[Présence Autochtone] À l’écoute de la sagesse de Niokominanak (Nos Aînées) – La mémoire féminine des Premiers Peuples

« Where do I fit here? »

Tourné dans le cadre du projet de Femmes Autochtones du Québec, « À l’écoute de la sagesse de Niokominanak », où plus d’une centaine de femmes ainées et jeunes femmes autochtones, provenant des dix Premières Nations et de milieux urbains du Québec, se sont rencontrées; ce documentaire présente, à travers leurs discours, leur réalité collective, l’état de leurs savoirs-faire et l’importance de leur transmission.

Documentaire dans lequel Aînées et jeunes femmes cherchent à établir des ponts, entre les générations, par la parole. Ce sont des échanges authentiques dans lesquels toutes se confient sans retenue. 

Garder vivante la mémoire des Aînées 

 

écoute de la sagesse - Garder vivante la mémoire des ainéesChez les Premiers Peuples, les Aînés sont porteurs de savoirs – ce sont eux qui transmettent les connaissances aux générations à venir. Dans le documentaire de Marc-André Bernier, la parole est exclusivement féminine : récits identitaires, récits de guérison, mais aussi récits de misère. Il y a un réel partage des savoirs et des traditions alors que les femmes partagent des anecdotes qui mettent en lumière la vie d’autrefois.

Sur l’importance de la langue

Entre les discussions en anglais et celles en français, certains termes dans la langue maternelle sont insérés dans les phrases – c’est un automatisme. Après tout, l’identité est aussi langagière. C’est ainsi que Lise Jourdain (Innu) propose une incursion bilingue dans son histoire alors qu’elle explique l’importance du tambour et la place qu’il occupe. Le tambour est un objet représentant la vie, un moyen de se libérer.  

Eileen Patton (Kanien’kehà;ka) parle d’une langue qui se perd – d’un fossé toujours grandissant entre les parents et les enfants. La culture passe par l’apprentissage de la langue – c’est de retourner aux origines.

a_lecoute_de_la_sagesse_de_niokominanak - Importance de la langue

Pour assurer un avenir

Pour certaines intervenantes, une réflexion s’impose et un travail doit être fait au sein des nations. C’est le cas de Mélanie Brière (Wolastogiyik) qui évoque l’idée de ne pas être assez. Pour Édith Bélanger (Wolastogiyik), c’est le manque de solidarité entre membres d’une même communauté qui est décrié. D’importantes blessures doivent être pansées, les Premiers Peuples vivent encore avec les conséquences du colonialisme. 

Les échanges entre les femmes du documentaire renvoient aux forces de ces dernières. Ce sont des figures féminines résilientes, douces et bienveillantes, mais ô combien fortes et déterminées. Elles sont là pour rappeler que la guérison collective passe d’abord, aussi, par une guérison personnelle.

Note : 7,5/10

À l’écoute de la sagesse de Niokominanak (Nos Aînées) est présenté au Festival Présence autochtone, le 4 août 2021.

Bande-annonce

Fiche technique : 

Titre original : Listening to the Wisdom of Niokominanak (Our Elders)
Durée : 32 minutes
Année : 2021
Pays : Canada/Québec
Réalisateur : Marc-André Bernier
Scénario : Marc-André Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième