Chasing Dream – Une impression de déjà vu

Chasing Dreams - afficheLorsque Tiger (Jacky Heung, Push, Fearless) et Cuckoo se rencontrent dans de terribles circonstances, les astres s’alignent. Tous deux différemment impliqués auprès de prêteurs d’argent, l’un est une star montante de la MMA (arts martiaux mixtes), l’autre une chanteuse en cavale qui n’arrêtera devant rien avant d’avoir obtenu une audition pour l’émission « Perfect Diva », une compétition à la American Idol. Joints par le destin et déterminés à s’entraider, ils feront un peu de tout – lave-auto, stripclub, fondue chinoise ou encore stand-in d’effets spéciaux, combats sanglants et autres auditions gênantes – pour atteindre leurs rêves…

Le cinéma hongkongais possède plusieurs réalisateurs de renom comme Wong Kar-Wai, Tsui Hark, John Woo ou encore Johnnie To. Ce dernier est l’un des cinéastes les plus prolifiques et les plus éclectiques de son pays. Il possède une très bonne réputation dans la critique orientale et occidentale, il est très présent lors de festivals comme Cannes et il est aussi devenu culte pour plusieurs cinéphiles, notamment un certain Quentin Tarantino, qui a affirmé adorer regarder les films de gangsters du réalisateur. Mais s’il est surtout connu dans l’Ouest pour ses films d’action et de crimes, il a aussi touché à plusieurs genres cinématographiques au fil de sa carrière, n’hésitant pas à en utiliser plusieurs dans un même film. C’est donc en mélangeant la comédie, le film de sports, le film d’amour et la comédie musicale que le réalisateur nous offre Chasing Dream, présenté en compétition pour le Cheval noir dans le cadre de Fantasia 2020.

To à son meilleur

Chasing Dream - To à son meilleurEn voyant le film, on peut dire que To fait très bien son travail de réalisateur. La mise en scène est efficace, fluide et très rythmée. Ajoutant à cela la très belle photographie du long métrage, cela donne plusieurs plans sublimes. Le cinéaste met aussi tout son savoir-faire dans les combats de MMA qui alimentent le récit. La chorégraphie de ces derniers est très excitante, remplie de coups spectaculaires qui donnent une véritable sensation de douleur, même si l’on en vient à se demander si certaines des prises effectuées sont légales dans de véritables matchs. 

Parmi les autres points positifs de Chasing Dream, on peut citer les très bonnes performances des acteurs principaux ainsi que la chimie qui se crée entre leurs deux personnages. Aussi, les chansons chantées par Cuckoo sont envoûtantes, mis à part peut-être toute la séquence de comédie musicale, qui est mal implantée dans le récit et qui n’est pas très mémorable. 

Cependant, Chasing dream souffre d’un très gros problème: son scénario.

Fait et refait

Chasing Dream - Fait et refaitQue ce soit clair, il n’est pas très mal écrit. Les moments comiques font vraiment rire; les moments dramatiques sont très forts émotionnellement et les moments plus épiques font un très bel effet. Le véritable problème est que l’histoire de Chasing Dream est extrêmement clichée. Un sportif dans sa gloire qui doit se retirer à cause de sa santé; la jeune artiste dont la vie a été gâchée par un profiteur mais qui a le droit à une seconde chance; les deux protagonistes qui tombent amoureux; le mentor du héros qui tente de combattre une ennemi plus fort que lui et qui échoue au péril de sa vie, jusqu’au combat final gagné grâce au pouvoir de l’amour: tous ces éléments, et encore bien d’autres que je n’ai pas cités, ont été vus et revus dans plusieurs dizaines de films. 

En temps normal, réutiliser la structure d’une histoire n’est pas un véritable problème. Raconter quelque chose d’original aujourd’hui est très compliqué. Cependant, d’autres films ont caché leurs clichés par différentes subtilités, ce dont Chasing Dream manque. Tous les points scénaristiques sont montrés explicitement, ce qui amplifie ce côté de déjà vu. De plus, il y a une certaine grossièreté dans le traitement des personnages. Tous leurs traits de caractère sont unidimensionnels, sans particularités qui pourraient les faire sortir du lot; l’exemple le plus frappant est le personnage de la célébrité ayant tout pris à Cuckoo, présenté comme un lâche pathétique tout le long du film, mais qui aurait pu bénéficier d’un traitement plus nuancé.

Chasing Drean reste cependant un film divertissant, dont la maîtrise de la mise en scène par Johnnie To et les combats très impressionnants et rythmés peuvent valoir un détour… Si vous êtes un fan absolu du cinéaste hongkongais et que vous êtes prêts à excuser la pauvreté du scénario.

5/10

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième