L’acte de la beauté — Pour aimer, il faut trouver beau!

« La catastrophe écologique nous pend au bout du nez, mais nous civilisera! »

l'acte de la beauté - Affiche

Ce film documentaire à saveur poétique, qui nous est offert par Nicolas Paquet, met en scène des gens qui se retirent volontairement de la circulation. Des gens vieux et jeunes, des « retouràlaterreux » comme on disait au temps des hippies.

Jean, un prof de philosophie et sa compagne, Marie-Helene, ont acquis une ferme dans la région du Bic, au Québec, et en ont fait un genre de commune : Sageterre. Jamais dans le film on ne prononcera le mot commune qui est devenu péjoratif avec le temps, mais des « locataires » séjournent pour quelques mois ou plusieurs années dans cette installation communautaire où chacun et chacune apportera son intérêt pour les cultures diverses, l’élevage des animaux divers et les philosophies diverses de vie.

La catastrophe écologique

On y retrouve des éléments de base comme des cochons, des poules, mais aussi des alpagas et des kiwis de Sibérie… Tout au long des descriptions et discours qui nourrissent les images, on sent l’invitation directe à multiplier ce genre de choix de vie. 

Acte_chevre_creditFrancoisPesant

Les paroles, le texte, majoritairement prononcés par Jean, sont d’une grande beauté poétique. Par exemple : « la nature est un être vraiment attachant », ou  « je me donne avant qu’on me prenne »… 

C’est beau à regarder, des images très reposantes, naturelles et bienfaisantes accompagnées d’un texte profond, vrai et philosophique, un vrai feeling good moment

Mais, c’est incontournable, il faut parler de finances, de droits de propriété et c’est là que la singularité du sujet devient très intéressante. À l’achat de cette terre, il a été convenu avec le notaire que la propriété n’appartiendrait à personne! Une fiducie insaisissable, une entité éternellement protégée des méchants banquiers.

Il n’y a théoriquement donc aucun rapport de possession vis-à-vis cette propriété (on ne peut donc plus l’appeler propriété…), mais c’est plus fort que nous, on sent quand même que les occupants se sentent appartenir à ce lieu. Ils appartiennent au lieu plutôt que l’inverse, intéressant!

 « S’affranchir de façon économique, de moins en moins dépendre des banques. » C’est sûr que ce film n’aura jamais une commandite de la BMO ou même de Desjardins!  J’ai vu ce document en recevant une bouffée de fraîcheur, de bonheur et d’espoir en la vie.

Mais…

Il n’est pas difficile de faire un lien avec les années 60 où les Séguin et quelques milliers d’entre nous ont vécu de la terre (et du BS) jusqu’au moment où des trips de pouvoir ont mis fin à ces belles aventures. 

Acte_JeanBedard_creditNicolasPaquet
Jean Bédard

Ici, dans ce film, la différence consiste à ce que la base de la commune ne justifie pas sa présence par un trip de fuite de la société, mais bien par une fuite des chaînes économiques de la société capitaliste.

Tout compte fait, on ne peut que souhaiter bonne chance à ces vrais colons modernes et penser que d’autres prendront le pas d’une vraie appartenance à notre terre. On en veut un modèle pour le futur. Bonne chance!

Un film réussi et agréable à voir et entendre.

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
L'acte de la beauté
Durée
68 minutes
Année
2021
Pays
Québec (Canada)
Réalisateur
Nicolas Paquet
Scénario
Nicolas Paquet
Note
8.5 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
L'acte de la beauté
Durée
68 minutes
Année
2021
Pays
Québec (Canada)
Réalisateur
Nicolas Paquet
Scénario
Nicolas Paquet
Note
8.5 /10

© 2021 Le petit septième