« C’est ça le truc avec les petites villes. Chacun tombe à sa juste place. »

The Miracle of the Sargasso Sea - afficheDans une petite ville qui vit de l’élevage d’anguilles dans l’ouest de la Grèce, deux femmes mènent une vie solitaire tout en rêvant de s’évader. Elisabeth (Angeliki Papoulia) est une policière autrefois ambitieuse qui a dû quitter Athènes il y a dix ans. Elle mène maintenant une vie sans joie et a constamment une gueule de bois. Rita (Youla Boudali) est la soeur, silencieuse et mystérieuse, d’un chanteur de bar (Christos Passalis) jouant régulièrement dans la discothèque locale. Quand une mort soudaine bouleverse la ville et bouleverse la communauté locale, les deux femmes qui ne se connaissaient pas jusque là sont soudainement attirées l’une vers l’autre. À mesure que les secrets cachés dans les marais commencent à faire surface, ils auront l’opportunité de se sauver l’une et l’autre.

Dans The Miracle of the Sargasso Sea (To Thávma Tis Thálassas Ton Sargassón), Syllas Tzoumerkas marie avec brio les invocations mythiques aux réalités de la Grèce post-austérité. 

Deux femmes, un rêve

Miracle of the Sargasso Sea - Deux femmes deux rêves
Jésus…

The Miracle of the Sargasso Sea est l’histoire de deux femmes et d’une communauté de rêve : de vrais rêves, des rêves de rédemption, des rêves d’obscénité, des rêves de violence… Le paradis est imploré et le paradis est déformé, comme les vaches et les oiseaux, le Christ et les mages, les eaux calmes et les corps des morts, tous regardent le drame humain, qu’il soit banal ou exquis. Au centre se trouvent Elisabeth et Rita, somnambules dans la réalité marécageuse de la Grèce au lendemain de la crise, privées de leur potentiel, blessées, piégées et coincées. Tout comme les anguilles, lorsqu’elles suivent soudainement un appel mystique et se lancent dans un voyage dangereux, elles se réveillent. La grâce violente de leur combat pour récupérer leur identité, pour attaquer et se libérer est au cœur de ce film.

L’idée de vouloir quitter un bled paumé n’a rien de nouveau. Ce qui est original, ou intéressant, ici, c’est le traitement qu’en fait le réalisateur. En montrant deux femmes aux parcours extrêmement différents, mais en les rapprochant par leur désir d’évasion, il réussit à créer une histoire sombre, poignante et étrange. C’est au moment où les deux femmes sont sur le point d’abandonner qu’une étincelle s’allume dans leur tête et leur donne le courage de reprendre leur vie en mains. 

Par moments, on a l’impression de se retrouver dans un film de David Cronenberg, ou même de David Lynch. Le rêve se mélange à la réalité qui se mélange aux rêves. 

L’enfer du paradis

Miracle of the Sargasso Sea - Paradis et Enfer
Elisabeth (Angeliki Papoulia)

La Grèce, n’est-ce pas un paradis sur terre? The Miracle of the Sargasso Sea construit un espace de rêve partagé entre ces deux femmes. Leurs visions, leurs rêves, leurs prières et leurs troubles existentiels commencent tous à se rejoindre, car elles partagent toutes deux le même désir immense de se sauver elles-mêmes, de se tirer d’affaire. Rita est pratiquante, donc ses visions sont religieuses; Elisabeth, de son côté, possède des caractéristiques que l’on pourrait comparer à celles du Christ. Toutes ces notions continuent de se transformer dans leur subconscient et par conséquent dans l’espace de rêve du film – comme dans la vie réelle d’ailleurs.

Mais ces deux femmes sont brisées… détruites. Lorsqu’on est vaincu, on a tendance à s’auto-punire. On vit tous une défaite dans notre vie à un moment ou à un autre, et ensuite, on ne sent pas bien avec soi-même. C’est le cas d’Elisabeth qui est, normalement, une femme féroce et à l’esprit libre. Le film montre la tragédie d’une personne qui a perdu et qui doit maintenant en supporter les conséquences pendant de nombreuses années, jusqu’à ce qu’elle trouve un moyen de recouvrer son estime de soi. Ces deux femmes, Elisabeth et Rita, traversent de nombreuses épreuves avant d’atteindre le point où leur envie de se réapproprier leur vie devient une force imparable.

Mais encore…

Miracle of the Sargasso Sea - Mais encore
Rita (Youla Boudali)

Il n’est pas si fréquent qu’un homme réalise un film qui met en scène deux personnages de femmes, qui plus est de femmes fortes. Elles ont été brisées par la vie, mais elles ont le caractère nécessaire pour se relever. Est-ce là une façon de montrer la force de caractère du peuple grec? Après les dures années que le pays vient de traverser, on peut certainement y croire. 

The Miracle of the Sargasso Sea est un drame criminel brutal, teinté de surréalisme. Pour ces deux femmes qui rêvent de quitter le village ensoleillé de Missolonghi, le paradis est synonyme d’enfer.

Note : 8/10

The Miracle of the Sargasso Sea est présenté au festival Fantasia les 31 juillet et 1er août 2019.

Visionnez la bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *