Patrick – Marteau

« Sometimes, to get what you want, you have to not want what you want. »
[Parfois, pour obtenir ce que tu veux, tu dois ne pas vouloir ce que tu veux.]

Patrick - affichePatrick (Kevin Janssens) est le bricoleur du camping naturiste de son père. Le temps restant, il le consacre à son passe-temps, la conception et la création de meubles. Lorsque Patrick perd son marteau, sa quête pour le récupérer l’emmène dans les coins les plus reculés du camping. Lorsque le père de Patrick décède, la quête de Patrick devient existentielle. La bulle de sécurité de Patrick éclate et tout ce qu’il a pris pour acquis change. Est-il en deuil à cause de son père? Ou pense-t-il surtout à son marteau perdu? En attendant, les campeurs résidents commencent à remettre en question les capacités de leadership de Patrick, craignant pour la survie de leur sanctuaire bien-aimé. 

Patrick (De Patrick), de Tim Mielants, est un drame familial décalé (et sombre) sur les particularités des gens, sur le lâcher-prise et sur la capacité d’être heureux avec soi-même.

Tout nu. Ouin pis?

Patrick - Tout nu
Patrick et les résidents du camping

Le film de Mielants se déroule dans un lieu qu’on ne voit pas souvent au cinéma : un camping nudiste. Ce mode de vie semble effectivement encore tabou dans l’univers cinématographique: je ne pense de mémoire qu’à un seul autre film qui se déroule dans un lieu nudiste. 

Pourquoi? La nudité demeure encore tabou au cinéma malgré la place importante qu’elle y occupe. En effet, il semble presque impossible de montrer la nudité sans que ce soit dans un but érotisant. Ou presque… C’est donc rafraichissant de voir un film se dérouler dans un camping nudiste sans que la nudité n’en soit le sujet même. 

Folie ou évitement?

Patrick - Folie ou évitementNargué par l’espace vide sur son porte-outil, Patrick entreprend de retrouver son marteau. La perte de cet objet semble devenir la seule chose qui importe dans son existence. Mais son obsession nouvelle est-elle provoquée par un moment de folie, ou est-ce une sorte d’évitement lui permettant de ne pas avoir à vivre son deuil? Car chacun porte le deuil à sa manière: certains mangent, certains boivent, certains pleurent sur leur canapé. Patrick, lui, projette la perte de son père sur la perte de son marteau.

On passe la première partie du film à découvrir les relations de Patrick avec les résidents et les visiteurs du camping. Cet homme semble être celui que les gens aiment, mais ne respectent pas. Puis, arrive la partie plus sombre et intense du film durant laquelle le bricoleur mène son enquête. 

Être heureux

Patrick - Être heureuxPatrick est quelqu’un dont nous pouvons tous être jaloux, car il n’est pas soumis à la pression de performer, d’impressionner, d’obtenir un statut ou de gravir les échelons sociaux. Et, pour cette raison, la question que tout le monde se pose  au cours du film, ainsi que le spectateur, est « mais qui est Patrick? » 

Dans le fond, Patrick est peut-être celui qui possède la vérité ultime, celui qui a réussi à trouver le bonheur en lui-même. 

Mais encore…

Le personnage principal est fascinant,  un défi bien relevé par Kevin Janssens. Non seulement il a pris plus de 30 livres afin de donner toute la crédibilité nécessaire à son personnage, mais il performe merveilleusement bien dans les silences. Son personnage ne parlant pas beaucoup, il doit faire passer toutes les émotions, les douleurs et les incertitudes sans surjouer et sans utiliser les mots pour distraire le spectateur. 

Patrick est une tragi-comédie sur les particularités des gens. Un film sérieux, mais sans gravité, fait avec humour, mais sans sarcasme. Et je vous le suggère fortement.

Note : 8/10

Bande-annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Le petit septième