Paris la blanche - une

[Histoires d’immigrants Francophones] Paris la blanche

« Il est venu pour une année ou deux, mais il n’est jamais revenu. »

Paris la blanche - Affiche

Sans nouvelles de son mari, Rekia, soixante-dix ans, quitte pour la première fois l’Algérie afin de ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver est devenu un étranger.

Avec Paris la blanche, Lidia Leber Terki raconte une histoire inspirée par les foyers Sonacotra qui abritaient tous ces hommes qui ne peuvent plus rentrer dans leur pays. Une histoire qui, encore aujourd’hui, est celle de beaucoup d’immigrants.

Toujours d’actualités

Même si Paris la blanche a maintenant 5 ans, il reste d’actualités. L’histoire de cette femme qui erre dans Paris à la recherche de son mari, ancien travailleur immigré à la retraite, me fait penser à ces femmes et hommes qui vivent à Montréal, expatriés, ayant abandonnés leur famille afin de gagner suffisamment d’argent pour les aider à vivre. Ces gens qui envoient une grande partie de leur salaire aux gens qu’ils ont laissés derrière. Le film parle de cet espoir qu’ont tous ces gens, qui peut être un leurre, parfois un sacrifice qui dure toute une vie.

Paris la blanche - Toujours actuel
Nour

Mais qu’est-ce qui motive ces gens? Pourquoi ces 1 ou 2 ans deviennent tranquillement, 5, 10 20 ans? Dans son long métrage, Lidia Leber Terki a choisi un point de vue rarement raconté, celui de la femme laissée derrière. On voit souvent l’histoire de l’immigrant qui galère. Mais qu’en est-il de la famille? On voit bien la colère des enfants qui n’ont pas connu leur père et qui ne comprennent pas pourquoi. À défaut de nous donner des réponses, Paris la blanche nous amène à réfléchir sur les « pourquoi » de ces décisions.

Entre bonheur et tristesse

En regardant ce film, le spectateur ne peut faire autrement que d’être coincé entre un sentiment de bonheur et un de tristesse. Au fur et à mesure que Rekia déambule dans Paris – et même à partir du moment qu’elle quitte sa maison – on se demande si tout ça est une bonne idée. Va-t-elle retrouver l’homme qu’elle aime? Va-t-elle rencontrer un homme qui a refait sa vie? Retrouvera-t-elle seulement quelqu’un? 

Paris la blanche - entre bonheur et tristesse
Rekia

Et donc, le spectateur espère que cette histoire se terminera bien pour la femme, tout en n’y croyant pas vraiment. Mais est-ce qu’on en veut — en tant que personne qui regarde ça de l’extérieur — à Nour de ne plus donner de nouvelles? Est-ce qu’on à de la pitié pour celui qui a abandonné sa famille dans l’espoir de leur donner une meilleure vie? 

Ce genre de décision est tout un choix à prendre. Ce n’est pas un simple déménagement, et le film le montre à merveille. 

Mais encore…

À l’autre extrémité du spectre, il y a l’Algérie, la Kabylie. La réalisatrice a fait le choix de ne pas trop s’y attarder. On y est que pour quelques minutes au début du film. Mais en ces quelques minutes, la réalisatrice en montre beaucoup. Quand on voit le paysage urbain qui jure avec la beauté de la campagne, quand on voit la maison familiale de Rekia, jamais terminée, quand on voit la rancœur qui habite les enfants… Tout est important. 

Paris la blanche - Mais encore

Le choix qu’a fait la réalisatrice d’une maison jamais complétée n’est pas un hasard, évidemment. « Quand j’ai vu cette maison pas finie, au coeur de nulle part, je me suis dit : “Voilà, elle est inachevée, un peu comme leur vie à eux deux”. »

Il y a aussi de l’espoir dans ce film. Mais pas seulement dans l’histoire. Le personnage de Tara (Karole Rocher) représente l’espoir d’une humanité solidaire. Cette jeune femme qui décide d’offrir son aide à Rekia, sans attendre rien en retour. 

***

Je pourrais en dire encore long sur ce film magnifique. Mais à la place, Bruno et moi avons rencontré Lidia Leber Terki pour parler de son long métrage. Je vous invite donc de regarder cette rencontre entre Bruno, Lidia, Marcelle Lean (directrice de Cinefranco), et moi en vous procurant votre billet pour le film ici.

Paris la blance est présenté (en première canadienne) dans le cadre de Histoires d’immigrants francophones, du 31 janvier au7 février 2022.

Bande-annonce

Fiche technique

Titre original
Paris la blanche
Durée
86 minutes
Année
2016
Pays
France
Réalisateur
Lidia Leber Terki
Scénario
Lidia Leber Terki et Colo Tavernier O'Hagan
Note
8 /10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fiche technique

Titre original
Paris la blanche
Durée
86 minutes
Année
2016
Pays
France
Réalisateur
Lidia Leber Terki
Scénario
Lidia Leber Terki et Colo Tavernier O'Hagan
Note
8 /10

© 2021 Le petit septième