ICFF à la maison — Janvier 2022 : Genitori vs Influencers | Le sorelle Macaluso

Le ICFF at Home (ICFF à la maison) est de retour pour une deuxième saison. Avec le succès de la première édition, et la situation sanitaire assez instable, il n’est pas étonnant que le festival ait décidé de lancer une deuxième saison. C’est aussi une belle occasion pour moi de parler de cinéma italien aux gens d’ici. Mais surtout de parler de films italiens que les gens d’ici peuvent voir.

Pour ce premier mois de diffusion, le ICFF offre deux longs métrages : Genitori vs Influencers (Parents vs influencers) et Le sorelle Macaluso (The Macaluso sisters). J’ai donc (évidemment) vu les deux films pour vous en parler.

Genitori vs influencer (Parents vs Influencers)

« Verba volant, Social manent! »

Genitori vs influencer - locandina

Qu’est-ce que ça fait d’être un père célibataire avec une fille adolescente? Veuf et professeur de philosophie, Paolo a une excellente relation avec son unique enfant Simone. Désormais adolescente, cependant, Simone semble soudainement préférer la compagnie de son téléphone à celle de son père. Surtout en ce qui concerne sa personnalité préférée des médias sociaux, l’influenceuse Ele-O-Nora, qui inspire la jeune fille à suivre ses traces. Dans un effort pour la dissuader, Paolo commence à vloguer sur la dépendance aux médias sociaux, aidé par la même Simone, qui agit en tant que responsable Web. Il ne sait pas qu’il deviendra lui-même un influenceur, découvrant bientôt que les médias sociaux, lorsqu’ils sont manipulés avec prudence, peuvent vous donner une réelle chance.

Avec Genitori vs influencer, Michela Andreozzi offre une comédie qui manque d’originalité, sur un thème qui n’a pourtant pas été traité si souvent. 

Des clichés sans profondeur

Une relation père-fille, une relation adolescente-idole et une guerre entre les parents et les jeunes influenceurs… À la base, tout est là pour un film divertissant et original. Malheureusement, tout ce que le film offre est une série de clichés du genre « maudits ados qui sont toujours sur leur téléphone » et « les vieux ne comprennent rien aux médias sociaux ». Il est vrai que ces deux réalités sont bien présentes dans notre monde d’aujourd’hui. Mais lorsque c’est amené d’une façon aussi superficielle que ce l’est ici, on n’accroche pas. 

De plus, a-t-on réellement besoin d’une introduction où on voit la belle relation entre un père et sa fillette pour nous faire comprendre que lorsque ladite fillette est devenue adolescente, la relation s’est détériorée? Évidemment, on nous lance la « top influenceuse » qui est une belle poupée au début, mais qui soudainement, envers et contre tous, offre soudainement de l’intellect et des muscles. 

PARENTS_VS_INFLUENCER - texte

Pour en ajouter, on a les voisins, qui forment la famille de la fillette. Eux aussi sont des clichés allant de la vielle crisse au gros macho en passant par la célibataire endurcie qui, évidemment, se fait constamment traiter de lesbienne (on est en Italie quand même). Et, bien entendu, comme dans toute bonne comédie sur les relations familiales, on ajoute une histoire d’amour…

Jusqu’où peut-on amener le « happy end »?

Je ne vous cacherai pas que le film se termine bien. Évidemment, puisqu’il s’agit d’une comédie classique. Mais parfois on pousse le happy end trop loin. Ici, non seulement il y aura (oh surprise) réconciliation, mais il y aura un rapprochement entre la « top influenceuse » ennemie du papa et ledit papa. 

Il y a aussi les amitiés de Simone qui sont mises à rudes épreuves. Mais ne soyez pas inquiet, ça se termine plus que bien. On se retrouve donc avec un film trop long et trop ennuyant pour y dépenser presque 2 heures de sa vie.

Note : 5.5/10

Fiche technique 

Titre original : Genitori vs Influencers
Durée : 100 minutes
Année : 2021
Pays : Italie / Espagne
Réalisateur : Michela Andreozzi
Scénario : Michela Andreozzi et Fabio Bonifacci

Bande-annonce

Le sorelle Macaluso (The Macaluso Sisters)

« C’était sa faute. On sait toutes que c’était sa faute. »

Poster-LE-SORELLE-MACALUSO

Maria, Pinuccia, Lia, Katia, Antonella. L’enfance, l’âge adulte et la vieillesse de cinq sœurs nées et élevées dans un appartement au dernier étage d’un immeuble à la périphérie de Palerme. Une maison qui porte les signes du temps qui passe comme ceux qui y ont grandi et ceux qui y vivent encore. L’histoire de cinq femmes, d’une famille, de celles qui s’en vont, de celles qui restent et de celles qui résistent.

Avec Le sorelle Macaluso, Emma Dante offre un film sur le temps qui passe, les relations qui changent et le deuil. Un film qui laisse des traces dans le cœur de ceux qui le regardent.

Si beau et si dur à la fois

Le début du film ne laisse pas présager la suite des choses. Ces 5 sœurs orphelines sont si lumineuses et proches. Elles réussissent à survivre en louant des pigeons et des colombes. Les scènes avec Antonella, la plus jeune, et les oiseaux, sont tellement belles. L’amour et l’innocence de la fillette sont un rayon d’espoir dans ce qui semble être une vie pas toujours facile pour ces filles.

Macaluso sisters - si beau et si dur

Et soudainement, par un jour magnifique, tout bascule, au moment où le bonheur est à son paroxysme. Un décès qui changera le cours de la vie des sœurs. Et qui rendra le film plutôt amer pour le spectateur. Jamais la réalisatrice ne tente de créer des larmes inutiles. On se concentre sur l’effet destructeur de cette mort sur la relation des 4 survivantes.

Sur 3 générations

Transposer le théâtre au cinéma n’est pas une mince tâche. Et de transposer une pièce qui se déroule sur près de 70 années l’est encore moins. C’est donc un tour de force que réalise Dante en mettant en image cette histoire et en la faisant tenir sur à peine 90 minutes.

Le sorelle Macaluso - Sur 3 générations

Pour démontrer les changements et la mémoire, à travers le temps qui passe, la réalisatrice mélange les époques en introduisant les personnages décédés et en les faisant agir avec le présent. Le film offre un autre tour de force au niveau de la distribution. Plutôt que d’utiliser des maquillages qui trop souvent ne donnent pas l’effet escompté, la réalisatrice a opté pour utiliser une actrice différente pour chaque génération. Et la ressemblance entre chaque femme est frappante. 

Vraiment un film à voir pour son côté touchant, dur, et en même temps si beau.

Note : 8.5/10

Fiche technique 

Titre original : Le sorelle Macaluso
Durée : 89 minutes
Année : 2020
Pays : Italie
Réalisateur : Emma Dante
Scénario : Emma Dante, Elena Stancanelli et Giorgio Vasta

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième