El Jaida - une

El Jaida – Libération

« Tu l’as vu de tes propres yeux?
— Ce n’est pas un problème puisqu’il va jurer! »

El Jaida - AfficheQuatre femmes se retrouvent à Dar Joued à la veille de l’indépendance. D’âge et de conditions sociales différents, elles sont condamnées à cohabiter ensemble en subissant l’autorité et les injustices de leur geôlière : La Jaida. Elles vont partager souvenirs du monde extérieur, joie, émotion et détresse de leur quotidien à Dar Joued.

La réalisatrice, Selma Baccar, offre, avec El Jaida, un film qui contribue à restituer un pan de l’histoire de la Tunisie et à alimenter la mémoire collective tout en défendant la cause des femmes.

4 femmes

El jaida - Bahja et soeur
Bahja et sœur

Bahja est mariée et a deux enfants. Sa sœur, plus jeune, habite avec eux depuis la mort de son mari. La vie de Bahja tourne au cauchemar le jour qu’elle surprend son mari au lit avec sa sœur. Elle veut divorcer, mais son mari refuse de lui rendre sa liberté. C’est ainsi qu’elle se retrouve devant le tribunal des Hommes pour se voir condamnée. Elle se retrouve à Dar Joued pour avoir tenu tête à son mari.

El jaida - Hassaina et Leila
Hassaina et Leila

Hassaina est une jeune femme qui rêve d’un monde différent. Elle est amoureuse et entretient cet amour par des lettres qu’elle échange avec son prétendant. Mais l’oncle de la pauvre fille (il est en charge de la famille depuis la mort du père) n’aime pas qu’elle fréquente un révolutionnaire qui se bat pour la libération de la Tunisie (qui appartient alors toujours à la France). C’est donc pour la « dompter » qu’il la fait enfermer à Dar Joued.

Leila est une jeune épouse qui a été obligée de se marier avec un vieil homme impuissant. La femme ayant une forte libido se trouve un amant pour pallier à son manque. Mais le jour où le mari la soupçonne, il la fera enfermer sous prétexte qu’elle est une dévergondée.

El jaida - Amel
Amel et Si Tajini

Amel est chanceuse, son mari est un homme bon. Il ne se fâche pas lorsqu’elle quitte la maison parce qu’insultée par la belle-mère. Il se contente de la faire enfermer quelques mois à Dar Joued, puis vient la chercher après sa peine. Elle y entre et en ressort régulièrement.

Une prison

El jaida - arrivée en prison
Dar Joued

Dar Joued, c’était une prison pour femmes mariées. En fait, c’est là qu’on envoyait les femmes lorsqu’elles étaient punies par leur mari. La majorité de ces femmes n’avaient fait que très peu de mal… Dans le pire des cas, elle pouvait avoir trompé leur mari, comme Leila. Mais souvent c’était des cas typiques de mari frustré. Comme pour Bahja.

Les quatre femmes se retrouvent donc dans cette prison, dans les années ’50, huit mois avant la déclaration. Ces femmes n’ont pas le même âge et ne sont pas du même niveau social, toutefois elles se retrouvent dans ce lieu et se voient obligées de cohabiter ensemble sous le dur regard de leur geôlière.

Afin de survivre à ce lieu sinistre, ces femmes seront amenées à partager leurs peines, leurs secrets et leurs douleurs.

La loi de Dieu et de ses créatures

El jaida - procès
Le procès

À ce moment de l’histoire, la Tunisie vivait selon les principes de la charia. Et on comprend assez vite que cette « loi » vient de Dieu et elle est pour les hommes. La femme n’étant qu’un bien difficilement gérable.

C’est incroyable de pouvoir juger du sort de quelqu’un selon une simple demande d’un homme. Dire que le Canada voulait intégrer la charia il y a quelques années afin de plaire à certains musulmans du pays…

Mais encore…

El jaida - Mais encore
Hassaina et sa tante

El Jaida séduit par un flux permanent d’images, belles, lumineuses, colorées et, par moments, plus sombres, plus ternes, afin de mettre en scène des moments plus durs.

Il s’agit d’un film historique, féministe. Un film qui raconte la vie des femmes des années ’50 à aujourd’hui. Et même si nous ne vivons pas cette réalité, ici, en Occident, ce film peut nous ouvrir les yeux afin que nous évitions de faire ce genre d’erreur.

Note : 8.5/10

El Jaida est projeté au Festival Vues d’Afrique les 15 et 16 avril 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *