« My name is Greta Thunberg. »
[Mon nom est Greta Thunberg.]

I am Greta - AfficheEn août 2018, Greta Thunberg, écolière suédoise de 15 ans, lance une grève scolaire pour le climat. En quelques mois, son action se transforme en un mouvement mondial. Le réalisateur Nathan Grossman a suivi de près la jeune Suédoise: du premier jour des manifestations à Stockholm jusqu’aux Parlements du monde entier, mais aussi là où elle prépare, dans les coulisses, ses prochaines actions.

I am Greta, de Nathan Grossman, est un portrait touchant de la jeune activiste Greta Thunberg. Mais c’est avant tout un film sur la persévérance et sur la cause environnementale.

Comment tout ça a commencé…

Parfois on commence un projet sans savoir où il mènera. Pour Grossman, c’est ce qui est arrivé.

IAM GRETA - Comment tout a commencé
Thunberg qui manifeste devant le parlemant à Stockholm

« Un de mes amis avait rencontré la famille Thunberg, et ils lui avaient dit que Greta prévoyait de faire une grève par occupation pour protester pour le climat parce qu’elle estimait que personne ne faisait rien. Les élections nationales approchaient en Suède et elle voulait montrer à quel point cette question était importante. Nous sommes restés en arrière-plan et avons pensé que nous pourrions tourner un jour ou deux et voir ce qui allait se passer. 

Je l’ai vue assise seule, avec une pancarte, et je lui ai demandé si je pouvais lui mettre un micro et la suivre pour la journée. Je lui ai dit: « Écoute, nous ne savons pas vraiment quoi faire avec ça. Peut-être que nous pouvons faire un court (film) ou peut-être que nous pouvons faire une série sur différents enfants militants, et tu pourrais être l’un d’entre eux. Et puis les choses sont allées si vite. »

En effet… Qui aurait pu prédire que cette adolescente lancerait un mouvement mondial? Finalement, le réalisateur aura suivi la militante pendant près de 2 ans, partout en Europe, et dans la traversée de l’Atlantique. C’est ce que montre le documentaire.

Un portrait ou un film environnemental?

I am Greta - Un portrait ou un film environnementalisteI Am Greta est un hybride entre un documentaire environnemental et un portrait de Thunberg. Bien que l’idée de base soit de montrer qui est cette personne d’exception, le film tourne autour de la cause, car la jeune femme est indissociable de son message et de sa cause.

Ainsi, Grossman la suit partout, dans les scènes publiques, comme dans l’intimité. Et il semble avoir eu un accès total et une liberté de filmer tout ce qu’il voulait, afin de montrer Thunberg dans son mieux, comme dans son pire. D’ailleurs, Greta et son père n’ont aucune censure. Lorsque le réalisateur demande pourquoi s’est-elle lancée dans cette campagne plutôt que d’être restée à l’école comme tout le monde, le père explique que sa fille était en dépression après avoir pris conscience de la réalité environnementale. Cela faisait 3 ans qu’elle ne riait plus, qu’elle était presque muette. Elle a eu une dépression sévère qui a duré 1 an, période pendant laquelle elle n’est pas allée à l’école. Quand elle s’est lancée dans ce projet écologique, elle est enfin sortie de sa torpeur. Quand on écoute le récit du père et de la fille, on comprend pourquoi « rester » à l’école n’était pas vraiment une option.

C’est donc en 2018 que la militante suédoise, alors âgée de 15 ans, a organisé une grève scolaire devant le bâtiment du Parlement de son pays, à Stockholm. Au début, elle s’est assise seule, distribuant des informations et répondant aux questions des passants. Lentement, d’autres ont commencé à la rejoindre – et en quelques mois, elle avait déclenché un mouvement mondial.

Et maintenant, je fais quoi?

Ce film tourné avec une équipe énorme de 1 personne (à 95%) donne donc un portrait intimiste de la jeune femme. Clairement, de ne pas avoir une équipe de tournage, mais seulement une personne, cela aide à créer une atmosphère de confiance. Et cela aide également à oublier la présence de la caméra. Ce qui est encore plus génial, c’est que techniquement parlant, cela ne se voit pas. L’image est belle, le son est bon.

« Greta. She has this special perspective on the world. She wasn’t interested in always framing things nicely and being polite. I wanted to capture the fullness of how it feels being Greta and being an activist dealing with this very hard issue. » [Greta. Elle a cette perspective particulière sur le monde. Elle n’était pas intéressée à toujours bien cadrer les choses et à être polie. Je voulais capturer la plénitude de ce que c’est que d’être Greta, et ce que c’était d’être une militante face à cette question très difficile. »

I am Greta - Et maintenantNon, elle n’est pas toujours délicate. Oui, elle est entêtée. Non, elle n’est pas toujours facile à gérer pour son père. Mais en suivant son parcours, on comprend mieux ses discours dans lesquels elle ne mâche pas ses mots. Je pense entre autres au fameux discours du « How dare you… ».

Mais elle fait preuve d’une telle détermination. Elle est charismatique et particulièrement articulée. À 15-16 ans, j’étais loin d’être aussi articulé qu’elle. Et surtout, j’étais loin d’avoir sa conscience du monde qui l’entoure. La scène lors de laquelle elle rédige son premier discours et où elle envoie balader son père parce qu’il veut qu’elle retire une expression qui risque d’être mal reçue est un bel exemple. Contrairement à ce que certains disent, elle compose ses messages et ses discours. Ils ne sont pas écrits par ses parents. Et quand on voit qui elle est, on ne peut pas vraiment douter qu’elle prend ses décisions par elle-même.

Mais ce qui est percutant, c’est qu’en finissant de regarder le film, je me suis senti investi du devoir d’en faire plus. Non, je ne partirai pas en croisade à travers le continent. Je n’ai pas la force de faire ça. Mais je dois en faire plus. Le statu quo n’est pas une option. Et comme les dirigeants mondiaux refusent de faire leur travail, c’est nous, le peuple, qui devrons le faire. Manger moins de viande, utiliser un vélo plutôt qu’une voiture, ne plus utiliser de sacs à légumes à l’épicerie. On peut tous faire un peu plus sans que ce soit difficile. Disons que ce serait un bon point de départ.

Mais encore…

J’ai souvent eu des discussions animées au sujet de Greta Thunberg. Oui, je fais partie de ses défenseurs. Mais Grossman aura su répondre mieux que moi à la difficile question du : Pourquoi Greta Thunberg? Qu’est-ce qu’elle a que ses prédécesseurs n’avaient pas? Voici sa réponse : 

C’est le timing, dans le sens où je pense que le monde attend depuis longtemps que quelqu’un exprime sa frustration face au changement climatique. Rien ne s’est passé, cette panique monte. Et comme vous le voyez dans le film, elle a cette façon de l’exprimer qui se synchronise avec le changement climatique en ce moment. Les années de réflexion constructive, créative et heureuse… nous avons eu ces années, et nous avons eu ces chiffres. Nous entrons maintenant dans une période où la situation ne ressemble plus à ça. Il y a aussi sa trame de fond et son diagnostic d’Asperger. Je pense que les gens peuvent s’identifier à elle. La façon dont l’influence de Greta et du mouvement des jeunes pour le climat a grandi en un an est complètement fou, et historique je pense.

Ce qu’il faut retenir de I Am Greta est que Thunberg et d’autres jeunes exigent un avenir sûr et que les dirigeants écoutent la science. Mais au lieu de cela, ils sont accueillis par des paroles creuses de la part des politiciens, lorsque ceux-ci ne les ridiculisent carrément pas, ou même des menaces de mort de la part d’individus. C’est la source d’une grande partie de sa frustration et en tant que spectateurs c’est avec beaucoup de cette frustration qu’on quitte la salle.

Oui la COVID-19 a ralenti le mouvement en abattant les possibilités de manifestations. Il est donc temps d’agir de façon directe. Car 2020, c’est aujourd’hui!

Note : 9/10

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *