« With Gary’s position, it’s going to be very sensitive. »
[Considérant la position de Gary, ce sera très délicat.]

Me tambien - AfficheDeux femmes dans des sphères totalement opposées de la société sont réunies par un malheureux dénominateur commun, le harcèlement sexuel. Mais quand tout semble perdu, c’est le destin qui aura le dernier mot.

Pour Me también,  son premier film en tant que réalisatrice, Valeria Vallejos offre un film inégal et sans profondeur sur le thème du harcèlement sexuel. Une tentative à la #MeToo qui rate totalement l’objectif.

Et moi aussi…

Me tambien - 1
Valeria Vallejos

Beaucoup de femmes ont été et sont, encore aujourd’hui, victimes de harcèlement sexuel. C’est effectivement un thème qui doit être traité au cinéma. Mais comment se fait-il que, chaque fois qu’on fait un film sur ce sujet – à l’exception de The assistant –, on se retrouve avec un film d’une piètre qualité? C’est bien de donner la parole à celles qui ont des choses à raconter. Mais quand vient le temps de faire une oeuvre pour raconter, mieux vaut demander à quelqu’un qui sait y faire pour réaliser, dans ce cas-ci, le film.

Quand on regarde Me también, on a encore une fois l’impression que toutes les femmes sont de pauvres victimes et que les hommes sont des êtres ignobles et sans scrupules. Il me semble que l’importance d’un mouvement comme le #MeToo était de dénoncer les hommes (une minorité) malveillants, voire criminels. Pas de nous laisser croire que toutes les femmes sont de pauvres et tristes victimes, peu importe leur niveau de caractère.

Aucunement crédible

Me tambien 2Mais dans Me también, le problème va au-delà de l’idéologie. Le scénario est faible. Les dialogues sonnent souvent faux. Et l’histoire ne tient pas vraiment la route. Disons que les hasards sont forcés afin de montrer que les femmes ne peuvent simplement pas s’en sortir. Peu importe ce qu’elles font, leur agresseur réapparaitra par hasard dans leur vie.

La réalisation n’est guère mieux. La toute première fois qu’on voit le personnage de Cristina (Valeria Vallejos), elle est déjà étrangement méfiante de tout. On a droit à une scène complètement ratée dans laquelle Cristina se fait agresser par l’homme chez qui elle travaille comme nounou. Ils échangent un truc et au moment où leurs mains se touchent l’homme caresse le poignet de la jeune femme pendant un bon 5 secondes. Puis, Cristina réagit fortement et devient complètement muette et traumatisée. Et le spectateur se dit : « heu… vraiment? » Peut-être qu’un peu de travail afin de présenter le personnage aurait été pertinent ici. Puis, la scène finale est un autre exemple frappant de la faiblesse de la réalisation, alors que les deux personnages féminins principaux se retrouvent face à face afin de pouvoir échanger un regard complice du genre : « toi et moi, on se comprend » alors qu’elles n’ont aucune idée qu’elles ont vécu la même chose. Il faut dire que les piètres performances des actrices n’aident en rien les faiblesses énumérées précédemment.

Mais encore…

Me tambien 3Me también, qui sera mis en ligne le 8 mars dans le cadre de la journée mondiale des femmes, est un film qui, bien qu’il traite d’un thème important, ne vaut pas la peine d’être vu.

Encore une belle occasion ratée de sensibiliser les gens aux phénomène des agressions.

Note : 3.5/10

Visionnez la bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *