Ninfe - une

Courts métrages italiens au FNC

Je me permets de révéler deux grands secrets qui n’en sont vraiment pas : au Petit Septième, on aime parler de courts métrages, et j’aime le cinéma italien. Il allait donc de soi que notre couverture du FNC allait inclure quelques courts métrages. Et lorsque j’ai vu qu’il y en avait 4 de l’Italie, je n’ai pas pu résister.

Pour mon premier texte sur l’édition 2018 du FNC, je me fais donc plaisir en vous parlant de ces 4 films qui sont présentés en début de festival.

Gli anni (Sara Fgaier) – Italie/France – 20 minutes

Gli anniUne nouvelle adaptation du texte Les années d’Annie Ernaux. Sous un angle nouveau, des endroits inexplorés de son passé émergent de sa mémoire en constante évolution.

Gli anni est un film constitué entièrement d’images d’archives sélectionnées par la réalisatrice dans 4 fonds d’archives : Archivio della Società Umanitaria, Cineteca Sarda, Archivio Superottimisti, Associazione Museo Nazionale del Cinema.

Étonnamment, la réalisatrice a réussi à sélectionner des images qui permettent de bien ressentir le texte de l’auteure française. Un film quelque peu étrange, mais bien réussi.

Gli anni est présenté au FNC les 7 et 8 octobre 2018.

Magic Alps (Marco Scotuzzi et Andrea Brusa) – Italie – 15 minutes

Magic AlpsUn réfugié afghan arrivant en Italie pour demander l’asile paralyse le système d’immigration lorsqu’il inclut sa chèvre dans la demande.

La crise des migrants en Europe n’est pas encore terminée. Mais on en a entendu et on en entend encore beaucoup parler. Mais jamais on ne parle des animaux qui arrivent avec les migrants. Et pourtant…

Avec Magic Alps, les réalisateurs ont réussi à traiter d’un sujet qui, a priori, semble ridicule, de façon sérieuse et intelligente. Disons qu’une chèvre, ça change de la routine pour ces fonctionnaires blasés.

Magic Alps est présenté au FNC les 5 et 7 octobre 2018.

Ninfe (Isabella Torre) – Italie – 12 minutes

NinfeLe passé revient hanter une communauté italienne isolée et marquée par l’apparition soudaine de trois anciennes créatures mythologiques : des nymphes sensuelles et dangereuses.

Dans Ninfe, on a droit à de belles images et à une atmosphère sombre et inquiétante. Un petit film intéressant. Mais je remets en doute la décision de la réalisatrice de ne pas intégrer de dialogues. Par moments, ça semble un peu forcé. Un groupe d’hommes qui travaillent physiquement à creuser dans les bois devraient, au moins une fois, échanger quelques mots. Surtout lorsque ceux-ci font une découverte étrange.

Ce court métrage vaut tout de même la peine d’être vu pour son ambiance.

Ninfe est présenté au FNC les 5 et 8 octobre 2018.

Vesuvius at Home (Christin Turner) – USA/Italie – 15 minutes

Vesuvius at HomeUn voyage cinématographique fantastique qui nous emmène à la caverne de Sibylle, explorant la symbiose entre le Vésuve et le cinéma, la mémoire et la spirale du temps.

En fait, Vesuvius at Home ressemble plus à un film de fin d’année d’une école primaire qui décide de faire un projet sur la disparition de Pompéi que d’une œuvre cinématographique. Bon… C’est intéressant de voir ces vestiges d’une cité disparue. Mais je ne crois pas que ça vaille le prix du billet.

Vesuvius at Home est présenté au FNC les 5 et 8 octobre 2018.

***

Il s’agit ici d’un tout petit échantillon de la grande sélection de courts métrages à voir pour cette 47e édition du FNC. Mais avec ce que j’ai vu ici, je n’ai pas peur de vous encourager à aller faire un tour à une des séances de courts.

Bons courts!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *