FIRECRACKERS - une

Firecrackers – Pauvres filles

  Both of these characters are feminine, attractive and sexual but in different ways…
as women, we are constantly re-defining what those words mean to us. »

MARA ZIGLER, Costume Designer

Firecrackers - afficheLou (Michaela Kurimsky) et sa meilleure amie Chantal (Karena Evans) ont l’intention de sortir de leur ville isolée et délabrée et de s’installer dans une ville très loin. Lorsque l’ex instable et possessif de Chantal la viole pendant une nuit de fête, les filles décident de se venger de lui par une nuit de vandalisme et de débauche. Les conséquences de leurs actes sont dévastatrices et menacent les chances des filles de partir. Plus Lou se bat bec et ongles pour sauver son amitié et conserver ses rêves vivants, plus elle perd le contrôle. Elle n’aura d’autre choix que de se rendre compte que la liberté a un coût.

Avec Firecrackers, la jeune réalisatrice ontarienne Jasmin Mozaffari nous offre un dur film de réalisme social qui nous montre que la misère humaine existe autant chez nous que chez nos voisins du sud.

FIRECRACKERS - Personnages féminins forts
Lou (Michaela Kurimsky)

Lorsqu’on cherche des films avec des rôles forts de jeunes femmes, il n’y en a pas tant. Hé bien nous pourrons toujours, maintenant, référer à Firecrackers. Les deux personnages principaux, Lou et Chantal, sont non seulement superbement joués par les actrices, mais ce sont aussi des personnages très réalistes, dans leurs bons et leurs mauvais côtés.

En se basant sur de dures expériences qu’elle a eu la malchance de vivre, la réalisatrice a réussi à composer un film qui frappe par la triste et dure réalité de ces deux filles. D’un milieu très pauvre et violent, elles se retrouvent agressées autant physiquement que psychologiquement. O ne parle pas d’une seule et violente agression. On parle plutôt d’une vie de misère qui est le quotidien de beaucoup trop de jeunes femmes en Amérique.

Lou vit dans un taudis avec sa mère et son petit frère. Une habitation qu’on peine à imaginer exister ici, au Canada. Quant à Chantal, elle habite dans un motel miteux. Ces filles n’ont qu’elles-mêmes pour avancer dans la vie. Et leur unique rêve est de partir le plus loin possible de cette existence de misère.

FIRECRACKERS - abus
Lou et un « ami »

Ce qui frappe dans Firecrackers, c’est la réalité misogyne qui attend ces filles à chaque coin de rue (ou à chaque endroit où elles vont). C’est les abus répétés qui sont tout simplement normaux. C’est le quotidien et elles ne s’en offusquent pas, car c’est comme ça dans la vie.

Firecrackers c’est un film dur, sur une réalité qui ne devrait pas exister. Et pourtant…

Note : 8.5/10

Firecrackers est présenté au FNC les 9 et 11 octobre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *