Eat Wheaties! — Elizabeth Banks!

« You have been fired from your job, removed from a volunteer position, and publicly mocked for your celebrity obsession… »
[Vous avez été licencié de votre travail, démis de vos fonctions de bénévole et moqué publiquement pour votre obsession des célébrités…]

Eat Wheaties - afficheSid Straw (Tony Hale) mène une vie terne jusqu’à ce qu’il traque accidentellement une amie d’université devenue célèbre, Elizabeth Banks, sur les réseaux sociaux. À chaque tentative ratée, de prouver qu’il la connaît, il redécouvre davantage qui il est réellement et, le vrai sens de l’amitié.

Avec Eat Wheaties!, Scott Abramovitch offre une comédie classique qui crée un certain malaise chez le spectateur. Bon ou mauvais? Là est toute la question…

Entre rires et malaises

Je dois admettre une chose : Eat Wheaties! m’a déconcerté. Au début, je trouvais que c’était beaucoup trop gros, caricaturé. Le personnage de Sid Straw était simplement pathétique. Je n’avais pas tant envie de rire. Puis, à un certain moment, un genre de rire de découragement s’est insinué dans ma tête. 

Puis le questionnement (après une nuit de sommeil) est venu. Sid est effectivement (ainsi que tous les personnages) une caricature d’un type de personne qui existe et qui n’est pas si rare. Mmmmm. En regardant le film comme un genre de pastiche, ça prend soudainement un tout autre sens. Qui n’a jamais eu un collègue qui veut trop. Oui, celui qui en fait vraiment trop et qui en devient énervant. Et souvent, cette personne nous semble stupide, non? Tiens… Finalement le personnage principal de Eat Wheaties! prend tout son sens. Ensuite, le patron qui le traite comme une merde, la collègue qui ne fout rien de la journée, mais qui ne semble pas avoir de problème avec le patron, etc.

Eat Wheaties - Entre rires et malaises
Sid Straw (Tony Hale)

Finalement, j’ai ri et je me suis senti cheap de rire. Intéressant… J’aurais peut-être laissé tomber la petite morale avec le happy ending.

Une farandole de jeux de mots douteux

Vous aimez les jeux de mots douteux? Moi oui. Et j’ai été servi avec cette comédie. Probablement que la majorité des gens ne les trouveront pas vraiment drôles. Mais quand Sid veut déposer son chèque de chômage et qu’il est refusé à cause d’une faute de frappe dans son nom (on y lit Sad Striw — Triste Striw), j’ai souri. Je pense aussi au nom de la belle-sœur de Sid, une certaine Janet Berry-Straw. D’ailleurs, Sid avait invité, au mariage de son frère, un certain Darryl Strawberry. XD En effet, on aime ou on n’aime pas.

Eat Wheaties - Farandole de jeux de mots

D’ailleurs, l’imbécilité semble être fortement représentée par le port de la moustache. Je dis ça, je dis rien…

Mais encore…

Non, Eat Wheaties! ne vous fera pas réfléchir sur le sens de la vie. Par contre, le malaise qu’on ressent en riant de Sid est vraiment important. Peut-être, au moins, que ça fera prendre conscience à certaines personnes que nous avons tendance à être plutôt méchants. 

Eat Wheaties - Mais encore

Un film grand public que je vous suggère.

Note : 7.5/10

Bande-annonce

Fiche technique : 

Titre original : Eat Wheaties!
Durée : 88 minutes
Année : 2021
Pays : Canada
Réalisateur : Scott Abramovitch
Scénario : Scott Abramovitch

Pour louer le film en ligne, visitez le site de levelFILM.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième