Aline — Mieux que ce qu’on espérait

Aline - afficheÀ la fin des années 60, au Québec, naît Aline, quatorzième et dernier enfant de Sylvette et Anglomard Dieu. Dans cette famille où la musique est reine, Aline se découvre un véritable talent pour le chant. Le producteur de musique Guy-Claude — lorsqu’il entend cette magnifique voix — n’a plus qu’une idée en tête : faire d’Aline la plus grande chanteuse au monde. Entre le soutien de sa famille et son amour avec Guy-Claude, Aline va devenir l’une des plus grandes stars internationales de la chanson.

Céline Dion est une chanteuse de renommée internationale, il est très difficile de le nier. Elle a chanté des albums et des titres aux succès planétaires, fait partie de la culture populaire et représente une fierté pour la nation québécoise. Au cinéma, plusieurs hommages lui ont été faits. On peut citer Alain Chabat qui utilise son image de manière humoristique pour son adaptation du Marsupilami, elle a composé une chanson et a tourné un clip à l’occasion de Deadpool 2, mais l’actrice-réalisatrice française passe à un tout autre niveau. Elle réalise, écrit en collaboration avec la scénariste Brigitte Buc, et incarne le rôle principal d’un film qui s’inspire de la carrière de la superstar. Ce film est Aline.

Un autre nom pour plus de liberté

En effet, la protagoniste du film ne s’appelle pas Céline Dion, mais Aline Dieu, en hommage à la chanson éponyme de feu Christophe. Aucun problème avec l’artiste quant à cette décision, qui est un choix de Valérie Lemercier pour lui permettre de prendre plus de liberté dans le scénario. Ce qui excuse les libertés prises sur l’histoire de la véritable Céline. Ce qui permet aussi de rendre hommage à la chanteuse sans trop dénaturer son image. Car Valérie Lemercier accorde une grande affection envers la chanteuse québécoise et ça se sent.

Et pourtant, le postulat de base pouvait faire peur. Quand on sait que l’accent québécois est souvent moqué en France, on pouvait plus s’attendre à une parodie de mauvais goût qu’à un film sincère. Heureusement, malgré quelques imperfections dans le parlé, Valérie Lemercier offre une très bonne interprétation de cet ersatz de Céline Dion. Non seulement son apparence est très ressemblante, mais sa présence à l’écran est excellente, que ce soit quand elle chante sur scène ou encore dans les moments plus intimes. La scène de talk-show est un très bon exemple de comment elle réussit à interpréter le rôle. Seul bémol, Valérie Lemercier interprète Aline dans toutes les tranches d’âge, même quand elle est enfant. Le résultat est très étrange, même si la mise en scène pour créer l’illusion est très bien faite.

Aline - une autre nom pour plus de liberté
Aline Dieu (Valérie Lemercier) et Guy-Claude (Sylvain Marcel)

Car oui, outre sa performance, Valérie Lemercier offre une très bonne qualité visuelle à son film. Outre les scènes de concerts qui offrent des jeux de lumière impressionnants, un soin particulier a été apporté aux transitions, aux scènes à montage ainsi qu’aux scènes à l’ambiance plus intimistes. Le tout sous la musique des chansons de Céline, mais aussi d’autres titres musicaux plus surprenants, comme la chanson Going to a Town de Rufus Wainwright, sur une séquence dans laquelle Aline erre seule dans les rues de Las Vegas. Une excellente séquence, comme on aurait souhaité en voir plus.

Quoi en retenir?

Effectivement, si le long-métrage reste de bonne facture, il souffre du même problème que de nombreux biopics musicaux, que ce soit sur de vrais ou de faux artistes, possèdent. Le film suit le parcours d’Aline à travers de nombreuses années, ce qui laisse place à plusieurs évènements qui se déroulent. Le problème, c’est qu’il se passe trop de choses et on n’a pas le temps de s’investir dans les personnages. Ce qui est un peu un comble pour un film qui a pour sujet une personne précise. Ce n’est pas aidé par le début du film qui porte moins sur Aline, et plus sur les membres de sa famille et sur Guy-Claude, ersatz de René Angelil, interprété par Sylvain Marcel. Il faut attendre la deuxième moitié du film pour réellement s’attacher à Aline, alors qu’elle est la protagoniste.

Aline n’est pas un film parfait — qu’on aura probablement oublié dans quelques années —, mais il reste un très bon moment à passer au cinéma. Contrairement aux craintes que l’on pouvait avoir, Valérie Lemercier offre et interprète une version de l’icône musicale québécoise qui n’a rien de honteux, le tout en mettant en scène des acteurs et actrices québécois de talent. D’ailleurs, si vous êtes fans de Céline Dion, foncez, ce film est un véritable bonbon pour vous.

Note : 6/10

Bande-annonce

Fiche technique : 

Titre original : Aline
Durée : 128 minutes
Année : 2020
Pays : France/Québec
Réalisateur : Valérie Lemercier
Scénario : Valérie Lemercier et Brigitte Buc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Le petit septième