ICFF à la maison — Mars 2021 : Petra — Violeur en série

«Petra Delicato… È come Pietro, ma da donna.
 No. Solo Petra. »
[— Petra Delicato… C’est comme Pietro, mais pour une femme.
 Non. C’est juste Petra.]

Petra - PosterAprès deux mariages ratés et enfin libérée de tout lien sentimental, Petra Delicato, l’inspecteur de police de Gênes, cherche sa place dans le monde. Au milieu de son travail dans les archives, Petra se retrouve jetée au front pour résoudre de mystérieuses affaires de viols aux côtés de l’inspecteur adjoint Antonio Monte, un policier sage et démodé proche de la retraite. La franchise de Petra, ses manières directes et son ironie piquante, mais spirituelle, caractériseront son travail dans la police et sa relation avec Antonio. Malgré leurs nombreuses différences de caractère, la relation se transformera non seulement en une forte affinité professionnelle, mais aussi en une amitié sincère.

Avec Petra, Maria Sole Tognazzi propose une série policière peu originale, mais très agréable à regarder. Une série qui rappelle Castle ou Bones par son humour et son personnage parfois antipathique. 

La femme ironique

Petra - La femme ironique
Petra Delicato (Paola Cortellesi)

Quand on regarde une série télé, à la maison, on ne recherche pas nécessairement l’originalité ou le spectaculaire. Souvent, ce qu’on veut, c’est du confort, de la détente, et sourire. Les séries policières à succès ont presque toutes une chose en commun : un personnage à l’humour mordant. On pourrait ajouter à ça l’importance du duo de policiers, souvent mené par un homme et une femme. 

Avec Petra, on a tout ça. Et comme dans Bones, le personnage de la femme est déstabilisant et sort des normes. Alors que dans le premier on mettait en scène une scientifique à l’esprit vif, mais aux aptitudes sociales manquantes, ici on met en scène une femme à la réplique assassine et dans un poste de supérieure à son collègue avec qui elle enquête. Et, encore une fois, elle n’a pas beaucoup d’aptitudes sociales. Ce n’est probablement pas pour rien qu’elle travaille aux archives. 

Ce duo est encore plus improbable dans une série italienne, car non seulement la femme est en position d’autorité et est plutôt agressive avec les gens, son collègue est délicat et est habile pour parler aux victimes. On se retrouve donc, dans ce premier épisode, avec une femme incapable de consoler et de prendre les jeunes victimes de viol sous son aile, mais c’est Monte qui y parvient avec adresse. Cela mène tout de même à une scène vraiment géniale. Petra et Monte interrogent un jeune homme qui dit avoir commis les viols. Alors que la délicatesse de Monte ne mène à rien, Delicato assume le rôle de la méchante et force le « pauvre homme » à se dévêtir et abuse de son pouvoir pour l’amener à la confession. Nous avons l’habitude de voir les « méchants » policiers hommes s’en sortir avec ce genre de comportement. Mais personnellement, c’est la première fois que je vois une femme agir ainsi (et de façon aussi brutale et froide) dans une série.

Un drôle de format

Petra - Drôle de format
Genova

Alors que le format des séries s’est vu changer au cours des dernières années, Petra sort encore plus de la norme. Fini le format 23 ou 47 minutes avec le web. Maintenant nous avons droit à de vrais 30 et 60 minutes. Arrive notre série italienne qui nous propose un format de 83 minutes. Et ce ne sont pas 24, ou 12, ou encore 10 épisodes. Non. Ici, vous avez droit à seulement 4 épisodes. Mais bien que je n’en ai vu qu’une, je regarderais volontiers les 3 autres.

Bien que 83 minutes peuvent sembler longues pour un épisode de série, on ne s’en rend pas compte. Puisque le web nous a habitué à de vrais 60 minutes, les 23 additionnelles passent sans qu’on ne s’en rende compte. 

Mais encore…

Petra - Mais encoreEn lisant le résumé, je n’étais vraiment pas convaincu. J’avais l’impression qu’il s’agirait d’un film déguisé en série télé. Heureusement, j’ai rapidement vu que le langage utilisé était celui de la série et non celui du cinéma. On reste donc à regarder quelque chose de relaxant, mais tout de même captivant. Le personnage de Petra a tout pour être bien développé et offrir plus de 6 heures d’écoute. 

Comme la plupart des séries policières, il est possible d’apprécier Petra sans devoir regarder tous les épisodes. Vous pouvez donc louer ce « film » et en profiter pleinement grâce au ICFF at Home.

Note : 7.5/10

* Ce film est associé à l’événement spécial, ICFF Call The Shots: Female Power Through Film, pour célébrer la Journée internationale de la femme. Vous pouvez le regarder sur le site du ICFF.

Bande-annonce

Fiche technique 

Titre original : Petra
Durée : Saison 1 – 4 épisodes de 85 minutes
Année : 2020
Pays : Italie
Réalisateur : Maria Sole Tognazzi
Scénario : Plusieurs auteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Le petit septième