Les 8 et 9 décembre 2018, Plein(s) Écran(s) faisait place au Short Cuts Weekend. Ce sont deux journées (8 films) lors desquelles le festival donne carte blanche aux programmateurs du TIFF, Lisa Haller et Jason Anderson. C’est donc une sélection des meilleurs courts métrages présentés au TIFF lors des dernières éditions.

Jason Anderson et Lisa Haller
Jason Anderson et Lisa Haller

Je me suis donc donné quelques minutes de plaisir à visionner certains des films présentés ce weekend. Je vous parle de 3 d’entre eux.

Five Films About Technology (Peter Huang) – Canada

Five films about technologyUn aperçu du côté idiot de la technologie.

Dans ce court film de 5 minutes, on assiste à 5 scènes ridicules, de tous les jours, liées à la technologie. Bien que les séquences soient des caricatures, elles sont plausibles et très réalistes. Que l’on pense à un groupe de jeunes filles photographiant leur assiette avant de manger ou à l’homme qui échappe son téléphone dans la toilette après un numéro 2, ces 5 vignettes nous font sourire. Un peu jaune, peut-être.

3 Way (Not Calling) (Molly McGlynn) – Canada

3 Way Not Calling - posterMel convainc son copain de faire un ménage à trois la veille de son anniversaire – ils trouvent une jeune femme qui n’en peut plus de Tinder et souhaite faire partie de leur relation confortable.

Quoi de mieux qu’une comédie sur un trip à trois. Un film qui mise sur les silences et les malaises pour amuser et pour créer une ambiance. Sans oublier quelques punchs bien placés et des acteurs talentueux. Mais la question à laquelle ce film répond est : pourquoi chercher sur des sites de rencontres lorsqu’on peut simplement demander à une rouquine milléniale qui en a marre de Tinder? Un 12 minutes bien investi.

Standby (Charlotte Regan) – Royaume-Uni

STANDBYDeux collègues apprennent à mieux se connaître au fil d’une journée ordinaire dans leur voiture de patrouille.

Gary et Jenny partagent le même espace restreint que tous les autres policiers : le siège avant de leur voiture de patrouille. Ce court film nous montre à quel point la vie d’un policier britannique n’a rien d’excitant. On s’imagine parfois que le travail d’un policier c’est comme dans les films : plein de rebondissements et d’action. Mais, ici, on réalise que beaucoup de ces journées sont tranquilles. Malgré tout, on voit une relation qui évolue à mesure que les événements se produisent. Sans que nous assistions à ces événements en soi, nous sommes tout de même en mesure d’imagine la suite.

Un film léger, mais très réussi.

***

C’était un beau weekend de projection (sur le web) que nous ont offert les commissaires Lisa Haller et Jason Anderson.

Quant à moi, je vous reviens avec la deuxième section des films québécois…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *