Top 5 2021 - Francois - Une

2021 : Le top 5 de François

2021 fut une année spéciale pour moi. Elle a commencé par une dépression et un confinement avec couvre-feu. Disons que tout était en place pour que ce soit l’année où j’ai vu le plus de films et de séries depuis que je suis né. Ce n’est pas rien puisque 2019 et 2020 m’avaient donné à voir quelque 200 films chacun.

Hé bien, en 2021, mon décompte est le suivant : 1 film utilisant des nouvelles technologies, 109 longs métrages et 206 courts métrages. Vous imaginez bien, donc, que de faire un top 5 n’a pas été une tâche facile. Mais, comme il s’agit là d’un exercice que j’aime beaucoup, je me suis prêté au jeu. 

Courts métrages

5 — Meneath: The hidden Island of Ethics (Terril Calder) – Canada

Au cœur de l’île de la Tortue, une petite Métisse voit le jour. Ses émerveillements d’enfant se trouvent perturbés lorsque Jésus lui apparaît et lui révèle les prétendus péchés de l’humanité. Alors convaincue d’être souillée et s’imaginant destinée aux enfers, la petite fille supporte les mauvais traitements et le racisme : la peur et le dégoût d’elle-même l’habitent désormais. Pour apaiser son traumatisme, Nokomis met en lumière les enseignements anichinabés profondément enfouis à l’intérieur de l’enfant. Pour chaque péché présumé, la petite fille reçoit un enseignement qui la remplit de force et de fierté, et lui ouvre une voie vers la guérison.

Meneath est un film en stop-motion qui traite de racisme. Mais pas juste de racisme. Il montre comment la religion catholique a contribué à détruire les croyances autochtones au Canada. C’est en utilisant les sept péchés capitaux de la religion catholique que la réalisatrice montre comment les croyances en provenance du vieux continent ont servi à créer de la honte chez les premières nations. 

Moi qui n’aime pas le stop-motion, j’ai été conquis par ce film. 

4 L’étreinte des Valkyries (Alan Lake) – Québec

Ce film de danse suit quatre êtres évoluant au cœur d’un habitat à la fois construit et organique. Sur ce territoire — métaphore de ce qui relie l’humain à la biosphère —, ces hommes et ces femmes se dégagent des derniers vestiges de leurs rôles civils pour s’abandonner à leur instinct sauvage, et embrassent cet espace obscur où vie et mort se confondent. C’est dans cet entre-deux-mondes que leur parcours criblé d’agitation laisse transpirer le sacré, quelque part à la jonction du réel et de l’imaginaire, du premier et du dernier souffle.

4 danseurs : 2 hommes, 2 femmes. Ce film est un judicieux mélange entre un film de danse et un pamphlet politique sur l’importance de l’écologie. Un court métrage hypnotique à la musique et aux mouvements asynchrones, supportés par une image à couper le souffle. 

3 The human voice (Pedro Almodóvar) — Espagne

The human voice
Elle (Tilda Swinton)

Une femme (Tilda Swinton) regarde le temps passer à côté des valises de son ex-amant (qui est censé venir les chercher, mais n’arrive jamais) et d’un chien agité qui ne comprend pas que son maître l’ait abandonné. Deux êtres vivants face à l’abandon.

Pour son tout premier tournage en anglais, Almodóvar adapte librement une pièce de Jean Cocteau. Ce court métrage est un tour de force qui repose sur une actrice de grand calibre : Tilda Swinton. 

Vous avez déjà souffert d’une rupture? J’espère que vous ne l’avez pas vécu comme le personnage du film. Mais cette femme tragique offre un personnage incroyable qui, grâce à un monologue puissant et une performance sublime, est plus grand que nature. 

2 Casting Nelly (Jérémie Picard) — Québec 

Casting Nelly - affiche

Alors qu’elles auditionnent pour le rôle de Nelly Arcan, des actrices articulent une parole digne et essentielle. Une approche à la fois simple et originale qui déploie un hommage sensible à cette grande écrivaine, et à toutes les femmes.

C’est quoi, être une jeune femme en 2021? C’est un peu la question à laquelle Picard (un homme) tente de répondre avec son court documentaire. C’est par une simplicité désarmante que le réalisateur amène un groupe de jeunes femmes à parler de leur(s) réalités. Comme on s’en doute par le titre, la discussion tourne beaucoup autour de l’image corporelle et des rôles des femmes. 

Voici une première œuvre qui laisse présager un brillant avenir!

1 Maalbeek (Ismaël Joffroy Chandoutis) – France

Rescapée de l’attentat à la station de métro Maalbeek le 22 mars 2016 à Bruxelles, mais amnésique, Sabine cherche l’image manquante d’un événement surmédiatisé et dont elle n’a aucun souvenir.

Maalbeek

Constitué d’animation 3D et d’images d’archives, ce film frappe fort. Imaginez être la seule survivante d’une explosion. Ensuite, imaginez le sentiment face à l’absence d’images dans votre tête si votre cerveau décidait de vous protéger de ces souvenirs. Ce film, narré par la réalisatrice, est un coup de poing en plein visage. 

Longs métrages

5 Beyond the infinite 2 minutes (Junta Yamaguchi) – Japon

Kato (Kazunori Tosa) se retrouve dans une impasse : vivant au-dessus de son café, il a le sentiment de voir sa vie s’enliser, du moins jusqu’au jour où son ordinateur se met à lui parler. Cette voix, c’est celle de Kato, lui-même, qui lui parvient deux minutes depuis le futur! Alors qu’il se retrouve piégé dans une boucle temporelle à courte portée, Kato fait appel à ses amis et à ses collègues pour tenter de comprendre cet étrange phénomène. Ses proches trouveront cependant vite des moyens ingénieux de profiter de cet aperçu de l’avenir.

Beyond the infinite 2 minutes - Mais encore

Avec son premier long métrage, le réalisateur japonais offre une œuvre complètement décalée et hilarante. Entièrement filmé avec un iPhone, ce long métrage est un projet conceptuel ambitieux. Filmée en un long plan-séquence de 65 minutes, l’histoire est tellement bien construite qu’on se laisse entraîner comme si une boucle temporelle était quelque chose de plausible et possible.

Beyond the infinite 2 minutes est la preuve qu’avec une histoire bien conçue et une équipe à la chimie parfaite, on peut réussir un bijou avec peu.

4 Sugar Daddy (Wendy Morgan) – Canada

Darren (Kelly McCormack) est une jeune musicienne incroyablement talentueuse et non conventionnelle, qui rêve de créer de la musique comme personne n’a jamais entendue avant. Mais elle est fauchée, jonglant avec plusieurs emplois à temps partiel et n’ayant pas le temps de créer. Désespérée pour de l’argent, elle s’inscrit sur un site de rencontres payantes de type Sugar Daddy et se jette dans une spirale sombre qui la force à grandir rapidement, façonnant sa musique et sa façon de voir le monde.

Sugar Daddy - Mais encore

Sugar Daddy est un film qui traite du voyage tacite entrepris par une femme pour trouver sa voix. Un film coup-de-poing, dirigé et joué de façon magistrale. Le personnage principal est une représentation, sans compromis, de l’oppression sociétale qu’une jeune femme doit endurer pour éveiller son identité véritable — une résurrection de soi qui est à la fois radieuse et révoltante.

Morgan amène aussi un questionnement intéressant sur la génération woke qui s’offusque de tout sans jamais se questionner. C’est par une violente discussion sur la prostitution en opposition au féminisme que la question est soulevée, à savoir jusqu’où peut-on prendre position sans réfléchir aux enjeux réels. 

Contrairement à l’histoire habituelle de l’artiste qui cherche à percer, ici on n’est pas dans une histoire d’ascension vers la gloire. Il s’agit plutôt de l’ascension d’une jeune femme vers la découverte de qui elle est.

3 Like a house on fire (Jesse Noah Klein) – Canada

Dara (Sarah Sutherland) rentre chez elle pour renouer avec son mari (Jared Abrahamson) et sa jeune fille, qu’elle a quittés deux ans plus tôt. Lorsqu’elle arrive, elle découvre qu’une femme enceinte de sept mois a pris sa place et que sa fille ne la reconnaît plus. 

Like a house on fire - Une

Après s’être penché sur le thème du « bullying » dans l’amitié avec We’re still together, le réalisateur montréalais s’intéresse à la famille. Ou plutôt à la famille détruite. Pour faire différent, dans ce film, c’est la mère qui a foutu le camp et qui veut revenir dans le décor familial. Ceci étant dit, il n’y a pas de méchant. De ce fait, le spectateur se retrouve coincé dans un sentiment d’ambivalence. Est-ce qu’il veut que le couple se reforme, ou s’il veut plutôt que la femme laisse sa place et que le papa refasse sa vie avec une femme qui sera en mesure de l’épauler?

Like a house on fire est un grand film sur l’amour, la haine, la parentalité et sur la peur et tout ce qui peut s’en suivre… Et il est disponible sur Crave.

2 Mauvaise baise ou porno barjo (Radu Jude) – Roumanie / Luxembourg / Croatie / République Tchèque

Emi (Katia Pascariu), une enseignante, voit sa carrière et sa réputation menacées après la diffusion sur Internet d’une sextape tournée avec son mari. Forcée de rencontrer les parents d’élèves qui exigent son renvoi, Emi refuse de céder à leur pression…

Bad luck banging or looney porn - top 5

Voici un mélange incendiaire de formes non conventionnelles, d’humour irrévérencieux et de commentaires cinglants sur l’hypocrisie et les préjugés dans nos sociétés. Et clairement un des films les plus fous que j’ai vu.

La question au centre de ce film est la suivante : qu’est-ce qui est le plus obscène entre un ébat sexuel filmé entre deux adultes consentants et en couple, ou les violences qu’on accepte et les inégalités que l’on crée? Et fidèle au cinéma des pays de l’Est, Radu Jude crée une œuvre déjantée qui utilise la dérision à merveille. 

1 Winona (Alexandros Voulgaris (The Boy)) – Grèce

Quatre jeunes femmes et leur chien de berger, Froso, profitent de la chaleur du soleil et du froid de la mer. Elles jouent, dansent et chantent. La journée laisse place à des jeux idiots et à des plaisanteries de filles. La maison sur la colline se dresse au-dessus d’eux. Elles réfléchissent à ses occupants. Le rire est ponctué de larmes. Les larmes sont emportées par des faires-semblants. Jusqu’à ce que la journée se termine et qu’elles commencent à emballer leurs affaires pour partir. 

Winona - Il faut si peu pour créer la perfection

Voici une œuvre mystérieuse et empreinte d’une profonde nostalgie. Un film qui prouve que peu de choses sont nécessaires pour faire quelque chose de grand. On pourrait dire que Winona est un film lent, contemplatif, dans lequel il ne se passe rien. Et pourtant, il est captivant. 

Mais qui sont ces 4 femmes? Vous devrez vous rendre à la toute fin du film pour comprendre ce qui les unit. Winona est disponible en vidéo sur demande, sur ITunes, Google Play, Amazon Prime et Microsoft films.

***

Bien évidemment, certains titres exceptionnels n’ont pas atteint le top 5. Mais ils resteront gravés dans ma mémoire. Et vous, quels sont les meilleurs films que vous avez vus en cette deuxième année pandémique?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième