« Pour votre lettre de grâce, j’ai réfléchi… »

Empereur de Paris - afficheSous le règne de Napoléon, François Vidocq (Vincent Cassel), le seul homme à s’être échappé des plus grands bagnes du pays, est une légende des bas-fonds parisiens. Laissé pour mort après sa dernière évasion spectaculaire, l’ex-bagnard essaye de se faire oublier sous les traits d’un simple commerçant. Son passé le rattrape pourtant, et, après avoir été accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, il propose un marché au chef de la sûreté : il rejoint la police pour combattre la pègre, en échange de sa liberté. Malgré des résultats exceptionnels, il provoque l’hostilité de ses confrères policiers et la fureur de la pègre qui a mis sa tête à prix…

Avec L’empereur de Paris, Jean-François Richet propose un film d’action, historique, basé sur un personnage du folklore français. Un film de genre digne de Hollywood.

Le vrai du faux

Empereur de Paris - Le vrai du faux
Vodocq (Vincent Cassel)

Vidocq est un personnage réel. Il aurait, en tout cas, vraiment existé. Et c’est sur la légende qui entoure cet homme qu’est construit le film de Richet.

Le volet historique est bien constitué. Les décors du vieux Paris sont parfaits et les costumes tout à fait réussis. Peut-être que les couleurs des robes et des habits sont un peu trop vives pour l’époque, mais les styles sont justes. Bien que le réalisme soit bien campé dans les décors, le scénario tombe rapidement dans le manque de réalisme qui pourrait être attribué (si on veut être un peu – beaucoup – naïf) à la légende. Mais j’aurais surtout tendance à croire que ça fait surtout partie de la légende du dollar facile.

Film de genre

Empereur de Paris - Film de genre
Le méchant, cliché

Nous ne sommes pas dans le typique film français à dialogue. Non. On est plutôt dans le typique film de genre à la sauce Hollywood. Oui, les gentils tirent juste avec leurs armes, alors que les méchants ratent très souvent la cible. Sans oublier que les truands sont de grands idiots incapables de réfléchir de façon efficace. Ça simplifie la tâche du héros et de ses faire-valoir… Et oui, la fin est des plus prévisibles.

Mais un revirement inattendu sauve la donne. Un peu après le milieu du film réapparait un personnage qu’on ne croyait pas vraiment revoir : Nathanaël (August Diehl). Survient alors un rebrassage de l’échiquier et un beau moment pour le spectateur.

Mais encore…

Empereur de Paris - Mais encoreLe premier plan du film montre le bagne et les bas-fonds; le dernier, la puissance de l’Empire. Une belle façon de montrer le parcours de la France de l’époque, et celui du personnage principal.

Parmi les autres aspects positifs, je note l’image. Les couleurs sombres malgré l’image lumineuse créent une ambiance miséreuse, mais vivante de la Ville Lumière. Et il faut admettre que les scènes de combats et de poursuites sont bien mises en valeur par cette image composée de clairs-obscurs.

Mais, au final, L’empereur de Paris n’est rien de plus qu’un autre film de vengeance qui ne passera pas à l’histoire. Un film de genre qui plaira, par contre, aux amateurs d’action en manque de sensations.

Note : 6.5/10

Visionnez la bande-annonce :

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *