PASSAGE - affichePassage, de la jeune réalisatrice et directrice de la photographie Sarah Baril Gaudet, dresse un portrait poétique de l’été des 18 ans de Yoan et Gabrielle, à l’aube de leur inévitable départ de la région éloignée du Témiscamingue. Alors que Yoan souhaite quitter la région afin de briser sa solitude et explorer son homosexualité, Gabrielle est déchirée à l’idée de poursuivre ses études à une centaine de kilomètres de chez elle.

Le projet est né de l’expérience de la réalisatrice, originaire de cette région qu’elle a quittée en 2010, alors âgée de 17 ans, pour poursuivre des études à Rouyn-Noranda, d’une volonté de redécouvrir sa région à travers le regard de jeunes qui, comme elle, la quitteront : 

Un matin, par hasard, je tombe sur un article du journal exposant le phénomène de vente accrue des terres agricoles témiscamiennes et d’exode croissant des jeunes vers les grandes villes. Submergée par mes souvenirs d’enfance, cette situation m’intrigue et m’inquiète. Depuis mon départ, c’est la première fois que je m’intéresse au sort de ma région natale et à sa jeunesse. Quelques mois plus tard, je décide de prendre le volant et de retourner au Témiscamingue, afin de découvrir comment les préoccupations des jeunes ont évolué depuis mon départ. 

Et c’est à ce moment qu’elle fera la rencontre des deux protagonistes de son documentaire : Yoan et Gabrielle.

Entre partir et rester

Passage - Entre partir et rester
Yoan qui court

Jeune homme homosexuel, affirmé et heureux, Yoan souhaite quitter sa région pour Québec. À la fin de l’été, il compte emménager dans cette grande ville avec deux amis. C’est là une vie qu’il caresse malgré quelques craintes qui persistent. C’est en quelque sorte une forme d’exil, nécessaire voire peut-être même vital parfois.

Si Yoan rêve de partir de sa région, d’étendre ses ailes, de trouver de nouvelles opportunités, Gabrielle, elle, voudrait plutôt s’installer, avoir sa ferme, sa terre. Mais elle se voit forcée de partir si elle veut poursuivre ses études. Des études qui ne lui correspondent pas forcément, tristement. Elle suit un programme qu’elle sait ne pas aimer, un milieu qu’elle ne voudra pas investir plus profondément.

Gabrielle doit se séparer de son nouvel amoureux pour une période assez longue afin de reprendre le cégep. C’est le cœur gros qu’elle envisage son départ. En fait, elle évite d’y penser, et vit le moment présent. 

L’un court (et pour courir, il court) vers l’ailleurs et l’autre se cache la tête dans le sable. Ces deux êtres aux aspirations contraires sont de bons ambassadeurs du déchirement entre l’ici et l’ailleurs de plusieurs jeunes. Partir ou rester, un choix lourd de conséquences. Si le départ permet la découverte et la connaissance, il implique aussi une séparation d’avec ceux qu’on aime.

Portraits intimes

Passage - Portrait intime
Yoan et Gabrielle

Les protagonistes sont présentés dans leur intimité. C’est au restaurant, autour d’un copieux petit déjeuner qu’on voit, pour la première fois ensemble, ces deux jeunes adultes qui ont toujours un pied dans l’adolescence. Ces premiers plans sont un peu flous, en contre-jour. On ne nous les dévoile pas d’emblée, malheureusement peut-être. Mais rapidement, on apprend à les connaître. 

C’est un film « de la banalité », ce qui n’est pas négatif. J’aime les livres et les films qui présentent le quotidien, le banal, duquel une certaine poésie émerge souvent, si c’est bien fait. Et ce l’est ici. 

Aussi, il faut quand même souligner les paysages. De magnifiques plans, dont on profite bien de par la lenteur du film.

On visionne en outre les capsules YouTube que prépare Yoan pour ses 47 abonnés. Il y livre ses aspirations, ses doutes. Une conversation somme toute banale, mais humaine.

Les deux jeunes sont idéalistes, et naïfs comme le sont les jeunes. Ce n’est pas en travaillant comme gérante dans un McDo qu’on devient millionnaire, je dis ça comme ça. Si vous visionnez, ça vous fera probablement sourire à votre tour. 

Passage présente l’histoire d’un exode par l’intermédiaire de deux personnes opposées, du moins fort différentes. 

Note : 7,5/10

Bande-annonce

Fiche technique : 

Titre original : Passage

Durée : 81 minutes
Année : 2020
Pays : Canada, Québec
Réalisateur : Sarah Baril Gaudet
Scénario : Sarah Baril Gaudet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *