Quoi de mieux qu’un festival de film dédié au court métrage pour mettre celui-ci en valeur? C’est pourquoi je me propose de vous parler de quelques films qui auraient été présentés au Festival Regard cette année.

Regard sur le Festival Regard 2020 😉

Cayenne (Simon Gionet) – Québec

Cayenne-1Durant son quart de nuit à la station d’essence, une commis de service accepte d’offrir son aide à un homme dont la voiture est tombée en panne. Au milieu du stationnement désert, les intentions du conducteur laissent la jeune femme incertaine.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir un film dans lequel c’est un homme qui n’est pas capable de réparer sa voiture et que c’est une femme qui le fait pour lui. Pourtant, c’est une réalité. Et elle est bien illustré dans Cayenne. Autre réalité qui y est bien montrée, celle des personnes qui travaillent de nuit dans les stations services. On y rencontre des gens de tous genres, dont les plus étranges. 

Dans ce court métrage, l’ambiance est parfaite et la tension nous garde en haleine du début à la fin. Un très bon film que je vous suggère vivement.

La distance entre le ciel et nous (Vasilis Kekatos) – France / Grèce

La distance entre le ciel et nousDeux inconnus se rencontrent pour la première fois, la nuit, dans une station service perdue. Alors que le premier fait le plein, il manque quelques euros au second pour rentrer chez lui. Les deux hommes vont marchander le prix de ce qui les sépare d’une histoire.

Court film très intéressant qui prouve une fois de plus qu’il faut peu pour raconter une bonne histoire. Ça démontre aussi qu’une scène de flirt peut impliquer un homme et une femme ou deux hommes ou deux femmes, et que ça ne change rien. Ça reste aussi beau et intrigant. Et on reste accroché aux lèvres des deux hommes et on se demande bien comment cette rencontre se terminera. Un autre film à voir.

Zoo (Will Niava) – Québec

Zoo - Will NiavaUn malentendu entre trois jeunes hommes et un officier de police nerveux s’aggrave de manière incontrôlable quand un renversement soudain de la dynamique de pouvoir force le groupe à un point de non-retour.

Encore aujourd’hui, un noir a plus de chance d’être interpellé par un flic à Montréal. On a beau se dire un peuple non raciste et plus tolérant que les autres, les statistiques prouvent que ce n’est pas nécessairement le cas. Dans Zoo, Niava montre exactement comment un rien peut devenir un gros problème. Les tensions peuvent rapidement escalader. Et ce qui aurait dû être une soirée tranquille devient soudainement une soirée où des vies sont en jeu.

***

Malheureusement, le festival Regard a été annulé dû à la COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *