SLAXX – Les jeans diaboliques

Slaxx - afficheSlaxx raconte l’hist­oire d’une paire de jeans diabolique qui s’attaque aux prati­ques sans scrupules d’une entreprise de vêtements à la mode. Lorsqu’une caissière idéaliste travaill­ant aux côtés de col­lègues branchés du magasin phare de la société est témoin des morts sinistres de ses collègues aux mains (jambes?) de la paire de jeans grif­fée, elle doit tenter de comprendre ce qui anime Slaxx pour essayer d’arrêter le massacre.

Si la longue histoire du cinéma d’horreur est remplie de monstres et de tueurs légendaires, on y retrouve aussi des menaces beaucoup moins sérieuses. Que ce soit un père Noël sataniste, des lapins mangeurs d’hommes, des clowns extra-terrestres, des tomates tueuses ou bien encore une moussaka géante (notez que tous ces exemples ont réellement existé), certains films ont fait preuve d’une très grande originalité et parfois même d’une certaine stupidité pour créer la peur chez le spectateur. À première vue, le pantalon tueur de Slaxx, nouveau film de la cinéaste québécoise Elza Kephart qui fait partie de la sélection de Fantasia 2020, semble être l’une de ces créatures insolites. Cependant, ce ne sera pas du tout le cas.

Aussi vivant que nous

Kenny Wong (Lord) - Slaxx - Aussi vivant que nous
Lord (Kebby Wong)

Mais, avant tout, il faut se pencher sur le concept du long métrage, soit des jeans vivants qui tuent des gens. Si l’on pourrait s’attendre à quelque chose de totalement ridicule en voyant le vêtement bouger, le résultat est étonnamment bien fait. Les effets spéciaux pour mouvoir les jeans vedettes passent très bien, avec des mouvements d’une fluidité étonnante et, véritable coup de maître, ils transforment un simple vêtement en un véritable personnage. Mention spéciale aux poches arrières utilisées comme des yeux et donnant de vraies émotions à un simple morceau de linge. 

Aussi, tout le côté comédie horreur est très bien réussi. Les blagues fonctionnent bien, le simple fait de voir des pantalons se comporter comme un humain fait rire et les personnages secondaires sont volontairement détestables et idiots, nous donnant envie de les voir mourir juste pour qu’ils reçoivent une belle leçon de karma. Mais si le côté comique fonctionne, le côté horrifique marche aussi. Les scènes de meurtre sont violentes et sanglantes, et même parfois  malaisantes pour certains spectateurs. De plus, quelques séquences créent des moments de tension qui sont les bienvenus, et ce malgré l’aspect inusité du monstre. Mais Slaxx n’aurait pu être qu’un simple massacre de personnes par un pantalon vivant; il va beaucoup plus loin.

Un fond pas si bête que ça

Car la plus grande force du long métrage est qu’il propose avec surprise une réflexion intéressante sur notre société. En effet, loin du concept étrange, la réalisatrice traite surtout de l’hypocrisie des grandes compagnies vestimentaires, ici à travers la marque fictive CCC, qui clament haut et fort être proches du peuple et vouloir sauver la planète, alors que, au final, elles rejettent ces idéaux et ne pensent qu’à leur propre réussite. Mais le film offre aussi un message acerbe sur notre société de consommation, qui amène ce qu’il y a de pire chez l’humain de par sa superficialité; la preuve est le magasin du film, véritable fausse zone branchée dont le moindre faux pas peut faire tomber ce que les personnages appellent un “écosystème”, alors que c’est juste une boutique de linge. Le tout mène à une fin surprenamment nihiliste, mais cohérente avec le message du film.

Erica Anderson (Peyton) 3 - Slaxx - Un fond pas si bête
Peyton (Erica Anderson)

Mais le film n’est pas exempt de défauts. Mis à part certaines séquences de pur montage n’apportant rien au récit, il souffre surtout d’un manque de développement des personnages, particulièrement les principaux. Il aurait fallu un peu plus de temps de métrage pour régler ce problème. Aussi, le choix du méchant « humain » est assez mal choisi. Il aurait été mieux de prendre le CEO plutôt que le simple gérant de magasin. Aussi, d’autres personnages auraient mérité de mourir plus tard, juste pour les voir se démener douloureusement et rendre le message du film encore plus fort, en rendant victimes les profiteurs du système.

Derrière son apparence grotesque, Slaxx est un film réussi. Il utilise son concept avec sérieux tout en le rendant humoristique et délivre aussi des messages d’un nihilisme surprenant. Malgré ses quelques défauts d’écriture, Elza Kephart a réussi à rendre effrayant et attachant une paire de jeans, ce qui est déjà tout un défi de cinéma.

7/10

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième