Le 13 mars 2020, le gouvernement Legault a annoncé la fermeture des écoles en raison de la pandémie de COVID-19, et ce à compter du lundi 16 mars. Les lieux culturels comme les musées et les cinémas n’ont pas été épargnés, une situation hautement déstabilisante pour le FIFA (Festival International des Films sur l’Art), qui devait débuter le 17 mars! Il était désormais impossible de projeter les films de la programmation dans les salles et d’accueillir le public comme prévu. Mais le FIFA a – très – rapidement trouvé une solution et plus de 180 films de divers horizons ont été présentés en ligne au public canadien du 17 au 29 mars. Nous vous avions parlé, notamment de L’affaire Caravage et de quelque courts métrages

LeFIFA.com

Fort du succès de cette initiative, le FIFA choisit de lancer LeFIFA.com afin de prolonger l’expérience de partage avec la communauté des amateurs d’art, au-delà de la période de confinement. En ligne depuis la semaine dernière, ce microsite bilingue a pour vocation de partager du contenu expressément créé ou commissionné par le FIFA. On y trouve non seulement une programmation de films d’art, mais aussi des entrevues avec des personnalités du milieu, des liens vers des applications interactives ou des expositions en ligne. Le contenu de cette plateforme sera enrichi chaque semaine au fil des actualités, projets et rencontres artistiques initiés ou sélectionnés par Le FIFA. 

Lumières sur les films iraniens

Leila Khalilzadeh
Leila Khalilzadeh

C’est ainsi qu’après avoir présenté le riche programme Lumière sur les films d’art iraniens lors de sa 38e édition, le Festival profite de cette nouvelle plateforme Web pour poursuivre l’exploration des arts et des films d’art iraniens, en partenariat avec MOMENTA | Biennale de l’image. Cette initiative, soutenue par le Conseil des arts de Montréal, a été confiée à la réalisatrice et commissaire Leila Khalilzadeh, cinéaste iranienne basée à Montréal qui a réalisé, écrit et produit des courts métrages de fiction, des films d’animation et des documentaires. Plusieurs genres différents sont présentés : cinéma, documentaires, courts métrages d’animation et films expérimentaux, ce qui en fait une programmation exceptionnellement riche et diversifiée. Nous couvrirons plusieurs de ces films dans les prochaines semaines.

Une grande sélection de films permet de découvrir l’art moderne iranien, en partant du classique Modern Iranian Art, qui a été réalisé en 1976 par un groupe d’artistes dont Khosrow Sinai, reconnu et acclamé pour ses films sur l’art. Ce film de 26 minutes explore les origines et le développement de l’art moderne en Iran et présente une brève histoire des pionniers de ce mouvement, que nous pourrons retrouver dans différents films de type monographique dans la programmation. 

La programmation permet également de sortir des sentiers battus en présentant des courts métrages expérimentaux inspirés d’oeuvres d’art, que je vous conseille fortement d’aller visionner.

The Room (2015)

The RoomDans ce huis clos, Benyamin Haftlang met en scène l’environnement des oeuvres d’Edward Hopper pour symboliser l’enfermement des personnages, leur repli sur eux-mêmes et la perte de leur symbiose relationnelle. Le mobilier et les couleurs apparaissent au fil du récit, nous amenant progressivement à découvrir l’hommage au peintre américain que propose le court métrage, un procédé novateur qui sied parfaitement au propos. 

Avec ce court métrage, le cinéaste semble aussi poser la grande question du sujet même de l’oeuvre Room in New York (1932), de Hopper, un film qui apporte en soi quelque chose à l’interprétation du tableau par des procédés expérimentaux judicieusement réfléchis. À voir!

When A Woman Seated beside a Vase of Flowers after 154 Years Would Get Tired (2019)

When A Woman Seated beside a Vase of Flowers after 154 Years Would Get TiredAlors qu’avec The Room, Haftlang se demandait ce qui se déroulait dans l’oeuvre de Hopper, Shahriar Hanife imagine ici ce qui pourrait arriver si les personnages des oeuvres avaient une vie propre. Pour traiter cette question, le réalisateur se penche sur l’oeuvre d’Egard Degas: Femme assise à côté d’un vase de fleurs (1865), conservé au Metropolitan Museum of Art de New York. Le long titre de ce très court! court métrage résume très bien le propos, à découvrir au fil de ces curieuses trois minutes, où vos yeux doivent absolument demeurés rivés sur l’écran. 😉

***

Ne manquez pas la suite de notre couverture prochainement! 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *