[FIFA 2021] Vatican, la cité qui voulait devenir éternelle — Grand lieu de l’art

Vatican_La_cite_qui_voulait_devenir_eternelle - afficeLe destin de la huitième colline de Rome est exceptionnel : deux mille ans d’histoire qui ont vu une simple tombe devenir le siège universel de la chrétienté. Dépositaire d’une mémoire unique au travers de ses archives et de sa collection de manuscrits, le Vatican est aussi un palais à l’architecture exceptionnelle où sont exposés des trésors de la peinture et de la sculpture. Aujourd’hui, au-delà de la légendaire culture du secret, c’est la science qui nous ouvre les portes du Vatican. Les archéologues fouillent catacombes et nécropoles antiques pour remonter aux origines de la Cité. Les spécialistes en histoire enquêtent sur la basilique vaticane, sa destruction et sa reconstruction.

Mêlant documentaire et animation, Vatican, la cité qui voulait devenir éternelle, de Marc Jampolsky et Marie Thiry raconte comment les plus grands artistes ont œuvré pendant vingt siècles à l’ascension du pouvoir du Saint-Siège.

Un documentaire classique

Vatican, la cité qui voulait devenir éternelle se présente dans un format traditionnel des films produits par ARTE. Cela dit, il s’agit d’un film captivant pour l’amateur d’histoire de l’art. Il serait peut-être un peu lourd pour quelqu’un qui ne possède pas de connaissances de base en art. Et pour le spécialiste… Je crois qu’il y aurait tout de même des choses à apprendre, puisque le documentaire couvre près de 2000 ans d’histoire de l’art, autant en peinture qu’en sculpture ou qu’en architecture.  Mais j’aimerais bien avoir vos commentaires, mes connaissances et amis férus d’histoire de l’art…

Vatican cité éternelle - Un documentaire classique
Plan de la place Saint-Pierre

Personnellement, j’ai fait des découvertes passionnantes en regardant ce film. Par exemple, saviez-vous que le Vatican avait été construit sur un ancien cimetière romain? Celui où beaucoup d’hommes qui ont eu « l’honneur » de participer aux jeux de cirque ont été enterrés. 

Opulence

Le film montre, au-delà de l’art, l’opulence de l’Église romaine. Celle-là même qui est au centre de la scission. Arrive ensuite la partie qui est, selon moi (et probablement que l’amateur moyen sera d’accord), la plus palpitante du film : la Renaissance et les artistes que le Vatican (principalement Jules II) a embauchés pour réaliser les grandes œuvres qui devaient faire la renommée de l’État du Vatican. On nous raconte l’apport majestueux de Michelangelo qui a non seulement peint le plafond de la chapelle Sixtine (une œuvre qui doit être vue au moins une fois dans une vie), mais qui a aussi réalisé les plans de la basilique Saint-Pierre telle qu’on la connaît aujourd’hui. Ce que je ne savais pas : Jules II aurait eu à négocier fortement afin que Michelangelo accepte de peindre cette fresque majestueuse (qu’il aurait accomplie seul en quatre années).

Vatican cité éternelle - Opulence

Puis, le film traite de l’apport du rival de Michelangelo, Raffaello : qui a travaillé 17 ans à réaliser les fresques pour les quatre chambres du pape. Pour les amateurs d’architecture, on termine sur les colonnes due Bernini qui entourent la place Saint-Pierre.

Mais encore…

Malgré un format classique, Vatican, la cité qui voulait devenir éternelle mérite grandement sa sélection dans la catégorie du meilleur long métrage. Le film est disponible sur le site Web du FIFA

Note : 8/10

Bande-annonce

Fiche technique : 

Titre original : Vatican, la cité qui voulait devenir éternelle
Durée : 90 minutes
Année : 2020
Pays : France/Italie
Réalisateur : Marc Jampolsky et Marie Thiry
Scénario : Marc Jampolsky et Marie Thiry

Article minutieusement révisé par Révizio inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième