Magari – Espoir d’enfant

« Mes parents se sont séparés quand j’avais un an. Je ne les ai jamais vus ensemble, mais je sais qu’ils étaient un couple merveilleux. » 

Magari - afficheAlma, Jean et Sebastiano sont trois frères et sœurs qui vivent avec leur mère perdue dans la religion, nouvellement convertie à la religion gréco-orthodoxe. Un jour, à l’improviste, elle les emballe et les expédie à leur père, Carlo, un réalisateur raté dont elle est divorcée. Les enfants sont obligés de partir en vacances avec leur père et sa nouvelle épouse, Benedetta, qui sont en lune de miel à Rome. Lorsqu’un accident malheureux oblige les ex à se rassembler, les espoirs des enfants, qui espèrent que leurs parents reviennent ensemble, s’enflamment.

Avec Magari (qu’on pourrait traduire par « avec un peu de chance »), Ginevra Elkann offre un film doux-amer sur les espoirs d’une fillette de parents divorcés et sur les difficultés d’allier la parentalité et la carrière. 

Le rêve d’une enfant

Magari présente le point de vue d’une fillette de 6-7 ans. Cette petite fille, qui n’a jamais connu le couple que formaient ses parents, rêve tout de même de les voir réunis à nouveau. C’est donc elle qui nous raconte l’histoire de ses parents et de cette fois où leur mère les a envoyés à Rome pour avoir la paix le temps des vacances de Noël. Tout le film est basé sur la crédibilité d’une enfant de cet âge, qui n’a jamais connu sa famille unie, puisse rêver de retrouver cette union familiale. Et ça, c’est totalement réussi. 

Magari - Le rêve d une enfant
Alma et son « premier amour »

Pour les rôles des 3 enfants, la réalisatrice a choisi de miser sur le naturel d’enfants sans expérience de jeu. Un pari plutôt réussi, bien que par moments le jeu ne soit  pas au point. Mais ça sonne vrai. Et dans ce genre de films qui mise sur le réalisme, ça vaut de l’or. Je tiens d’ailleurs à mentionner qu’il n’a sûrement pas été facile de trouver 3 enfants qui parlent italien et français (la mère est Française), sans expérience de tournage, et qui étaient capables de jouer…

 La fillette nous amène donc dans sa vie entre Paris et Rome, en passant par la campagne romaine. Pendant ses « vacances », elle découvrira non seulement la nature réelle de son père, mais aussi la liberté, l’amour et la peur de la séparation. Malgré la difficulté que comporte le fait d’être confronté directement à ces enjeux à travers les yeux d’une enfant, le film reste plutôt léger. 

Les difficultés d’un père

Mais Magari c’est aussi l’histoire des parents. Surtout celle de Carlo, le père italien absent, non conventionnel et complètement brisé. Il galère déjà afin de trouver un équilibre dans sa vie alors, quand son ex décide soudainement de lui envoyer les gamins pour 2 semaines, iil se retrouve donc coincé entre ses enfants qu’il aime – même s’il n’est pas très bon pour s’occuper d’eux – et la dernière chance de sauver sa carrière qui se trouve dans un cul de sac. 

La petite famille part donc à la campagne, avec la nouvelle amoureuse de Carlo, Benedetta, une femme mystérieuse et totalement dévouée. C’est elle qui finira par s’occuper le plus des enfants alors que le père tente, tant bien que mal, de finir d’écrire son scénario. Elle gagnera peu à peu l’amour des enfants, mais son affection leur suffira-t-elle alors que leur  mère est au loin et que leur père n’est pas disponible? 

Magari - Difficultés du père
Alma, Benedetta, Carlo et 2 amis

Malgré tout, on ne peut détester le personnage du (mauvais?) père. La réalisatrice réussit à montrer l’homme et ses faiblesses, son amour pour ses enfants et ses difficultés. Bien que par moments on est tenté de le juger sévèrement, on finit par en avoir pitié. Il fait, décidément, son possible pour survivre.

Mais encore…

Malgré les tensions et les défis quotidiens, le jeune Alma croit toujours fermement que, un jour – avec un peu de chance –, sa famille sera à nouveau unie, comme avant.

C’est cette naïveté réelle qui donne à Magari toute son âme. Je ne dirais pas qu’il s’agit d’un « feel good movie », mais il y a une sorte de légèreté qui en ressort qui donne le goût de vivre. Je vous suggère donc vivement de regarder ce film qui est disponible en ligne.

Note : 8.5/10

Magari est présenté dans le cadre du ICFF, du 29 novembre au 8 décembre 2020.

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 Le petit septième