Love is the only engine of survival
Leonard Cohen

Genèse - afficheLa naissance des premières amours ébranle trois adolescents dans le tumulte de leur jeunesse. Alors que Guillaume (Théodore Pellerin) tombe secrètement amoureux de son meilleur ami, sa demi-soeur Charlotte (Noée Abita) quitte son petit ami pour s’essayer à des rencontres plus libres. À la genèse de ces histoires, dans un camp de vacances, le jeune Félix (Édouard Tremblay-Grenier) connait son premier émoi…

Après Les Démons, Philippe Lesage nous offre Genèse. De l’enfance montrée dans le premier film, on passe maintenant à l’univers tourmenté qu’est l’adolescence. Les premières amours, quelles tourmentes! Pour Lesage, le titre de son film va dans le sens de la citation de Cohen mise en exergue : « Love is the engine of survival ».

Une structure surprenante

Genèse - Béatrice et Félix
Béatrice et Félix

Les histoires des deux premiers personnages, celle de Guillaume et celle de Charlotte, sont entremêlées. Ils sont de la même famille, mais on ne les voit que très peu ensemble. Deux fois, moins de 5 minutes chaque fois. Puis, après 1h40, alors que le film semble se terminer, on bascule dans l’univers de Félix. On sort de la ville, du pensionnat où vit Guillaume et des bars que fréquente Charlotte, pour un camp de vacances en pleine nature. Et l’on ne ressortira plus cet univers.

Ces trente dernières minutes nous mènent ailleurs. C’est en soi un court métrage, qui n’a pas besoin du reste du film pour exister. Le thème est le même, l’amour chez les jeunes, mais au tout début de l’adolescence alors que Félix vient de quitter l’enfance et qu’il ne sait vraisemblablement pas comment agir/réagir en présence d’une fille qui lui plait.

Genèse - Charlotte et son petit ami Maxime
Charlotte et son petit ami, Maxime

Ce changement m’a déstabilisée. Je ne suis pas convaincue de l’idée d’alternance des deux premiers récits, suivi d’un troisième qui arrive tout d’un bloc, sans lien entre ce personnage et les autres.

Pour Philippe Lesage, ce choix n’est pas choquant : « Je m’explique mal qu’il y ait des formes qui soient permises et acceptées en littérature et qui ne le sont pas au cinéma. Par exemple, il est permis dans un roman de changer de narrateur en plein milieu d’un récit ou de terminer une histoire par un poème. Pourquoi y a-t-il si peu de ce type d’audace narrative au cinéma? […] Dans Genèse, la finale est une variation sur un même thème. On peut appeler cela comme on veut, une coda, un épilogue, un poème, un court métrage qui complète ce que l’on vient de voir, cela m’importe peu. »

Il n’en reste pas moins que cela m’a dérangée. Ça créait une rupture que l’ajout d’un intertitre, du genre « Épilogue », aurait peut-être réglé. Je ne sais pas… Mais il reste qu’il y a une différence entre la littérature, dans la relation intime entre le lecteur et son livre, et le cinéma. Et pourtant je ne suis pas contre les formes éclatées et j’apprécie le cinéma expérimental.

Trois histoires, trois jeunes, trois troubles

Genèse n’est pas moins un bon film. Ce qui est décrit est juste : le déséquilibre émotionnel des débuts amoureux. Et même si ce n’est pas un premier amour à proprement parler, puisque Charlotte est déjà en couple, c’est l’idée des nouvelles expériences qui importe.

Genèse - Guillaume
Guillaume, en classe

Dès les premières images au pensionnat, au look des jeunes, je pensais qu’on retournait quelques décennies en arrière. Puis, j’ai hésité. Certains éléments, surtout dans l’univers de Charlotte, étaient plus contemporains. Mais c’était là deux périodes/univers simultanés. Cependant, cet aspect m’a plu. Peu importe l’époque, les sentiments et les doutes restent les mêmes.

Genèse est une plongée dans l’univers adolescent. On oublie trop souvent ou trop vite les difficultés, les troubles qui habitent les jeunes, et qu’il devient alors d’autant plus difficile de foncer avec assurance…

Note : 7,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *