Chisso Corporation vont accepter de payer pour les graves dommages occasionnés.

Cependant, malgré un soulagement relatif de la population, la question morale perdure et encore aujourd’hui, le déni est toujours présent à l’égard des dizaines de milliers de victimes.

Ainsi, ce film est dans la lignée des longs métrages évoqués plus haut : à charge contre certains industriels corrompus et avec un sujet qui semble encore proche d’une certaine réalité.

Argent contre moralité, Eugene Smith et ses photographies marqueront l’histoire. Il décèdera en 1978, à la suite de séquelles lors des violences commises durant le grand rassemblement de manifestants pour dévoiler la vérité à la population. En proie à des pressions de la part du gouvernement au cours de son travail de photojournaliste, il ne cédera pas.

La mise en scène, classique, est régulièrement entrecoupée de séances en chambre noire et de photographies en noir et blanc de personnes souffrants des effets du mercure. Le générique de fin, par ailleurs, rend hommage aux victimes de catastrophes dans le monde.

Ici, la photographie est à la fois salvatrice pour le peuple, mais également envers le héros lui-même, qui va pouvoir sortir de son isolement et s’ouvrir à une certaine réalité.

Bande-annonce  

Fiche technique

Titre original
Minamata
Durée
115 minutes
Année
2020
Pays
États-Unis
Réalisateur
Andrew Levitas
Scénario
David Kessler, Stephen Deuters, Andrew Levitas, Jason Forman
Note
7.5 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Minamata
Durée
115 minutes
Année
2020
Pays
États-Unis
Réalisateur
Andrew Levitas
Scénario
David Kessler, Stephen Deuters, Andrew Levitas, Jason Forman
Note
7.5 /10

© 2021 Le petit septième