[Fantasia] Petit Vampire — Un film d’horreur pour la famille

Petit Vampire - afficheNotre Petit vampire a 10 ans depuis 300 ans déjà, depuis ce jour fatidique où la magie noire et le danger ont envahi sa vie. Depuis 300 ans donc, il se cache parmi un groupe de monstres dans une inquiétante maison hantée près de la mer — et il s’ennuie fermement. Il envie les autres enfants qui peuvent s’amuser au soleil. Son éternellement jolie mère, Pandora, et son épouvantable, mais galant père, le Capitaine des morts, lui interdisent formellement de quitter leur demeure, car le monde au-delà du dôme protecteur de la maison est dangereux pour les créatures des ténèbres. Un ennemi de longue date de Pandora et du Capitaine, le Gibbous, rôde dans les parages avec ses sbires insectes, les kawais. Mais Michel, un voisin orphelin, aimerait bien se faire un nouvel ami…

Le monde de la BD au cinéma

Astérix, Tintin, Lucky Luke, Les Schtroumpfs, Spirou : la bande dessinée franco-belge est très souvent considérée comme une institution dans le monde culturel. Avec un grand nombre d’œuvres marquantes à leur disposition, les cinéastes ont eu l’embarras du choix. Il y en a de toutes les sortes, que ce soit les dessins animés d’Astérix et de Lucky Luke qui passent chaque Noël sur Télé-Québec; les grosses productions tirées de séries reconnues comme les récentes adaptations de Gaston Lagaffe et Spirou et Fantasio; et très récemment, les auteurs qui adaptent leur propre création. On peut penser à Zep et Titeuf le film, Guillaume “Run” Renard et Mutafukaz, Marjane Satrapi et Persépolis ou dans ce cas-ci, Joann Sfar qui adapte sa série Petit Vampire, présenté dans cette édition 2021 du festival Fantasia dans la section Axis.

L’artiste adapte ici le premier tome de sa série, qui raconte l’histoire de Petit Vampire, un enfant qui a dix ans depuis 300 ans et qui s’ennuie. Il transpose à l’écran toute la galerie des personnages colorés de l’œuvre, que ce soit Marguerite, le simili monstre de Frankenstein un peu stupide (interprété par Sfarr lui-même), Fantomate, le chien fantôme à l’accent marseillais (interprété par Quentin Faure) ou Claude, le démon crocodile (interprété par Ricardo Lo Giudice).

Petit-vampire - Le monde de la BD au cinéma

On peut avoir des doutes sur l’idée que ce soit un bédéiste qui réalise le film et non pas un réalisateur expérimenté. Mais c’est oublier que de un, il s’agit d’un film d’animation, de deux, que le cinéma et la bande dessinée sont des arts qui reposent beaucoup sur la narration et le visuel, et de trois, que Joann Sfar est un artiste complet et qu’il n’en est pas à son premier coup dans le monde cinéma. En effet, c’est à lui que l’on doit Gainsbourg Vie héroïque, le biopic fantasmé sur Serge Gainsbourg, ainsi que Le chat du rabbin, qui était déjà une adaptation en animation d’une de ses bandes dessinées. Et ces précédentes expériences se ressentent vraiment dans la qualité finale de Petit Vampire, car autant se le dire tout de suite, c’est un très bon film familial.

Un film familial?

Quand je dis « film familial », c’est qu’il arrive à plaire à la fois aux enfants et aux adultes. En effet, on a tendance à oublier que les bons films pour enfants se doivent de plaire à chaque tranche d’âge, car ce sont très souvent les parents qui amènent leurs enfants voir ces films et qu’ils méritent aussi de passer un bon moment au cinéma. Et non pas de s’ennuyer devant des films trop enfantins. Joann Sfar l’a complètement compris. Non seulement Petit Vampire propose des personnages attachants et drôles — tous interprétés brillamment par des acteurs talentueux comme Camille Cottin (Pandora), Jean-Paul Rouve (Le capitaine des morts) et Alex Lutz (Le Gibbous), ainsi qu’une petite histoire de nouvelle amitié certes déjà vue, mais touchante —, mais il propose aussi de nombreuses subtilités qui plairont aux adultes. Que ce soit les nombreuses références au cinéma d’horreur des années 60, dont une très drôle à la carrière de Joann Sfar, et certaines blagues pour un public plus mature qui passent sans problème.

Petit Vampire - Un film familial

Mais on ne peut pas parler de Petit Vampire sans mentionner son aspect visuel. Car dans une industrie où l’animation en image de synthèse domine, il est agréable de voir que certains réalisateurs comme Joann Sfar privilégient encore l’animation 2D. Le réalisateur donne en effet un coup de neuf à la patte graphique de sa bande dessinée et offre un spectacle visuel aux yeux des spectateurs avec une animation colorée et fluide, malgré quelques rares moments qui paraissent un peu plus brouillons. Le long-métrage n’hésite pas à diversifier son style d’animation, que ce soit dans le superbe générique d’ouverture, ou dans le rêve de Michel. Le tout amène à l’écran toute l’ambiance à la fois macabre et enfantine de l’univers de la bande dessinée, où des blagues de style pipi-caca (littéralement) croisent des monstres que l’on croirait sortir des films de la Hammer et de Tim Burton.

Finalement, Joann Sfar fait de l’adaptation de son œuvre un véritable film tout public, qui plaira à la fois à un public plus jeune et plus âgé, rempli de personnages inoubliables, de moments plus horrifiques et d’un humour efficace. En somme, un film parfait pour y aller en famille et qui reste en marge de ce qu’Hollywood sort dans le domaine de l’animation.

Note : 8/10

Petit Vampire est présenté au festival Fantasia les 8 et 10 août 2021.

Bande-annonce

Fiche technique :

Titre original : Petit Vampire
Durée : 85 minutes
Année : 2020
Pays : France
Réalisateur : Joann Sfar
Scénario : Joann Sfar et Jardel Sandrina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Le petit septième