ICFF à la maison — Avril 2021 : Cosa sarà — Don de moelle

« La commedia va bene, però non deve fare ridere. Ma che cazzo commedia non fa ridere?!? »
[La comédie ça va, toutefois elle ne doit pas faire rire. Mais quelle putain de comédie ne fait pas rire?!?] 

Cosa sarà - locandina - afficheBruno Salvati est un réalisateur en difficulté, récemment divorcé de son ex-femme Anna, et père de deux enfants, Adele et Tito, avec lesquels il n’a pas de relation solide et a du mal à être la figure paternelle qu’il voudrait être. Après quelques examens médicaux de routine, Bruno est diagnostiqué avec une forme de leucémie. Il sollicite immédiatement les conseils d’experts d’une hématologue compétente et forte, qui l’aide dans son cheminement à travers le cancer. La première étape fondamentale est de trouver un donneur de cellules souches compatible. Cependant, après plusieurs essais infructueux, Bruno commence à craindre le pire. Malgré cela, un jour, son père, Umberto, révèle un secret qui pourrait lui sauver la vie.

Du 4 au 14 avril, le ICFF à la maison vous propose Cosa sarà, un genre de comédie dramatique à l’italienne. Avec son film, Francesco Bruni offre un film sous forme de mémoires, qui suit le schéma de la comédie dramatique typique.

Peu de surprises

Cosa sara - peu de surprises
Bruno Salvati (Kim Rossi Stuart)

Cosa sarà étant un film de genre classique, il n’y a pas beaucoup de surprises. Après quelques minutes, on sait comment l’histoire se terminera. On connait le schéma : il arrive quelque chose de tragique. Il tente de trouver une solution et quand le personnage touche le fond du baril, le miracle se produit. Ça, c’est la partie décevante du film. Mais évidemment, c’est ce qui va plaire au « grand public ». 

Je voudrais vous amener à relire l’exergue en haut de la page. C’est un personnage qui dit ça, mais c’est assez vrai aussi pour le film. On rit peu et on ne pleure pas vraiment. Bon, ok. J’ai versé une larme ou deux. Mais ça, c’est moi. Je pleure toujours dans les films. Mais bien que ça puisse sembler problématique de ne pas rire ni pleurer en regardant une comédie dramatique, j’aurais tendance à dire qu’au final, ça permet de se concentrer sur la vraie histoire. En retirant cette sentimentalité inutile, on se retrouve avec l’histoire d’un homme qui essaie de survivre mentalement à une situation tragique. 

Une belle balade

Cosa sara - une belle baladeAvec Cosa sarà, Bruni offre une belle balade au spectateur. Je ne dirais pas qu’il s’agit d’un « feel good movie », mais c’est un film qui, malgré son thème lourd, offre une certaine légèreté. Le réalisateur ayant choisi de traiter le sujet avec humour, sans pour autant chercher à faire rire, permet au spectateur de se faire sa propre idée et de décider du sentiment que cela lui procure. Ce qui n’est pas fréquent. 

Quoi qu’il en soit, c’est le genre de film qui se regarde confortablement assis, collé sur son amoureux/amoureuse ou dans mon cas, bien au chaud dans mon lit. 😉 

Mais encore…

Donc pour tous ceux qui ont envie de relaxer et de regarder un film qui laisse un heureux sentiment au cœur, Cosa sarà est pour vous. Il est présenté par le ICFF, en version originale avec sous-titre anglais ou français. Profitez-en, car ça n’arrive pas souvent qu’on puisse regarder des films italiens avec sous-titres français. 

Note : 7/10

Bande-annonce

Fiche technique : 

Titre original : Cosa sarà
Durée : 101 minutes
Année : 2020
Pays : Italie
Réalisateur : Francesco Bruni
Scénario : Francesco Bruni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Le petit septième